R
literature

Residences

tfancred's avatar
By tfancred   |   
12 12 1K (1 Today)
Published:
PARTIE I

Océane entre dans la résidence, tenant un papier. C'est son numéro de local. Michel passe dans le couloir, les mains pleines de cartons et de boîtes. Il bouscule Océane...

Michel
Excuse-moi!  Je ne t'ai pas fait mal au moins?

Océane
Non, ça va!

Océane considère un instant Michel...  

Océane
Tu veux un peu d'aide?

Michel
Ça serait pas de refus! Merci! C'est mes travaux de la session dernière!

Océane fait les yeux ronds, la bouche béante, tout en évaluant la quantité de travail que les boîtes représentent...

Océane
Tu... Tu veux dire que... Tout ça, c'est de toi? Et pour une seule session?

Michel
Oui et non... J'ai fait l'erreur de faire une série d'emballage comme travail finale en 3D. Prochaine fois, je me contenterai d'un seul emballage! En passant, je m'appelle Michel!

Océane
Gloups... Ah! Moi Océane! Je suis nouvelle ici... Et un peu perdue, j'avoue!

Michel
J'ai cru remarquer... D'après ton accent, tu n'es pas d'ici!

Océane
Ca s'entend donc tant que ça?

Elle rit nerveusement.

Océane
Je viens de France, en fait... D'un petit village du côté de Lille... Autant dire que ça n'a rien à voir avec ici...

Michel
Ah! Tu as ton numéro de chambre?

Océane
Oui, c'est le....

Elle tend, tant bien que mal, un bras pour discerner l'inscription sur le billet...

Océane
C'est le n°D125. Tu connais?

Michel
Bien je suis au D124... C'est juste en face du tien. On va partager la même sale commune!

Océane
Oh! Et bien... Bonjour voisin! Contente de déjà faire ta connaissance!

Elle éclate d'un petit rire nerveux.

Michel
C'est un drôle de hasard... Le dimanche, il n'y a pas grand monde ici...  Juste une chose un peu bizarre. Il faut que tu sois dans ta chambre avant minuit...

Océane
Ah? Pourquoi un couvre-feu? Y aurait-il un pervers dément et prêt à tout qui rôde dans les couloirs à la nuit tombée?

Elle éclate d'un rire franc.

Michel
Non! Tu peux ressortir après minuit. C'est juste que les dernières personnes qui sont restées dans la sale commune à minuit ont disparu dans la semaine d'après... Enfin, c'est ce qu'on dit...

Océane
Ah ouiiii... Je vois... Bof! Si on devait croire à tout ce qu'on raconte, on n'oserait plus rien faire! Si tu savais le nombre de personnes qui sont déclarées disparues parce qu'elles ont trop guindaillé et pioncent quelque part dans la nature...

Michel
Oui, mais ça me tente pas de vérifier! (Rire) Bon bien on est arrivé...

Océane
Ta chambre est là! La sale commune est juste au bout du couloir!

Océane
Elle s'arrête devant sa porte et se tourne vers toi. Ah, bien merci alors... On risque de très bientôt se revoir, alors... A bientôt! Ah! Tes cartons... Elle éclate de rire tout en te les tendant

Michel
Laisse-les juste tomber, je vais les ranger si je trouve de la place dans le placard qui me sert de chambre! Dans le fond, Harry Potter ne vivait pas sous l'escalier de sa tante mais dans une résidence de l'UQAM!

Océane
Haha! C'est rassurant! Bon... Je te les dépose là alors...

Michel
Merci

*Michel ramasse les boîtes et ouvre sa porte...





PARTIE II

Michel regarde la télé quand il entend quelqu'un passer dans le couloir. Il éteint sa télévision et tend l'oreille. Quelqu'un marche effectivement dans le couloir. Il se précipite vers la porte et l'entrouvre. Il ne voit personne. Il sort de sa chambre et se dirige vers la salle commune... Océane est assise à la table. L'horloge numérique indique maintenant 11:59...

Michel
Qu'est-ce que tu fais là?

Océane se tourne vers Michel, surprise.

Océane
Oh! Bonsoir! Et bien, comme tu peux le voir, j'avais un petit creux et...

Elle présente son bol de nouilles.

Michel
Tu devrais retourner dans ta chambre... Il est presque minuit...

Océane
Tu ne vas pas me faire croire que tu crois vraiment à tes histoires de fantômes? (Elle rit puis aspire une nouille) avoue que tu voulais juste me faire flipper!

Michel
Non... Bien... J'y crois pas vraiment, mais... Je veux juste pas prendre de chance...


L'horloge sonne un premier coup

Michel
Allez, viens...

L'horloge sonne à nouveau

Océane
Ding! Allez, c'est pas parce qu'il fait nuit que c'est plus effrayant qu'en plein jour! Tu peux t'en aller, mais moi, je finis mes nouilles...

