Shop Forum More Submit  Join Login
Aventura Divino - Logo 5 by Tece-Artiste
:FRflag: This is the French version of Aventura Divino. For the English version, click on this link: Aventura Divino #5 (EN)

Dans le chapitre précédent…

Après être allés en direction du mont Couckme, Basile et Carelle ont été emportés par une vague immense. Néanmoins, ils ont survécu à la vague, mais se sont retrouvés au beau milieu du lac Preto qui s'en est retrouvé agrandi. Dans le même temps, Masane et Gédéon n'arrivent pas à retrouver Basile et Carelle, et Gédéon, qui a laissé Masane chercher tout seul, se repose dans un café.


Chapitre 5 – Calme et péripéties

Il commence à se faire tard, et pendant tout ce temps, Masane n’a pas cessé de questionner tout le monde dans le quartier sud de Couturier-Ville, mais rien à faire, il ne trouve personne qui a vu Basile et Carelle… Pourtant, alors qu’il était à deux doigts d’abandonner, il tombe sur un hursian d’un certain âge qui vient du quartier nord, et qui a manifestement vu Basile, puisqu’il a réagi positivement après avoir vu les photos de Basile et de Carelle.

« Ce petit bonhomme… oui je l’ai vu ! J’imagine que c’est ton petit ami, vu dans quel cadre tu as mis sa photo. Je le vois encore dans ma tête… petit, avec une tache sur l’œil. Oui, je sais où je l’ai vu la dernière fois.
— Ah bon ! Où ça, où ça ? répond Masane.
— C’est dans le quartier nord… J’avais vu ton petit ami assis tranquillement sur la terrasse du bar en face de l’hôtel Cookie. Il était en train de parler avec une hursiane plutôt mignonne, mais…
— Youpi ! Je vais enfin le revoir ! Merci monsieur, merci pour tout ! »
Masane court alors à toute allure en direction du quartier nord…
Le hursian se tourne dans la direction où court Masane dit de vive voix : « Mais la hursiane avec qui il était, c’était pas la grosse de la photo, c’était une autre ! »
Mais Masane était déjà loin, il n’a pas entendu…

Le soir est tombé, et de ce fait, on ne voit plus grand-chose… reste que Masane voit Basile, de dos, qui est comme le vieux hursian l’avait dit, sur la terrasse du bar, mais la hursiane avec qui il parle n’est pas Carelle… c’est une hursiane que Masane ne connait pas… Mais c’est sans importance ! La joie de Masane de retrouver Basile est telle, qu’il vole en piqué vers lui, qu’il le retourne de force, et qu’il l’embrasse sur la bouche, sous les yeux ébahis de la hursiane avec qui Basile discutait tranquillement. Seulement voilà, il y eut un problème : ce n’était pas Basile mais… Gédéon !
« Pouah ! Berk ! Beurk ! Non mais ça va pas la tête ?
— Heu… pardon, je… dit Masane, plus gêné que jamais.
— Parce qu’on a fait une trêve, et que t’es furax que Basile soit tombé sous le charme de miss Scandiberrie, tu te reportes sur moi, c’est ça ?
— Mais non pas du tout, je…
— Avec moi, tu frappes à la mauvaise porte. Purée, je comprends pourquoi Basile était excédé l’autre soir, t’es… incorrect ! »

La hursiane avec qui Gédéon discutait, totalement dépassée par tout ça, décide de se faire la malle.
« Au revoir Gédéon. J’étais ravie de discuter avec vous, mais je commençais à tomber sous votre charme… or, vu qu’apparemment, vous aimez les garçons, je ne veux pas me faire de faux espoirs…
— Non, non ne t’en vas pas… c'est pas ce que tu crois…
— Au revoir Gédéon !
— Alors ça… Alors ça ! Ça, tu me le paieras, vermine ! dit Gédéon à Masane.
— Je… je suis désolé. Si je… Si je peux faire quelque chose pour me faire pardonner…
— Tais-toi, et laisse-moi tranquille… va te coucher, et j’irai me coucher à mon tour quand tu te seras endormi… Je ne veux plus te voir ni t’entendre ! »

