PuissanceHydrogene's avatar
Étienne
6 Watchers2.8K Page Views32 Deviations
S
Samples of blue
The vastness – Dying of mortal blue And of salt and dew. The whale yawns – A sullen blue flies out Under sinking clouds. Rain in a solid sky – Tears of black blue Flowing through. Gravity vanquishes – Despair floats amidst Hope-deserted blue. Blue stretches upon The horizon Daubed with emptiness. Wasted Wordless cries of blue – Sunshine onto waves and wind. Silence – Void – The faceless ocean.
0
0
T
The Place
IN the town of Lankton’s telephone directory, you could find, under the “Senior Residences” label and among the numerous “Houses of Happiness”, “Daisy Fields Villas”, “Forget-me-not Palaces” and other whatnot, an entry identified as “The Place”. Even though it was printed in the same, standard black-on-yellow font as the other names, the Place’s minimalistic appellation somehow managed to get it unnoticed between the “Paradise of the Gold Age” and the “Pond Lily Estates”. It took a good memory and will, not to mention luck, to remember the existence of that rather
0
0
T
Tours
L’enfant est assis sur le plancher. Autour de lui s’égarent des cubes, une ceinture de blocs aux couleurs attirantes éparpillés sans plus d’ordre que les astres dans le noir. Deux fleuves déferlent sur lui : la lumière heureuse du jour, qui pénètre par les vitres invitantes, et le regard tendre, protecteur et fier d’une mère qui, à deux pas de là, veille. L’enfant empile les cubes. Petit à petit, une tour se construit. Vers le haut, vers la voûte, loin de la terre et de la mer, la tour multicolore conquiert le ciel de la maison confortable. Les Artistes en s
0
1
L
Le chateau
Au-delà des collines, des hameaux hardis Trône le vieux château des seigneurs du pays De ronce enseveli, caché dans les taillis Aux mystères anciens chantant l'hymne interdit. Ses murs sont érodés ; ses murmures rongés Par le temps terrifiant de sept siècles sanglants Des corps sanguinolents, des cors, des drapeaux blancs Des assauts, des épées, des cris des assiégés. Ne reste à l'abandon que l'écho des histoires Des fantômes vaincus, des récits de victoires Des pères et des mères de sanglots amers. Échouée sur le rivage une sir
1
0
P
Pas fous
Des pas qui résonnent qui sonnent dans l'automne qui réverbèrent à travers les lampadaires et les réverbères blancs et translucides allumés dans le noir dans l'atmosphère dans l'air humide trop tard le soir des pas qui brillent des pas qui trillent des pas qui mouillent des pas qui brouillent qui sympathisent et qui anarchisent des pas qui dansent des pas qui pensent qui se suicident et qui pluies acident qui témérairent qui littérairent qui réverbèrent toute la lumière.
3
1
L
Le coureur
Entre Marathon et Athènes il a égaré son haleine.
3
1
L
La derniere couleur
Malik, au cours de ses huit années d’existence, avait déjà vu bien des couleurs. Certaines d’entre elles, pourtant, s’imposaient toujours par leur omniprésence, par leur sorte de supériorité sur le monde. La première, c’était le bleu. Le bleu du ciel d’abord : pâle, presque blanc le matin, lorsque le soleil s’éloignait lentement de l’horizon ondulé; puis, clair et uniforme, voire oppressant au milieu du jour; bleu fatigué en fin d’après-midi, alors que le ciel s’apprêtait à prendre une pause en rouge-orange crépusculai
1
1
1
0
L
La plaine
La plaine : vaste comme les ciels d’or et d’opale qui, suspendus dans le   matin, regardent les reliefs endormis de nos vies ; plate comme les lignes des destins insipides de ces milliards d’esprits  navigant sans conscience sur la Terre ; vide comme l’émotion factice des masques fixés sur les visages  humains : mensonges de plâtre sans chaleur ; froide comme les infinis naufrages de l’âme, qui coule vers les tristes  profondeurs d’une demi-vérité ; venteuse comme la maladie qui souffle sur le monde et qui balaie la vie,  qui nous met à nu et qui éteint nos dern
0
2
M
Matin pluvieux
La nuit n’a toujours pas fini son shift Et tout est partout mouillé : car le ciel pleut. Moi, debout dans la rue, j’attends mon lift Patientant dans le noir de l’heure bleue. La ville dort encore. Tout est stone. L’autobus roule sur l’asphalte humide; Éclabousse les lumières fantômes; Brise l’averse de larmes acides. Le jour point derrière son voile en brume Et les faces des lève-tôt s’allument À mesure que le noir devient gris. L’automne : c’est comme un immense rhume, Une saturnienne éclipse de lune, Un crépuscule d’eau :
4
1
See all
S
Samples of blue
The vastness – Dying of mortal blue And of salt and dew. The whale yawns – A sullen blue flies out Under sinking clouds. Rain in a solid sky – Tears of black blue Flowing through. Gravity vanquishes – Despair floats amidst Hope-deserted blue. Blue stretches upon The horizon Daubed with emptiness. Wasted Wordless cries of blue – Sunshine onto waves and wind. Silence – Void – The faceless ocean.
0
0
T
The Place