Michel
Je ne veux pas prendre de chances...  (Le huitième coup vient de sonner)  Allez viens!  TU peux finir tes nouilles dans ta chambre!

Océane
Bhroum! Tu peux retourner te cacher si tu veux, mais je suis bien ici, et ce n'est pas  un fantôme, ou quoi que ce soit d'autre, qui me fera peur... C'est quoi? Un bizutage? (Elle continue d'aspirer ses nouilles, la mine boudeuse).

Le douzième coup sonne finalement et le silence s'installe dans la salle commune...

Océane
Bouh! Tu vois qu'il n'y a rien à craindre?

Elle finit d'aspirer nonchalamment ses nouilles et se débarrasse de l'emballage.

Michel
En tout cas, moi, je vais me coucher!  Tu as un cours demain?

Océane
Non, rien, totalement libre comme l'air... Et toi?

Michel
Rien non plus...  On se revoit demain!

Océane
D'accord, à demain!

Michel retourne à sa chambre.  Il ne veut pas admettre qu'il est nerveux, mais, pour la première fois, il utilise les trois verrous sur as porte...





PARTIE III

C'est le matin.  Océane se réveille.  Elle saute du lit et s'habille.  Ses vêtements lui semblent moins confortables qu'ils devraient l'être.  Un peu trop grand.  Même ses chaussures sont un peu lâches sur la largeur, mais elles semblent un peu trop courtes.

Océane
Beuh... Ca alors...?

Elle pousse un soupir, une moue se dessine sur son visage.

Océane
Je n'ai pourtant pas bu hier soir...! Groumpf! Je parie que Michel essaye de me faire une blague...

Elle sort de sa chambre, un rien énervé, et se dirige vers celle de Michel...  Il ne répond pas...

Elle pousse un soupir d'agacement et frappe à nouveau à la porte.

Océane
Michel?

Elle frappe à nouveau

Océane
Tant pis si je te réveille, mais il faut qu'on parle!

Michel arrive de la sale commune.  C'est peut-être l'éclairage, mais ses cheveux qui, jusqu'à la veille étaient bruns, semblent maintenant avoir des reflets roux.

Océane
Ah, te voilà toi! J'aimerais que tu m'expliques ce que tu as fait à mes vêtements! Regarde-moi ça!

Elle pointe son pull trop ample, avant de remarquer la couleur de ses cheveux...

Océane
Tiens, tu n'étais pas brun hier?

Michel
Ça se voit tant que ça? Et je n'ai rien fait à ton linge...

Océane
Euh...

Elle s'arrête, perplexe, avant de reprendre d'une voix plus douce...

Océane
Quelqu'un nous aurait fait une farce à tous les deux?

Elle se tourne, regarde la pièce, cherchant un possible coupable. La résidence semble vide à croire qu'ils sont les seuls à ne pas avoir de cours le lundi.

Michel
Je en sais rien...  Mais je ne vois pas comment on aurait pu entrer dans ma chambre et me teindre les cheveux sans que je m'en aperçoive...  Surtout que j'ai verrouillé ma porte hier...  Mais c'est quoi qui se passe au juste avec tes vêtements?

Océane
Ben regarde! Ils sont bien trop grands! Hier pourtant j'aurais juré qu'ils étaient à ma taille...

Michel
Peut-être l'avion...  Avec compression et décompression...  Non?

Océane
Arf! Tu crois que l'avion en est la cause...? Oui... Tu dois avoir raison... C'est la seule solution possible... C'est évident... Mais, et tes cheveux? Tu les as lavés au henné?

Elle rit légèrement, se détendant quelque peu.

Michel
Oui, ce matin, mais la couleur était déjà là!

Océane sort la main de la manche de son pull et tire sur sa jupe pour l'ajuster avant qu'elle ne tombe.

Michel
Tu as quelque chose de prévu aujourd'hui?

Océane
Euh... Non, pas vraiment! Je pensais profiter un peu de cette journée pour découvrir mon nouveau territoire!

Elle rit.

Michel
Il y a une nouvelle exposition à la galerie.  Je peux t'inviter?

Océane
Avec plaisir! J'adore les expos!





PARTIE IV

Océane et Michel marchent dans l'université.  Océane remonte sans arrêt sa jupe.  Alors que Michel tourne dans un couloir, Océane continue toute droite.  Michel se précipite vers elle et lui tape sur l'épaule pour la ramener à l'ordre.  À ce moment elle ressent une légère douleur à l'épaule, comme une aiguille qui lui transperce la peau.

Elle pousse un couinement mi-douloureux, mi-surpris et, portant une main à son épaule, elle se tourne vers Michel.

Michel
Qu'est-ce qui se passe?

