Shop Forum More Submit  Join Login

Mature Content

This content is intended for mature audiences.


or, enter your birth date.*


Month

Day

Year*
Please enter a valid date format (mm-dd-yyyy)
Please confirm you have reviewed DeviantArt's Terms of Service below.
* We do not retain your date-of-birth information.
ADAccueil by Tece-Artiste
:FRflag: This is the French version of Aventura Divino. For the English version, click on this link: Aventura Divino #10 (EN)

Dans le chapitre précédent…

Aventura Divino #9 (FR)
Alors qu'ils ne cherchaient que des vestiges des 4 divinités nuibiennes, Masane, Gédéon et Basile ont finalement rencontré 3 d'entre elles ! Il s'est alors avéré qu'il ne s'agit pas de divinités mais d'extra-nuibiens ayant permis l'existence même de la vie sur Nuibie, qui était aride avant leur arrivée, il y a plusieurs millions d'années. Ar, Terra et Água, respectivement "divinités" de l'air, de la terre et de l'eau, se sont réincarnés en Masane, Gédéon et Basile. Ainsi, nos héros se trouvent dotés des pouvoirs de ces êtres suprêmes. Leur mission : empêcher Vida, la 4ème divinité -celle de la vie-, de se réincarner en Carelle.

[NON-CANON] Aventura Divino 10 by Tece-Artiste
Légende : La partie en gras du texte du chapitre

Chapitre 10 – Problèmes à l'horizon !

Masane dit : « Qu’est-ce que c’est que ça ? Ça semble venir du centre du temple !
 Et si… Et si ça ne venait pas du centre, mais d’une autre aile du temple… L’aile consacrée à Vida, à tout hasard…
Mais alors, si ça vient de l’aile Vida, ça voudrait dire que… » dit Gédéon.

Les trois compères se regardent entre eux, d’un air très inquiet…

C’était prévisible : Carelle a réussi à briser le sceau qui enfermait la quatrième divinité ! Mais Vida n’apparait pas, seule une espèce de spectre intégralement noir, sans forme particulière, apparait, avec deux yeux noirs avec des pupilles blanches très fines. Mais même s’il ne s’agit pas d’une créature semblable à Ar, Terra et Água, il est certain que c’est bel et bien Vida, même si de toute évidence, ce spectre ne constitue pas sa vraie enveloppe charnelle, celle-ci ayant été dissoute lors de la fameuse « vague Vida ».

Vida dit à Carelle, d’une voix avec un fort écho : « Merci, femelle navisia, tu m’as rendu un grand service en me libérant…
Il fallait bien que je vous libère pour pouvoir profiter de la puissance des divinités ! Et maintenant, je vous demande de m’inculquer toute votre puissance, pour que je puisse être capable de vaincre n’importe qui ! Allez-y ! »

Masane et Gédéon viennent d’arriver dans la salle où se trouvent Carelle et le spectre de Vida. Carelle s’en aperçoit, et tourne la tête pour regarder les deux rivaux, puis leur dit : « Allez-vous-en, les deux nuls ! J’ai atteint mon objectif ! Je n’ai plus besoin de vous désormais ! Partez d’ici immédiatement si vous tenez à vos vies ! »

Le spectre de Vida regarde Masane et Gédéon d’un air très menaçant. Le regard du spectre ainsi que l’aura que dégage Carelle terrifient les deux rivaux. Jamais ils n’ont ressenti autant de puissance autour d’une seule personne… Néanmoins, Masane dit : « Pas question Scandiberrie ! On ne va pas te laisser faire n’importe quoi ! Stoppe ce contact avec ce spectre ! Immédiatement ! »

Gédéon transpire de peur pendant qu’un long moment de silence s’en suit, moment pendant lequel Carelle arbore un sourire narquois et arrogant, en regardant Masane pendant qu’elle continue à être psychiquement en contact avec le spectre…

« Et qui va m’obliger à arrêter de m’accaparer cette puissance ? Toi peut-être ?
— Et pourquoi pas ? » dit Masane.

Carelle regarde fixement Masane, puis cligne les yeux, et en l’espace d’une seconde, une vague d’énergie sort d’elle en direction de Masane, qui ne peut l’éviter. Masane est durement touché.