IN the town of Lankton’s telephone directory, you could find, under the “Senior Residences” label and among the numerous “Houses of Happiness”, “Daisy Fields Villas”, “Forget-me-not Palaces” and other whatnot, an entry identified as “The Place”. Even though it was printed in the same, standard black-on-yellow font as the other names, the Place’s minimalistic appellation somehow managed to get it unnoticed between the “Paradise of the Gold Age” and the “Pond Lily Estates”. It took a good memory and will, not to mention luck, to remember the existence of that rather
0
0
T
Tours
L’enfant est assis sur le plancher. Autour de lui s’égarent des cubes, une ceinture de blocs aux couleurs attirantes éparpillés sans plus d’ordre que les astres dans le noir. Deux fleuves déferlent sur lui : la lumière heureuse du jour, qui pénètre par les vitres invitantes, et le regard tendre, protecteur et fier d’une mère qui, à deux pas de là, veille. L’enfant empile les cubes. Petit à petit, une tour se construit. Vers le haut, vers la voûte, loin de la terre et de la mer, la tour multicolore conquiert le ciel de la maison confortable. Les Artistes en s
0
1
L
Le chateau
Au-delà des collines, des hameaux hardis Trône le vieux château des seigneurs du pays De ronce enseveli, caché dans les taillis Aux mystères anciens chantant l'hymne interdit. Ses murs sont érodés ; ses murmures rongés Par le temps terrifiant de sept siècles sanglants Des corps sanguinolents, des cors, des drapeaux blancs Des assauts, des épées, des cris des assiégés. Ne reste à l'abandon que l'écho des histoires Des fantômes vaincus, des récits de victoires Des pères et des mères de sanglots amers. Échouée sur le rivage une sir
1
0
P
Pas fous
Des pas qui résonnent qui sonnent dans l'automne qui réverbèrent à travers les lampadaires et les réverbères blancs et translucides allumés dans le noir dans l'atmosphère dans l'air humide trop tard le soir des pas qui brillent des pas qui trillent des pas qui mouillent des pas qui brouillent qui sympathisent et qui anarchisent des pas qui dansent des pas qui pensent qui se suicident et qui pluies acident qui témérairent qui littérairent qui réverbèrent toute la lumière.
3
1
L
Le coureur
Entre Marathon et Athènes il a égaré son haleine.
3
1
L
La derniere couleur
Malik, au cours de ses huit années d’existence, avait déjà vu bien des couleurs. Certaines d’entre elles, pourtant, s’imposaient toujours par leur omniprésence, par leur sorte de supériorité sur le monde. La première, c’était le bleu. Le bleu du ciel d’abord : pâle, presque blanc le matin, lorsque le soleil s’éloignait lentement de l’horizon ondulé; puis, clair et uniforme, voire oppressant au milieu du jour; bleu fatigué en fin d’après-midi, alors que le ciel s’apprêtait à prendre une pause en rouge-orange crépusculai
1
1
1
0
L
La plaine
La plaine : vaste comme les ciels d’or et d’opale qui, suspendus dans le   matin, regardent les reliefs endormis de nos vies ; plate comme les lignes des destins insipides de ces milliards d’esprits  navigant sans conscience sur la Terre ; vide comme l’émotion factice des masques fixés sur les visages  humains : mensonges de plâtre sans chaleur ; froide comme les infinis naufrages de l’âme, qui coule vers les tristes  profondeurs d’une demi-vérité ; venteuse comme la maladie qui souffle sur le monde et qui balaie la vie,  qui nous met à nu et qui éteint nos dern
0
2
M
Matin pluvieux
La nuit n’a toujours pas fini son shift Et tout est partout mouillé : car le ciel pleut. Moi, debout dans la rue, j’attends mon lift Patientant dans le noir de l’heure bleue. La ville dort encore. Tout est stone. L’autobus roule sur l’asphalte humide; Éclabousse les lumières fantômes; Brise l’averse de larmes acides. Le jour point derrière son voile en brume Et les faces des lève-tôt s’allument À mesure que le noir devient gris. L’automne : c’est comme un immense rhume, Une saturnienne éclipse de lune, Un crépuscule d’eau :
4
1
F
Five's a Crowd
A Saskatoon year is not symmetrical: it has five seasons familiar four— stumbling into one another awkward gropes toasting timeless acquaintance the interloper is grey and tan    a folded old woman    a stalk of straw in her gravel teeth. Limping, smiling and wet from between Winter’s supermodel thighs she stains white legs      damp cigarette butts and chokecherries      knotted in her grove of hair. Yet we smile snow-blind,     we only feel     her forehead warmth     her
37
93
Sailing Away
225
962
Vivid Platypus
100
1.7K
BLUE BIRD
108
1.5K
writer's block.
742
4.9K
T
The day the leopards died
Alarm clock - check! The city humdrum - check! The noisy guy upstairs - check! The sound of running water - check! The angry woman on the phone - check! The furtive cat legions, stray, spoiled - check! The wars on TV, clamorous, onerous, futile - check! The shadowy stalkers returning to their hideouts - check! The mother, worrying about offspring whereabouts - check! The birds - a farrago of doves, gulls, sparrows, crows - check! The dogs - spaniels, Great Danes, retrievers, pomeranians - check! The plumber, wanting money for that job he never completed - check! The bugs, the critters, the noises behind the walls, the eyes in your
190
243
Map of Noramerika
69
243
MoF 01 Steampunk_Clockpunk
25
105