Océane
Je ne sais pas, ça m'a piqué tout à coup... Tu devrais songer à te couper les ongles un peu plus

Michel
Mais je t'ai à peine touché...

Il lui montre ses mains et ses ongles sont non seulement pointus, mais ils ressemblent à des griffes.  Elle pousse un hoquet de surprise et a un mouvement de recul.

Océane
Euh... Avoue... Tu essaies de me faire peur, là?  Ou alors, tu es gothique à tes heures perdues? Elle a un rire nerveux.

Michel
Quoi?

Il remarque ses ongles...

Michel
C'est quoi ça?  Je te jure que j'ai rien à voir avec ça!

Océanne commence doucement à devenir nerveuse.

Océane
Tu me fais marcher... Hier déjà tu me parles d'un fantôme, aujourd'hui je retrouve mes vêtements

Elle remonte sa jupe à nouveau et Michel remarque que ce n'est pas la première fois qu'elle fait ça.

Michel
Je ne te fais pas de blagues!  Qu'est-ce que tu as avec ta jupe?


Il vient de remarquer qu'elle ne cesse pas de remonter sa jupe...

Océane
Je te l'ai dit, elle est un peu grande...

Elle tire encore dessus.

Océane
Bon, si ce n'est pas toi... Qui a bien pu nous faire cette blague?

Michel
Est-ce que c'est une blague? Non, sérieusement, ça devient vraiment bizarre, ça!

Océane
Si ce n'est pas une blague, c'est quoi? Un bizutage? Haha!

Elle devient nerveuse, tirant une énième fois sur sa jupe pour la remonter d'un geste brusque.

Michel
Je trouve pas ça drôle! Euh. Tu mesures combien?

Océane
1 m 65, pourquoi?

Michel
Parce que c'est à peu près ma taille aussi.

Il baisse la tête pour regarder Océane dans les yeux. Elle doit avoir vingt centimètres de moins que Michel....

Océane lui fait de grands yeux ronds, bouche bée...

Océane
Je n'y comprends plus rien...

Michel
Moi, je retourne à la résidence!

Océane
Je crois que je vais t'y suivre...

Ils retournent à la résidence en tentant d'éviter de se faire voir. Arrivés là, ils vont tous les deux dans la chambre de Michel.

Michel
Que fait-on?

Océane
Je ne chais pas... Tu ne connais perchonne qui pourrait nous jaider?

Elle se tord les mains d'inquiétude et de nervosité.

Michel
Je sais pas? Tu connais un expert des malédictions étudiantes?

Océane
J'avoue n'avoir jamais été confrontée à che genre de chituations, chez moi... Je n'aurais jamais dû quitter la Franche!

Elle sanglote.

Michel
Qu'est-ce que tu as?

Océane
Je chuis engoichée! Cha m'arrive dans des chituachions comme chelles chi! Qu'allons nous faire?

Michel
Et pourquoi tu parles comme ça?

Océane
J'ai du mal a articuler... Comme chi ma machoire ne m'obéichait plus...

Michel
Laisses-moi regarder.

Michel s'approche et Océane ouvre la bouche. Michel prend un aire ébaillit et retourne s'asseoir.

Océane
Quoi? Qu'est-che qu'il ya?

Son inquiétude se trahit au son de sa voix.

Michel
Tu veux la vérité ou un mensonge?

Océane
Dis moi, que che pache t'il?

Elle retient ses larmes.

Michel
Disons que tu as les dents d'un rongeur!

Elle pousse un couinement de surprise et a un mouvement de recul, tout en portant les mains à son visage...

Océane
Non! C'est impochible!

Michel sort un miroir d'un tiroir et le met devant Océane.

Elle hésite, puis ouvre la bouche et s'examine...

Océane
Avant de pousser un cri plaintif. Non! Cha ne peut pas être vrai! Que vais je faire? Devenir? Je vais me réveiller! Je dois rêver! Je chuis toujours en Franche, chez mes parents, et tout cha n'est jamais arrivé!

Michel
Toi, au moins, tu sais vers quoi tu t'en vas. Moi, je ne sais même pas ce qui m'arrive...

Océane remarque que Michel a des moustaches semblables à celles d'un chat ou d'un chien...

Océane
Euh... Michel...
Elle arrête de sangloter et le regarde

Océane
Tu devrais toi auchi te regarder dans le miroir...

Michel lui arrache le miroir des mains et se regarde...

Michel
C'est pas vrai.

Il cours à la sale de bain et un cri retenti... Il revient en se frottant la lèvre supérieure...

Michel
Les arracher... Mauvaise idée...

Océane a une moue plaintive, tout en regardant Michel.

Océane
Tu n'as vraiment aucune idée de ce qui nous arrive?

Michel
Non!  C'est temporaire, d'après toi?

Océane
Peut-être qu'on rêve tous les deux? Ou que quelqu'un a verché une drogue dans notre eau?