« Masane ! Non ! » s'exclame Gédéon, qui part aussitôt à son chevet… Masane peine à ouvrir les yeux, et dit à voix très basse : « Basile… Maintenant que je n’ai plus rien à perdre, je voulais te dire… je voulais te dire que je t’… » Le macalite ferme alors les yeux… mais heureusement, il n’est pas mort, il n’a fait que s’évanouir. C’est un coup dur pour la divinité de l’air, qui, elle, ne s’est pas évanouie, mais se retrouve immobilisée par l’évanouissement de son incarnation. Gédéon, même en sachant que Masane est vivant, pleure quand même son rival, pendant que Carelle semble plus heureuse que jamais… mais ses yeux traduisent une haine sans égal.

Un rien plus tard, Basile, qui n’a pas pu courir, car toujours épuisé de sa course interminable pour atteindre Água, arrive enfin dans la salle où se trouvent son frère, Masane et Carelle. Et quelle ne fut pas sa stupéfaction lorsqu’il vit Masane évanoui et Carelle en plein contact psychique avec un spectre !

« Masane ! Non… Pas toi… Masane !
Rassure-toi Basile… il est vivant. Mais Carelle lui a porté un sacré coup. C’était impressionnant, elle a juste regardé Masane, puis elle a cligné des yeux, et ensuite, c’était si rapide… il y a eu une vague d’énergie qui a frappé Masane très violemment… et puis voilà… »

Basile, qui s’était mis à genoux auprès de son meilleur ami pendant que Gédéon lui expliquait la situation, se relève et regarda Carelle, à qui il dit : « Carelle… Non, ce n’est pas possible… Non !
Et si ! Tu vois bien, tout est possible ! J’ai fini par atteindre mon objectif ! Regarde-moi… Ma puissance augmente continuellement… Et ce n’est pas fini ! dit la hursiane en regardant Basile.
Mais pourquoi as-tu frappé Masane… POURQUOI ? Tu as failli le tuer ! Tu te rends compte de la gravité de la chose ??
Ah, ce microbe sodomite, j’aurais pu le tuer si je voulais… mais je veux le garder en vie. Il sera l’un de mes esclaves, ce sera mon souffre-douleur attitré lorsque j’aurai besoin de me défouler ! dit Carelle, avec un regard agacé.
Non mais tu te rends compte des horreurs que tu prononces ? Non Carelle… Ce n’est pas toi… Tu n’es pas celle avec qui j’ai passé tout ce temps depuis notre arrivée au mont Couckme ! Cette Carelle n’aurait jamais osé dire de telles abominations… » dit Basile, choqué.

Carelle semble énervée, mais bizarrement, ne réagit pas, et préfère se concentrer sur le spectre qu’elle a presque fini d’absorber. Basile, désespéré, tente de raisonner sa partenaire : « Carelle… Non, Carelle… Ne commets pas l’irréparable… »

La hursiane hors-la-loi a l’air encore plus énervée, elle semble même avoir un mal de tête très intense, son médaillon clignote du rouge au jaune, puis finit par totalement absorber le spectre, et son médaillon redevient rouge vif. S’en suit un moment de silence, pendant lequel Carelle penche la tête en avant, Basile se met à pleurer, Gédéon est terrorisé et toujours auprès de Masane, qui est justement en train de se réveiller. Carelle lève la tête, et dit : « C’est terminé messieurs… », après quoi la hursiane se met à léviter, puis quitte la salle à toute allure, probablement pour sortir du Quadri-Temple.

Gédéon dit : « Oh non… Non… La crainte de la divinité Terra est en train de se réaliser…
De… de quoi tu parles ? demande Basile, toujours en pleurs.
En fait, la divinité Terra m’a dit que ce qu’il craignait le plus, c’était que la divinité Vida prenne le contrôle du corps de miss Scandiberrie, et se mette à tout détruire sur son passage, afin de reproduire la vague qui a provoqué l’extinction de l’ère primaire il y a des millions d’années… car oui, la « vague Vida » a bel et bien été provoquée par la divinité du même nom. Vida était dégouté de l’évolution de notre monde… et je pense que l’évolution qu’a connu le monde depuis la dernière extinction doit certainement le dégouter davantage encore !
Scandiberrie est… morte. Son corps existe, mais son âme est morte… La divinité… a pris sa place…
Non Masane… Je ne sais pas pourquoi, mais… je suis convaincu que l’âme de Carelle est toujours présente. Pendant que je pleurais, juste avant qu’elle quitte le temple, j’ai senti sa présence… affirme Basile.
Tu penses qu’il y aurait un moyen d’éjecter Vida du corps de miss Scandiberrie ?
Je ne sais pas… Mais s’il y a un moyen, il faudra le trouver, pour remettre Vida à sa place, et faire en sorte qu’il ne réapparaisse plus jamais ! »

