Shop Forum More Submit  Join Login
ADAccueil by Tece-Artiste
:FRflag: This is the French version of Aventura Divino. For the English version, click on this link: Aventura Divino #11 (EN)

Dans le chapitre précédent…

Aventura Divino #10 (FR)
Après que Masane, Basile et Gédéon aient fusionné avec les divinités de l'air, de l'eau et de la terre, afin d'empêcher la divinité de la vie de réitérer sa catastrophe d'il y a plusieurs millions d'années, ce fut au tour de Carelle de fusionner avec ladite divinité justement ! Après quoi la hursiane est repartie à Sarteville, rapidement suivie par Masane, Basile et Gédéon.

Aventura Divino illustration #11 by Tece-Artiste
Légende : La partie en gras du texte du chapitre

Chapitre 11 – Retour à Sarteville

Il fait un très mauvais temps à Sarteville… C’est le soir, et il y a une météo qui semble annoncer un orage très proche. C’est dans ce contexte qu’atterrit le micro-super avion, dans la cour de la fameuse école abandonnée dans la périphérie de Sarteville, école qui sert de repère à Carelle et ses deux sous-fifres. La hursiane ne se doute pas que Basile, Masane et Gédéon ne sont pas très loin non plus, car Masane, boosté par le pouvoir de la divinité de l’air et par la puissance de celles de la terre et de l’eau que Basile et Gédéon incarnent, vole presque aussi vite que le micro-super avion. Ayant entendu le micro-super avion arriver, Ouro et Prata, les deux macalites sous-fifres de Carelle, sortent de l’école abandonnée pour accueillir leur maitresse.

« Maitresse, quel bonheur, vous êtes saine et sauve ! dit Ouro.
Ouais, je suis là… et je ne suis pas revenue les mains vides : je suis enfin parvenue à m’accaparer une puissance divine. Bon, va me chercher un jus de fruit. Et toi Prata, prépare-moi tout un attirail, on va avoir du pain sur la planche cette nuit. »

Allongée sur un lit qu’elle avait installé lorsqu’elle a commencé à se servir de l’école abandonnée comme repaire, Carelle se repose en buvant le jus de fruit que lui a servi Ouro… C’est un repos nécessaire, puisque c’est cette nuit qu’elle veut agir, et non demain matin !

Une heure plus tard, il est minuit, et Masane, qui porte toujours Basile et Gédéon, se pose : les trois garçons sont enfin arrivés à destination ! Ils sont dans la cour de l’école abandonnée, mais quelque chose ne tourne pas rond : il y a comme une ambiance de vide. De plus, il n’y a aucune trace du micro-super avion ! Pour Masane, il n’y a aucun doute : Carelle est partie de l’école abandonnée ! Mais pour aller où ?

Basile dit : « Souvenez-vous de ce qu’a dit le gérant de l’hôtel Cookie… Il avait dit que Carelle a un compte à régler !
Quand on a des comptes à régler, ce n’est pas pendant la nuit, à moins que ce soit…
À moins que ce soit… ? demandent Masane et Basile.
À moins que ce soit dans l’objectif de tendre un piège mortel à quelqu’un ! Quelqu’un qu’elle détesterait par-dessus tout !
C’est pas possible, c’est moi qu’elle déteste par-dessus tout !
Et si, tout simplement, tu n’étais pas la personne qu’elle déteste par-dessus tout ? S’il y avait quelqu’un d’autre, quelqu’un qu’elle détesterait du plus profond de son cœur ? Carelle est une hursiane pleine de secrets, elle m’a donné l’occasion de le voir… » dit Basile, après un temps de réflexion.

Basile, Masane et Gédéon sont très mal à l’aise… Même s’ils ont compris que comme eux, Carelle a gardé sa volonté propre malgré sa fusion avec une des divinités, celle-ci est quand même susceptible de commettre des actes horribles, peut-être irréparables… Ils ont donc décidé de partir à la recherche de la hursiane, qui a vraisemblablement amené ses deux sous-fifres avec elle, puisque ceux-ci sont également absents de l’école abandonnée. Les trois garçons se sont réparti les tâches : Masane ira chercher à l’ouest de la ville, et Gédéon ira chercher à l’est. Basile, quant à lui, va rester à l’école abandonnée, pour être à l’affut si jamais Carelle venait à y retourner. Cela dit, malgré leur bonne volonté, ils ne croient pas tellement en la possibilité de rattraper la hursiane avant qu’elle fasse le fameux « règlement de comptes » qu’elle avait évoqué, car elle est partie en ville une demi-heure avant Basile, Masane et Gédéon… Et histoire de ne rien arranger, juste au moment où ces deux derniers se mettent à la recherche de Carelle, l’orage a fini par éclater. Bonjour la pluie et la foudre. Qui dit pluie, dit fourrure trempée pour Gédéon, ce qui est plutôt désagréable, et qui dit foudre, dit risque d’électrocution pour Masane, car les antennes de macalite s’apparentent à des paratonnerres…

Au 43 de la rue Cathy Laura se situe une belle maison à trois niveaux. Dedans vit une famille de hursians à priori lambda. Mais c’est la nuit, et comme toute la ville à part les milieux noctambules, la maison dort. Dans la rue, trois silhouettes courent sans faire de bruit, pour aller en direction de l’entrée de cette maison. Ces trois silhouettes sont celles de Ouro, Prata et Carelle. Cette dernière penche la tête en arrière pour regarder le sommet de la maison, laissant la pluie tomber sur ses lunettes, qui ne corrigent déjà pas totalement sa myopie… mais qu’importe la vue, Carelle a l’esprit très lucide. La hursiane se redresse, puis dit :

« Maintenant que j’ai acquis un pouvoir divin, je sais qu’il ne m’arrivera rien de mal. Je vais enfin pouvoir réaliser mon vœu le plus cher, celui que j’attends depuis plus de 10 ans !
Mais… maitresse Carelle, de quoi parlez-vous ? »

Sous la pluie, Carelle reste silencieuse un moment, puis repenche la tête pour observer la maison… Sur le visage de Carelle, l’humidité n’est plus seulement due à la pluie, quelques larmes ayant également coulé de ses yeux.