Elle se gratte la tête, pensive...

Océane
J'echpère que c'est temporaire... Je ne chais pas comment je pourrais annoncher cha à mes parents!

Michel
En effet!

Michel
Peut-être qu'avec une bonne nuit de sommeil?

Je croige les doigts pour que tu diges vrai!

Michel
Tu as un cours demain?

Océane
Typographie à 9:00... Je ne pourrai pas m'y rendre ainchi!

Michel
Moi, jusqu'à date, je suis bon pour aller à mon cours... Mais demain...

Michel
Tu veux que je regarde s'il y a quelqu'un dans le couloir?

Océane
Ze veux bien...

Michel entre ouvre la porte et regarde.

Michel
C'est bon, la voix est libre. Tu peux retourner à ta chambre.

Océane
Merchi...

Elle se dirige rapidement vers sa chambre, non sans jeter un dernier regard chargé d'inquiétude à Michel...  Des pas retentissent au loin dans le couloir et Océane se dépêche d'ouvrir la porte, entre en hâte et la referme derrière elle, savourant sa solitude dans l'obscurité, avant de se remettre à pleurer... Michel, quant à lui, retourne dans sa salle de bain, tire sur ses moustaches sans toute foi réussir à les arracher.





PARTIE V

Océane se réveille. Encore à moitié endormie, elle se laisse tomber hors du lit. Elle laisse échapper un petit cri perçant quand elle s'aperçoit que ses pieds ne touchent pas le sol immédiatement. C'est le cas de le dire, elle tombe du lit.

Un peu sonnée, elle se réveille en sursaut en se remémorant la journée précédente. Elle court vers le miroir. Ses oreilles sont un peu plus longues et elle est couverte d'un léger duvet à peine visible. Ses pieds sont aussi un peu plus longs. Ceux cis sont même un peu encombrants. En se voyant, elle ne porte même pas attention à son pull qui pend sur ses épaules comme une toge...

Elle pousse un petit cri et, sans prendre la peine d'enfiler ses chaussures devint bien trop petite, ouvre la porte de sa chambre, s'assure que personne ne se trouve dans le couloir et va timidement frapper à la porte de Michel...

Michel
Qui est là?

Océane
Ch'est moi, Ochéane... Je peux entrer?

Michel entre ouvre la porte et jette un oeil. Il baisse la tête et voit Océane. Il la laisse entrer...

Il porte une grande robe de chambre. Ses mains ont non seulement des griffes, mais elles sont également recouvertes d'un duvet noir et translucide.

Michel
Qu'est-ce qui t'est arrivé?

Elle le considère timidement, se tordant les mains, les lèvres remuées d'un sanglot étouffé...

Océane
La même choche qu'à toi... J'ai peur...

Michel
Moi aussi, mais il faut pas laisser la peur prendre le dessus... Tu veux t'asseoir?

Océane
Che veux bien...

Ce disant, elle se hisse sur le lit de Michel, et agite nerveusement ses "pattes postérieures"...  Sur le lit, il y a des pantalons, des ciseaux et un ensemble de couture...

Elle regarde le tout, tend une main et s'empare des ciseaux, avec lesquels elle joue sans relever la tête...

Océane
Tu as conchtaté d'autres changements que ta pilochité?

Il attrape les pantalons et montre un trou qu'il a pratiqué à l'arrière...

Michel
Tu devines?

Le visage d'Océane se fige en une expression mêlée de terreur et d'inquiétude...

Océane
Une... Queue?  Tu... Tu crois qu'on retrouvera un jour notre apparenche normale?

Michel
J'en sais rien... J'espère... J'ai fait quelques recherches sur internet, mais pour être franc, je ne pense pas qu'on me prenne au sérieux sur les forums où j'ai posé des questions...  Attends-moi, je vais juste aller m'habiller...

Il va à la sale de bain et ferme la porte tandis qu'elle s'essuie les joues du revers de la main.  Ce faisant, elle remarque que des coussinets ont commencé à se former à l'intérieur de ses mains.  Elle pousse un cri qui ressemble fort à un couinement et, précautionneusement, tâte les coussinets...

Océane
Michel...? Ch'ai un nouveau problème... Che crois...

Michel sort et ferme la porte derrière lui avant de pousser un cri de douleur...  Il ouvre la porte, tire sa queue et referme la porte.  Sa queue ressemble à celle d'un renard.

Océane ne peut s'empêcher de pouffer avant de reprendre son sérieux, et retrouver sa mine inquiète...

Océane
Cha va?

Michel
Disons que je ne m'attendais pas à ça!  Et toi, qu'est-ce qui se passe?

Elle tend les mains pour lui montrer les coussinets qui les ornent désormais...

Océane
Regarde...

Michel lui montre ses mains (ou plutôt se partes) celles-ci ont également des coussinets.