Spotlight

L
Le coureur
Entre Marathon et Athènes il a égaré son haleine.
3
1
Canada
Deviant for 11 years
Badges
Les Manicheens
Tiens un peu de publicité pour un forum trop moribond à mon goût : http://manicheens.forumactif.com/forum.htm C'est un forum qui se voulait la plaque tournante d'un cercle de poésie créé à l'initiative d'un ami. Mais il manque cruellement de vitalité et de poètes amateurs pour écrire ou critiquer. Alors si par hasard vous lisez ces lignes, et si encore une fois le hasard fait de vous un ou une poète, venez donc faire un tour.
0
0
Seize mille
J'ai décidé de retirer toutes les parties de mon roman de deviantART, et ce, pour plusieurs raisons : parce qu'elles vont sûrement être abondamment modifiées, parce qu'Internet et ce site sont en fait une forme de publication et que je ne veux pas que le roman soit publié avant d'être terminé, et parce que je veux éviter qu'on ne viole mes droits d'auteur (même si je crois que c'est hautement improbable, d'ailleurs je laisse mes autres écrits sur le site), surtout si un jour j'entreprends des démarches avec des éditeurs pour en faire un livre. De plus, ledit roman avance bon tr
1
0
Ma vie est une fonction sinusoidale
Je me sens inspiré pour décrire ma vie comme une fonction mathématique, ce soir. (En fait je me suis surtout aperçu que l'ancienne note n'était vraiment plus pertinente.) Donc, ma vie est une fonction sinusoïdale : ça monte et ça descend, du moins du côté des émotions et de l'humeur. Et ça se repète toujours, sans cesse. Je me dis que je suis heureux, puis je veux tout laisser tomber, puis je me dis : ça va aller, puis quelque chose d'heureux arrive, puis je redeviens down... Et à travers tout ça, j'essaie (chose ardue) d'y comprendre quelque chose. Je sais m
0
0

Comments19

anonymous's avatar
Join the community to add your comment. Already a deviant? Sign In
cable9tuba's avatar
thanks for the visit :)
arrivesatten's avatar
arrivesattenProfessional Photographer
thanks a lot for the :+fav:! :bounce:
Compotedepommes's avatar
Bonjour, et merci de renouveler le plaisir de la découverte d'un nouvel auteur. (:
PuissanceHydrogene's avatar
Bonjour et merci !
Sapiento's avatar
SapientoProfessional Digital Artist
Thanks for the fav!
PuissanceHydrogene's avatar
You're welcome! Your maps are simply beatiful.
Joao-Henrique-Brum's avatar
Joao-Henrique-BrumProfessional Digital Artist
Thank you very much for the fav!!

P.S. Sorry for my late reply