Les deux frères hursians aident Masane à se déplacer, et une fois arrivés au centre du temple, les rôles s’inversent, et Masane déploie toutes ses forces pour s’envoler en tenant les deux hursians. Ils ont fini par réussir à remonter l’ascenseur qui les avait menés au Quadri-Temple et se sont retrouvés dans la grotte qui sert d’entrée à ce dernier. Masane, épuisé de ce vol alors qu’il était déjà affaibli par le coup provoqué par la vague d’énergie de Carelle, s’effondre à nouveau, mais cette fois sans s’évanouir. Sans surprise, le micro-super avion n’était plus là, Carelle l’ayant utilisé pour retourner au plus vite vers Couturier-Ville.

Basile dit : « On n’a pas le choix… Il va falloir camper ici.
Mais… Mais c’est impossible ! Tu imagines tout ce qui peut se passer ? Si ça se trouve, miss Scandiberrie a déjà détruit Couturier-Ville à l’heure où on se parle !
Possible, mais on doit impérativement être à trois pour pouvoir affronter cette divinité qui a pris possession de Carelle. Or, il faut que Masane se repose, le pauvre est épuisé.
Oui, tu as raison… Autant camper ici… »

Basile fait un bisou à Masane, puis un autre à Gédéon, qui ne s’y attendait pas, puis il s’allongea pour se reposer à son tour. Face à tout cela, Gédéon a décidé de se reposer lui aussi…

Dans un coin isolé de Couturier-Ville se trouve une maison abandonnée… Carelle s’y trouve, et est assise par terre, les yeux fermés, et essaye de se masser la tête, car elle semble avoir un mal de tête comme jamais elle en a eu auparavant. Deux voix résonnent dans sa tête, justement…

« C’était donc ça… Mon côté maléfique, c’était donc Vida… Je serais donc partiellement la réincarnation de Vida…
Allons… Ne m’appelle pas maléfique. Je suis Carelle, tu es moi et je suis toi !
Non, tu n’es pas Carelle… Je suis Carelle, je suis une hursiane gentille, douce… Je ne suis pas la réincarnation d’une divinité destructrice.
Qui parle de divinité destructrice ? Vida n’est pas une divinité destructrice, c’est une divinité bipolaire… Bipolaire, comme nous ! Nous étions vouées à fusionner avec Vida, c’était notre destin. Vida est à l’origine de toute vie sur cette planète, et si nous sommes nées comme ça, c’est parce qu’il avait besoin d’un corps puissant et bipolaire pour s’y réincarner !
Mais moi, je ne veux pas… Je ne veux pas être la poupée d’une divinité. Je veux être une hursiane libre et indépendante.
Tu veux, tu veux, tu veux… Mais ma pauvre, tu n’es pas en position de force. Je te domine complètement. J’ai un contrôle total sur nous ! C’est moi qui décide de ce que nous faisons ! Et tant que je serai en position de force, JAMAIS je ne laisserai l’âme de notre divinité quitter notre corps. Tel est notre destin ! »
Carelle ouvre les yeux, et dit de vive voix : « Tel est mon destin ! »

La hursiane quitte alors la maison désaffectée, et décide de partir en ville, mais étrangement, une fois arrivée en ville, elle ne fait pas de mal, elle ne tue personne… la raison est en fait simple : la fusion entre Carelle et Vida est en réalité le même genre de fusion que celles qu’ont connu Basile, Masane et Gédéon, une fusion où le possesseur du corps garde sa volonté propre. Comme Água, Ar et Terra, Vida est totalement dépendant de la volonté de Carelle. Néanmoins, de par la personnalité instable de celle-ci qui coïncide parfaitement avec celle de Vida, la divinité de la vie pourrait réussir à manipuler quelque peu le comportement de la hursiane, mais pas suffisamment pour créer une nouvelle vague de destruction, d’autant plus où un anéantissement du monde ne va pas du tout dans le sens des intérêts de Carelle, y compris de la mauvaise face de celle-ci, qui désire conquérir le monde, et non pas le détruire… La hursiane arrive à l’hôtel Cookie, car il commence à se faire tard… Le gérant de l’hôtel est surpris de voir la hursiane seule.