Michel
Ils sont apparus hier!

Océane
Tu crois que cha va ch'arrêter un jour?

Sa voix trahit le désespoir...

Michel
J'imagine que oui... La question serait plutôt de savoir si on va être des animaux à la fin ou non!

Océane
Che ne veux pas être un animal! Oh je n'aurais jamais dû venir dans cette école de fous! Mais ne pouvons-nous vraiment rien y faire?

Michel
On peut essayer d'aller à la bibliothèque...  Mais comme ça (il frictionne sa queue encore endolorie) j'hésite....

Océane
On y croichera beaucoup de gens?

Michel
Bien... On croisera nécessairement quelques personnes... Mais moi, je peux toujours avoir l'air relativement normal...  En tout cas, si je la cache

(Il agite sa queue...)

Océane
Toi tu pourrais... Mais moi...

Michel
Tu fais combien... Un mètre, tout au plus... Crois-tu que tu pourrais te cacher dans mon sac?

Il pointe une valise à roulettes d'environ cinquante centimètres de haut...

Elle regarde la valise, puis Michel, puis la valise... bouche bée...

Océane
La bibliothèque est loin d'ichi?

Michel
C'est au pavillon central... À environ dix minutes de marche...

Océane
D'accord... Che vais echayer...

Michel ouvre sa valise et en sort quelques livres.  Océane se glisse dedans, ses grandes pattes arrière la gênant pour s'installer le plus confortablement possible.  Ainsi contorsionnée, elle lance un regard à Michel...

Océane
Che crois que ch'est bon...

Il ferme la valise...

Michel
Tu pourras tenir?

Océane
Ch'echpère...

Michel
Bon, je vais te laisser sortir le temps que je me prépare...

Océane
Merchi.

Elle sort de la valise et attend Michel en tapotant le sol de sa patte arrière.

Michel met un long manteau. Celui-ci cache relativement bien sa queue, du moins quand il arrive à la maintenir immobile. Puis essaie d'enfiler ses souliers. Ceux cis ne sont visiblement pas faits pour ses pattes. Malgré tout, après quelques essais, il réussit à les enfiler.

Michel
Alors de quoi j'ai l'aire?

Océane le considère un instant, fait mine d'hésiter...

Océane
On dirait... Un bandit...

Michel
Tant que ça?

Océane
Un peu quand même!

Elle éclate de rire.

Michel
Qu'est-ce qui est le mieux, un cambrioleur ou un renard? Je te laisse choisir!

Océane
Bon bon... Dit comme cha... Mais avoue que tu as l'air un peu bichare!

Michel se regarde dans le miroir.

Michel
C'est vrai...  

Il réfléchit un instant

Michel
Je vais prendre une tuque... Au cas où!  Euh... Tu voudrais que j'arrête dans une boutique pour t'acheter quelque chose de plus... À ta taille?

Océane
Che cherait gentil...

Michel
Très bien... J'y arrêterai en revenant! Si je n'ai pas trop l'air de... Bien, d'un renard!

Elle éclate une nouvelle fois de rire avant de se glisser à nouveau dans la valise...





PARTIE VI

Dans la valise, le roulement régulier de la valise sur le carrelage, la chaleur et la pénombre ont vite fait d'ensommeiller Océane.

Ce n'est qu'une fois arrivé à la bibliothèque qu'elle est réveillée par une violente secousse. Toute endolorie par cette position inconfortable, elle écoute attentivement les bruits de l'extérieur.

Michel ouvre la valise. Il regarde autour...

Michel
C'est bon, la bibliothèque est déserte.

Océane sort la tête, appréciant l'air frais... Puis s'extirpe délicatement de sa "prison".  La valise est posée sur un petit bureau à côté d'un écran d'ordinateur

Océane
Fiou! Il fait chaud là dedans! Tu as déjà trouvé quelque choche?

Michel
Michel sursaute en la voyant...

Océane
Qu'y a-t-il?

Il sourit nerveusement montrant des canines pointues qu'il n'a probablement même pas encore remarquées...

Michel
Tu... Tes... Tes oreilles... Elles sont... Plus longues!

Océane
Aaaah! Tes dents!

Elle réalise alors ce que vient de lui dire Michel, et porte les mains à ses oreilles, poussant un cri de surprise.  Océane trouve alors des oreilles longues d'une quinzaine de centimètres recouverte d'une fourbure blanche. Elle tire dessus et les relâche... puis les tire à nouveau comme pour bien réaliser que c'est bien réel...

Michel, quant à lui, porte des mains gantées à sa bouche. Ses canines transpercent le cuir de ses gants.

Océane
Il faut vite trouver une choluchion!

Michel
Je sais...

Il sort un petit livre avec une couverture de cuir

Michel
J'ai seulement trouvé une thèse de maîtrise en sociologie qui parle des légendes urbaines. Il y a un chapitre complet sur notre sale commune.