Pendant ce temps, Basile et Carelle ont enfin atteint la terre… Ils déchargent le matériel du micro-super bateau, pour installer de quoi camper. Une fois le tout installé, les deux s’asseyent par terre, en mangeant des noix de roma grillées au feu de bois. Les deux hursians se regardent et se posent des questions…

Au bout d’un moment, Carelle demande : « Dis-moi Basile, à ton avis, à quoi elles ressemblent, ces divinités ?
— Moi j’imagine bien des grandes personnes, qui nous ressembleraient un peu, et qui auraient des couleurs différentes, selon leur domaine… par exemple, la divinité de l’eau serait bleue… Après, dans le détail, j’ai pas d’idée sur ce à quoi elles pourraient ressembler.
— Moi, je les imagine bien un peu comme les dessins sur le recoin du mont Couckme qu’on avait pu voir sur le livre… des êtres fins, en longueur, avec des énormes pattes… et perso, je les imagine classes, beaux, même. répliqua Carelle.
— Oui, je vois l’idée… maintenant, le plus dur, c’est de les trouver.
— On les trouvera… c’est quelque chose qui me tient à cœur. Le plaisir de l’aventure, de la découverte…
— Je croyais que c’était pour la puissance que tu voulais les trouver ? Tu avais dit que tu voulais les contenir ou un truc du genre… »

Carelle ne dit plus rien pendant un petit moment, puis dit : « Oui, je sais que j’avais dit ça, mais bon… voilà quoi. La puissance c’est quelque chose, mais l’aventure c’est autre chose. »

Basile se dit : « La voix qui provenait de son cœur ce matin disait vrai… Carelle est en train de changer. Elle devient plus douce, plus gentille… et c’est tellement plus agréable de parler avec elle maintenant, comparé à hier matin encore… »

Carelle, qui voit Basile le regard éteint, demanda : « Basile ! Tu vas bien ?
— Oui, oui… Excuse-moi, j’étais dans mes pensées.
— Pas de problème… je connais ça. »

Les deux hursians vont finalement se coucher dans leurs tentes respectives. Basile a sa tente bleue, et Carelle a sa tente verte… Et le feu s’éteint de lui-même. Toute la zone dort : pendant ce temps, à Couturier-Ville, Masane et Gédéon dorment dans leur chambre d’hôtel, après avoir passé une journée entière à demander aux passants s’ils ont vu Basile et Carelle… pour finalement n’avoir aucune réelle réponse positive.

Le lendemain, à l’aube, Masane et Gédéon se lèvent… La matinée a commencé par une discussion passionnée pour savoir s’il fallait rentrer à Sarteville ou continuer à chercher Basile et Carelle. Gédéon a tout fait pour convaincre Masane de retourner à Sarteville, mais celui-ci refusa en bloc. Or, de son côté, Gédéon ne voulait pas être absent dans l’hypothèse où il retrouverait Basile, car il dit ne plus vouloir laisser Basile seul avec Masane. Au bout du compte, les deux rivaux ont décidé d’un accord commun de chercher Basile et Carelle, mais de ne pas faire tout un cinéma lorsqu’ils les auront retrouvés. Il faut dire que Gédéon garde en mémoire le baiser de Masane qui ne lui était pas destiné ! Près du mont Couckme, Basile et Carelle se réveillent approximativement en même temps… Les deux hursians ont décidé de manger quelques noix de roma avant de repartir à la recherche du lieu où se trouverait une route pour accéder à la demeure actuelle des quatre divinités… Basile et Carelle sont donc allés en direction du mont Couckme, en passant par la partie émergée de la vallée… Ils ont dû laisser le micro-super bateau à l’endroit où ils avaient fait leur campement, étant donné que le réservoir a été perdu lors de l’immense vague, et qu’il est donc inutilisable. Sur leur chemin, Basile et Carelle ont croisé des squelettes de navisias de tailles et de formes très variées. Finalement, après plusieurs péripéties, Basile et Carelle ont enfin trouvé le fameux recoin du mont Couckme qui était présent sur le livre. Leur quête allait enfin pouvoir réellement commencer.

À SUIVRE !
No comments have been added yet.

Add a Comment:
 
×

:icontece-artiste: More from Tece-Artiste


More from DeviantArt



Details

Submitted on
April 4
Submitted with
Sta.sh Writer
Link
Thumb

Stats

Views
47
Favourites
1 (who?)
Comments
0