« Vous revoilà ? Mais où est le petit gars qui vous accompagnait ?
Il n’est pas là… Je ne sais pas où il est, il doit probablement dormir à la belle étoile… sans moi…
Et bien… vu l’heure, je vous propose de vous rendre dans votre chambre. Si jamais le petit gars qui vous accompagnait venait à arriver plus tard dans la soirée, je lui dirai que vous êtes là ! dit le gérant, d'un air déçu.
D’accord… » dit Carelle, qui se retire dans sa chambre.

La vallée de Couckme dort… Masane et Gédéon dorment paisiblement… mais Basile n’arrive pas à dormir, il semble tourmenté… Il regarde le ciel étoilé, reflété par les larmes de ses yeux. À l’hôtel Cookie, Carelle non plus ne dort pas, elle est prise dans ses pensées, et ne peut s’empêcher de tourner la tête en direction de la fenêtre, pour admirer le ciel étoilé. Elle est pensive… Basile comme Carelle sont finalement parvenus à s’endormir, mais bien plus tard.

Au petit matin, Basile, Masane et Gédéon se sont réveillés, fin prêts pour aller à Couturier-Ville dans l’espoir d’y retrouver Carelle. Hélas, une mauvaise surprise les attendait à leur arrivée : alors qu’ils venaient tout juste d’entrer dans la ville, ils apercevaient le micro-super avion décoller ! Ils ont alors couru vers l’hôtel Cookie dans l’espoir de demander au gérant de l’hôtel s’il savait quelque chose des intentions de Carelle…

« Excusez-moi monsieur… Est-ce que vous n’auriez pas vu une hursiane grosse et moche, rousse avec des taches de rousseur sur le pelage ?
MASANE !!! s'exclame Basile.
Laisse tomber… chuchote Gédéon à son frère.
Vous n’êtes pas du genre respectueux monsieur… Je ne réponds pas aux gens sans éducation, monsieur !
Mais ?... Mais ? »
Basile pousse Masane et se place devant le gérant.
« Ah mais attendez, je vous reconnais ! Vous êtes le petit gars qui accompagnait la jeune hursiane jusqu’à hier ! Je m’inquiétais pour vous !
Oui, c’est moi… Dites-moi, mon brave, savez vous où est partie ma compagne de route ? Elle ne m’a pas prévenu !
Ah mince, je pensais que vous saviez. Bon, je vais vous le dire, elle a dit qu’elle comptait retourner dans sa ville natale, et qu’elle a des comptes à régler. Je n’ai pas osé réagir, même si j’avoue qu’elle me faisait un peu peur.
Mais dites-nous, savez vous quand est-ce qu’aura lieu le prochain vol à destination de Sarteville ? demande alors Gédéon.
Alors… laissez-moi regarder sur mon ordinateur… Ah voilà, j’ai trouvé ! Le prochain vol à destination de Sarteville aura lieu dans un mois ! »

Basile, Masane et Gédéon ont tous les trois fait les gros yeux face à cette annonce. Un mois, c’est beaucoup trop ! Il leur faut arriver à Sarteville au plus vite. Ils cherchèrent alors une idée… Avant que Masane s'exclame
: « Stop ! Mais attendez, on l’a, notre moyen de transport ! » Basile et Gédéon ne comprennent pas… Il n’y a pas d’avion ni d’hélicoptère à l’horizon, donc ils ne voient pas de quel moyen de transport Masane peut parler.
Le macalite dit alors
: « Je vole… et je vous rappelle que j’ai acquis le pouvoir de la divinité de l’air ! Je suis sûr que j’ai assez de force pour vous transporter tous les deux… et grâce à la puissance des trois divinités que nous incarnons, nous pourrions voler à toute allure et arriver à Sarteville à temps !
C’est un coup à essayer ! » répond Gédéon.

Effectivement, ce coup méritait d’être essayé : une fois sortis de l’hôtel, Masane a réussi à s’envoler tout en transportant Basile et Gédéon avec lui. Les voilà partis en direction de Sarteville, leur bonne vieille ville natale…

À SUIVRE !
No comments have been added yet.

Add a Comment:
 
×

:icontece-artiste: More from Tece-Artiste


More from DeviantArt



Details

Submitted on
June 20
Submitted with
Sta.sh Writer
Mature Content
Yes
Link
Thumb

Stats

Views
27
Favourites
1 (who?)
Comments
0