Océane rougit, en regardant ses pattes...

Océane
Tu vas dire que ch'est de ma faute...

Michel
J'ai pas été plus intelligent que toi... C'est le cas de le dire, je n'ai pas été aussi rusé qu'un renard!

Océane
Est-ce qu’ils expliquent comment "lever la malédiction"?

Tandis qu'elle parle, son nez et ses oreilles s'agitent en tout sens.

Michel
Non! Bien, peut-être, je n'ai pas encore tout lu!

Océane
D'accord...

Michel
Mais je sais que la légende remonte à l'ouverture de l'université. Ça aurait rapport à un étudiant qui a fait une thèse sur la sorcellerie en littérature. L'étudiant serait devenu fou avant de disparaître une nuit dans notre résidence.  Depuis ce temps-là, il y aurait eu trois personnes qui auraient disparu sans raison apparente.

Océane
Ah oui...

Michel
Si il leur est arrivé la même chose qu'à nous, on comprendra pourquoi!

Océane
Oui...

Elle agite nerveusement la patte arrière.

Michel
Juste une question... Si on restait encore dans la sale commune à minuit... Est-ce que ça pourrait s'empirer ou est-ce que ça pourrait aider?

Océane
...
Michel
C'est juste une idée comme ça!

Océane frémit, se tordant les mains.

Océane
On pourrait toujours echayer... Au point où nous en chommes...

Michel
On va y aller... En passant, qu'est-ce que tu veux que je te prenne si je passe devant une boutique?

Océane
N'importe quoi qui fera l'affaire...? Pour le moment j'ai l'imprechion de nager dans un ochéan de tichus...

Michel
Très bien... Si je trouve une jupe pokémon, je vais te la prendre!

Océane
J'ai déjà l'air d'un pokémon vu ma taille...

Elle rit.

Océane
Au moins, je me chentirai pas cheule!





PARTIE VII

Michel étend ses achats sur son lit. Un pull vert olive, une jupe rose, des pantalons bleus. Disons que la mode n'est pas son fort. Pendant ce temps, Océane s'extirpe de la valise. Elle sursaute en voyant que Michel a maintenant le long museau d'un renard et que sa figure est entièrement recouverte de fourrure.

Océane
Ah! Ton visage...!

Michel
Je sais, c'est arrivé devant la vendeuse...

Elle porte les mains à ses lèvres, effrayée. Elle sent quelque chose de différend avec son visage. De la fourrure et ses lèvres ne lui sont plus tout à fait familières. Elle pousse un petit cri et éloigne vivement ses mains, en secouant la tête.

Océane
Je n'en peux plus!

Elle pousse un soupir et secoue la tête d'un air désolé.
Michel
J'ai peut-être quelque chose qui pourrait te remonter un peu le moral. Il pointe son lit.


Elle s'avance vers le lit et, se tortillant, grimpe dessus tant bien que mal.

Océane
Oh! Tu y as chongé!

Elle regarde les vêtements...

Océane
Tu es bien un garchon!

Michel
Qu'est-ce que tu veux dire?

Océane
l n'y a que les garchons pour mélanger les couleurs ainchi! Mais merchi...

Michel
Désolé...

Océane
Chi tu le permets, je vais aller me changer dans ta challe de bain...?

Ce disant, elle saute du lit, s'emmêle les pieds dans le pull et tombe par terre.

Océane
Ouch...

Michel
Fais attention...

Elle se rend compte que ses pieds sont maintenant de véritables pattes de lapin...

Michel
Ça va?

Océane
Gnihihi... Tu crois qu'on retrouvera notre apparenche un jour?

Michel
Je ne sais même plus quoi répondre. J'espère... On verra...
Une fois seule dans la sale de bain de Michel, elle enfile le pull.  Ce n’est peut-être qu’une impression donnée par sa nouvelle fourrure, mais il lui semble qu’elle a pris un peu de poids.  Elle n’y porte pas trop attention et s’attaque aux pantalons.  Elle les enfile, mais à la base du dos, quelque chose l’empêche de les monter plus haut.

Ocane
Michel, tu peux venir, ch'il te plaît? chai un drôle de pompon qui me zêne pour enfiler mon pantalon...
Michel arrive et il fige...

Michel
Euh... Océane...

Océane
Oui...?

Michel
Ce n'est pas un pompon...

Ocane
...Ah?

Elle fait une moue inquiète.

Michel hésite.

Michel
Euh...  C... C'est ta queue...

Océane
Ah!

Elle se fige, surprise, avant de retâter délicatement sa queue...

Océane
Nous ne cherons bientôt plus que des animaux...

Sa voix trahit ses sanglots.

Michel
Non... On doit trouver une solution...