Prata, voyant cela, dit « Maitresse ? Mais… vous pleurez ?
NON ! Je ne pleure pas ! Oserais-tu prétendre que je serais capable d’émettre des signes de faiblesse comme les pleurs ?
Non… Non… » dit Prata, qui a pris peur.

Carelle a recommencé à léviter pour atteindre l’entrée sans faire de bruit de pas, pendant qu’Ouro et Prata volent pour en faire de même. Très discrètement, la hursiane commence à crocheter la serrure avec l’une de ses griffes, en faisant signe à ses sbires de se faire silencieux. Carelle finit par ouvrir la porte, et entre dans la maison. Elle est suivie d’Ouro qui tient une boite à outils, et de Prata qui porte une grande et lourde hache.

« Vas là-bas, tu y trouveras le tableau électrique. Coupe les fils électriques un par un, et silencieusement ! Il faut qu’ils ne puissent pas allumer la lumière si jamais ils nous entendent ! » dit Carelle en pointant du doigt une porte au bout du couloir.

Ouro part là où lui a indiqué Carelle, et cette dernière chuchote à Prata : « Viens avec moi, on va dans la deuxième pièce à l’étage. Si je ne me trompe pas, c’est la chambre du monsieur que l’on doit voir.
 Mais maitresse, qu’est-ce qu’on va faire en fait ? Vous ne nous avez rien dit depuis votre retour…
 Ne pose pas de question et obéis ! »

Prata suit donc Carelle et les deux vont dans la deuxième pièce à l’étage après avoir au préalable fermé « à clé » les autres portes, toujours avec la technique de la griffe. La hors-la-loi ouvre la porte délicatement comme elle seule sait faire. Prata cède la hache à sa maitresse puis entre dans la pièce en question. Carelle part alors en direction du salon pour s’y cacher, accompagnée d’Ouro qui a terminé sa mission de sabotage des fils électrique. Prata, lui, est dans une chambre où dort un couple de hursians cinquantenaires. Prata s’approche doucement de la hursiane cinquantenaire, puis fait mine de l’enlever. La hursiane cinquantenaire se réveille instinctivement et crie de terreur face à cet inconnu. Incapable de se défendre car handicapée, cette mère de famille appelle à l’aide. Son mari se réveille alors et voyant la situation, se précipite pour aider son épouse, mais lui aussi est incapable de résister face à Prata qui est bien trop rapide pour lui.

La hursiane cinquantenaire hurle : « Chéri, appelle les gardiens de la paix !!! »

Le mari file alors en direction du salon, mais alors qu’il entre pour y prendre le téléphone, il subit un coup sur la tête qui l’assomme à moitié. Ouro, qui est l’auteur du coup sur la tête, ligote ce hursian cinquantenaire sur une chaise.
Celui-ci voit Ouro et dit : « Mais… mais qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous nous voulez ? »
Carelle, qui est derrière le hursian, tapie dans l’obscurité, sort de l’ombre et se place devant lui, toujours avec la hache à la main.
Le hursian dit : « Non, c’est pas possible, tu es… tu es… »

À SUIVRE !
Add a Comment:
 
:icongojicachou:
GojiCachou Featured By Owner Jul 4, 2018  Hobbyist General Artist
OMG je crois savoir qui c'est !!!
Reply
:icontece-artiste:
Tece-Artiste Featured By Owner Jul 4, 2018  Hobbyist Digital Artist
En tout cas, c'est quelqu'un qui a reconnu Carelle. ;)
Reply
:icongojicachou:
GojiCachou Featured By Owner Jul 4, 2018  Hobbyist General Artist
Oui ! Hâte de voir la suite !
Reply
:icontece-artiste:
Tece-Artiste Featured By Owner Jul 4, 2018  Hobbyist Digital Artist
La suite sera début aout, comme annoncé précédemment. :)
Reply
:icongojicachou:
GojiCachou Featured By Owner Jul 4, 2018  Hobbyist General Artist
Oki !
Reply
:icontece-artiste:
Tece-Artiste Featured By Owner Jul 4, 2018  Hobbyist Digital Artist
Le 1er aout pour être plus précis !
Reply
:icongojicachou:
GojiCachou Featured By Owner Jul 4, 2018  Hobbyist General Artist
Hé bé, moi je me fixe pas de dates, parce que je ne les respecte pas XD
Reply
Add a Comment:
 
×

:icontece-artiste: More from Tece-Artiste


More from DeviantArt



Details

Submitted on
July 4
Submitted with
Sta.sh Writer
Link
Thumb

Stats

Views
18
Favourites
2 (who?)
Comments
7
×