PARTIE VIII

Océane est assise sur le lit de Michel. Elle regarde son reflet inlassablement. Ça fera bientôt trois heures qu'elle ne remarque plus de différence. Ses oreilles font maintenant une trentaine de centimètres et les mouvements involontaires qui les secouaient par moment ont été remplacés par des manipulations précises et pleinement conscientes. Ses vêtements, bien qu'ils sont maintenant légèrement trop grands, sont également un peu serrés à la taille. Elle ne fait plus que 78 centimètres de haut sans compter les oreilles.

Michel, quant à lui, est assis à l'ordinateur. Océane a vu, au début de l’après-midi, les oreilles de ce dernier s'allonger pour devenir semblables à celles d’un renard, mais elle ne lui en a pas parlé pour ne pas l'inquiéter.

Elle se lève et s'approche du rebord du lit pour voir ce Michel regarde sur internet. Elle voit une page de courriel.  Elle se penche un peu, pour lire discrètement par dessus l'épaule de son ami...

Michel
Les cours des derniers jours auraient été annulés à cause d'un événement quelconque, mais il n'y a pas plus de détails. Au moins, on n'a pas raté grand-chose ces jours cis!

Océane
En effet!

Elle fait mine de regarder ailleurs, jouant avec ses pattes arrière et remuant les oreilles...

Michel
Tu as encore rapetissé, non?

Océane
Tu trouves?

Michel
Bien un peu...

Océane
Tu crois que che vais finir par ressembler à un vrai lapin?

Michel
Je ne sais pas. Ça a l'aire de s'être un peu arrêté. Je n'ai rien trouvé dans le document que j'ai photocopié... Je n'ai pas pu l'emprunter, il n'y avait personne à la biblio...

Océane
D'accord...

Michel
Tu trouves pas ça étrange, toi?

Océane
Qu’il n’y ait perchonne à la bibliothèque?

Michel
Oui... C'est probablement juste une fausse alerte à la bombe. On en a eu deux il y a quelque temps...  Quoique... Tu crois que ça pourrait être lié à ce qui nous est arrivé?

Océane
On ne peut demander à perchonne pour vérifier...

Michel
Je ne me vois pas descendre dans la rue comme ça et poser des questions aux passants... Si quelque chose s'est passé, il doit y avoir quelque chose sur le site de l’université!

Michel ouvre le site officiel de l'UQAM. Un gros titre apparaît : "L'UQAM EN QUARENTAINE"...

Michel se retourne vers Océane. Elle regarde l'écran, et se fige, bouche bée...

Michel lit à haute voix :
Michel
Bien que l'UQAM ait maîtrisé la fuite d'élément mutagène de la nuit de dimanche à lundi, les professeurs de sciences demandent aux étudiants d'éviter le pavillon central et les résidences jusqu'à ce que les causes de cette fuite soient formellement identifiées...

Michel descend sur la page et lit un petit paragraphe :

Michel
Pour les victimes de la crise mutagène : comme la mutation inverse comporte des risques importants, seuls ceux dont la vie est mise en danger par leur transformation seront...

Le dernier mot s’étrangle dans la gorge de Michel.  Il se retourne alors vers Océane...

Océane
Seront...?

Sa voix est tremblotante.

Michel
Traités...

Michel recommence à lire :

Michel
Les autres se verront leurs études offertes gratuitement par le département de science et les responsables de la crise. Actuellement, les mutations devraient avoir cessé avant 16 heures aujourd'hui.

Michel et Océane jettent un oeil à l'horloge : 15 heures trente...

Océane
Cha chignifie que tout va s'arrêter dans une demi-heure...?

Michel
Si ce n'est pas déjà arrêté...

Michel s'attarde maintenant sur une petite lige en bas de la page : cliquez ici pour rapporter un cas de mutation.

Il clique et un formulaire s'affiche.

Océane
Hu...?

Océane s'approche de l'écran, étonnée et curieuse.

Michel tente d'inscrire son nom dans l'espace approprié, mais une touche saute du clavier pour tomber sur le bureau...

Michel
Je déteste mes griffes...

Océane
Arf... Tu veux que che t'inscrive?

Michel
Ça va aller, je vais l'imprimer et le rempire à la main... Euh...  À la patte! Tu en veux une copie?

Océane
Je veux bien...

Michel imprime deux copies du document de deux pages. Il en tend une copie à Océane avec un crayon.

Océane
Merchi

Michel jette un oeil au document et lit à haute voix :

Michel
Vous êtes-vous transformé en animal : Oui... Lequel (cochez la case correspondante)... On est loin d'être les pires... rat, hamster, POISSON...

Océane
Poichon...?

Elle éclate de rire.

Michel
J'imagine que ce sont ceux qui risquent d'être traités...  Je ne sais pas si on doit dire qu’ils sont chanceux ou malchanceux...





Partie IX

Océane entre dans la résidence et se dirige vers sa chambre, le coeur léger.  Une fois arrivée devant sa porte, elle remarque que Michel l’attend déjà, appuyé sur le mur et sa queue ondulant derrière lui.

Michel
Comment ça va?

Océane
Ca va, et toi?  Dis-moi, le chemises de l’archi-duchesse sont-elles sèches ou archi-sèches?

Michel
Bien! Je vois que ça s'est bien passé!

Océane sourit et montre ses nouvelles broches dentaires.
Océane
Héhé... À moi le sourire de star...

Elle rit.

Michel
Oui, façon de parler!  Au moins, tu parles normalement...

Océane
Oui...

Michel
Tu as vu d'autres victimes aujourd'hui?

Océane
Non, pas encore, et toi?

Michel
Un type dans mon cours s'est transformé en perroquet...

Elle éclate de rire.

Océane
Ah il devait être beau à voir!

Michel
Disons que c'est un personnage coloré. On m'a aussi parlé d'une fille qui s'est transformée en sirène. Mais j'ai des gros doutes... Je t'invite à manger? J'ai préparé un flambé de lapin aux canneberges...

Elle se raidit et foudroie Michel du regard...

Océane
Ne me parle plus de manger du lapin, par pitié!

Michel
Je plaisante, j'ai fait venir une pizza!

Océane
Ah, dans ce cas...!

Michel se penche et lui présente son bras.

Elle éclate de rire, et passe son bras sous celui de Michel...

Océane
Allons-y!
© 2009 - 2020 tfancred
Sorry, in french only for now...

Voici un RP log que j'ai fait récemment avec :iconundonielle:...

Océane est nouvelle dans une université Québécoise et elle ne comprend pas pourquoi Michel, étudiant de deuxième année, n'aime pas l'idée d'être dans la sale commune aux alentours de minuit.

(Ce qui suit dévoile des éléments de l'intrigue)
Pour le défier, elle le force donc à rester hors de sa chambre aux douzième coup de minuit. Le lendemain, ils observent d'étranges transformations...

Océane devient tranquillement une lapine tandisque Michel devient un renard...

Bonne lecture...
Comments12
anonymous's avatar
Join the community to add your comment. Already a deviant? Log In
indianaced's avatar
indianacedHobbyist General Artist
j'adore tes histoires de transformation...
tfancred's avatar
Merci! Tu as vu celle sur laquelle je travail?
ungoliant999's avatar
franchement super texte, accrochant jusqu'au bout... J'aimerais bien que tu (si je peu te tutoyer) écrivent plus de textes comme celui-ci. Et l'idée de l'écrire comme une pièce de théâtre....... juste génial. Il n'y a rien é reprocher, les deux personnages sont accrochants, plusieurs rebondissements (alors que les TF stories vont souvent en sens unique ==") et une fin qui en est une.... je me répète peut-être un peu mais je lirais avec très grand plaisir un autre texte de ce niveau.....

ps: c'est quoi le patelin à côté de Lille cité dans le texte ?????
tfancred's avatar
Petite mise à jour : j'ai commencé une nouvelle histoire. Les premiers chapitres sont déjà disponibles!
ungoliant999's avatar
Lu et approuvé ^^.
J'attend la suite ^^.
ps: j'ai lu les deux versions et je préfère pour l'instant la "bleu".
tfancred's avatar
Salut!

Le problème avec ces textes, c'est qu'ils prennent beaucoup de temps et d'énergie. En plus, je n'arrive pas à bien me concentrer dessus... (Je me demande pourquoi je suis aussi déconcentré quand je travail dessus! Lol!)

Aussi, comme je suis toujours aux études, je n'ai pas vraiment le temps de travailler sur des histoires. Je précise, toute fois, que ce type de texte s'appellent un RPG log. En gros, ce sont des jeux de rôle par messagerie web. ;-)

Enfin bon, merci pour tes commentaires. Si ça peut t'intéresser, je travaille actuellement sur une petite séquence de huit pages en comission. Je manque un peu de temps pour travailler dessus, mais d'ici un mois ou deux, elle devrait être en ligne! ;-)
ungoliant999's avatar
Super content de l'apprendre, je l'attend avec impatience.
tommycurl's avatar
i dont speak french make english verion plese
Undonielle's avatar
Undonielle Traditional Artist
Héhé!
Merci aussi... ^.^
Fenomal's avatar
Comme je l'ai dit tout à l'heure, j'ai vraiment aimé. ^^
Au début, ça commence de manière simple, mais on s'intéresse assez vite aux événements. Et l'histoire progresse comme il faut. Et le dénouement ainsi que les explications à la fin sont les points forts de ce RP. Bravo à Tfancred et à Undonielle. Vous avez formé un bon duo! :D
anonymous's avatar
Join the community to add your comment. Already a deviant? Log In