Shop Forum More Submit  Join Login
About Deviant Artist ParcheminFrance Recent Activity
Deviant for 10 Years
Needs Core Membership
Statistics 905 Deviations 10,772 Comments 37,145 Pageviews
×

Newest Deviations

Literature
L'envers
Si le vieux est à sa fenêtre et que les troupeaux pour l’abattoir ont dépassé la fontaine des trois batelières, alors Ivraie peut passer par les boyaux. Si par contre le bétail est encore au niveau des voies de déchargement ou les vitres de la chambre de bonne sont closes, ils deviennent trop dangereux, même pour elle.
Il arrive que, par bêtise, ignorance ou désespoir, des innocents décident de traverser les boyaux sans prendre le temps de vérifier les heures. Il arrive aussi que des gens ignorant leur existence découvrent une de leurs nombreuses entrées et y pénètrent sans se méfier, pensant emprunter un chemin qu’ils n’avaient jusque-là jamais remarqué. Puis l’ombre sur le cadran solaire s’avance, la ville se meut, et leur monde s’arrête.
On dit même que parfois, les boyaux se mettent en branlent de leur propre chef, et qu’ils peuvent alor
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 1 1
Literature
L'orage
Ivraie lève machinalement les yeux pour vérifier son chemin. Le regard de Malou suit, lové derrière ses globes oculaires. Ivraie peut sentir sa présence. Froide, asséchée, à la fois indifférente à la jeune fille qui la transporte et inquisitrice quant au moindre de ses gestes. Chaque écart, chaque hésitation, est interprète comme un signe de trahison. Un pas du mauvais côté de la rue, et dès qu’Ivraie passera le seuil de la porte de l’appartement ce soir, elle entendra la voix de la vielle femme l’appeler d’un ton impérieux, demandant des comptes,  reprenant une longue ligne de supposés méfaits commis par le passé dont chacun suffit à prouver qu’Ivraie est indigne de la confiance de la vieille femme.
Longtemps, Ivraie a cru Malou. Elle a supplié, pleuré. Elle a implore son pardon. Promis de mille et une façons différentes qu
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 0 1
Literature
Les rues
La rue continue, toute en sinuosités. Vue d’une carte, elle semble séparer la ville en deux moitiés inégales : la basse-ville, flamboyante dans ses habits de chaux fraîchement appliquée, s’ouvrant sur la mer en un élan passionné ; et la haute-ville, tâchée par la boue des marais, recroquevillée sur elle-même comme un enfant effrayé. Ivraie n’avait pas besoin de carte pour voir tout cela. Tout comme elle n’a besoin d’aucun guide pour retrouver son chemin à travers les heures. Peu le remarquent, mais ce ne sont pas les rues qui mènent à destination. Elles ondoient et  serpentent au rythme du cadran fièrement fixé sur le plus haut des marégraphes du port, délivrant leurs passagers à un point ou un autre selon le bon vouloir des astres.
Bien sûr, la plupart des habitants de la ville n’occupent qu’une poignée d’heures chaque
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 1 1
Mature content
Grosse Hilde V2 :iconparchemin:Parchemin 0 0
Literature
Ivraie
Ivraie existe pour être les yeux et les jambes de Malou. Elle range le salon et la réserve. Elle apporte les boissons aux visiteurs. Et quand Malou en ressent le besoin, elle parcourt la ville à la recherche d’ingrédients ou du dernier objet à avoir attiré l’attention de la vieille femme. Parfois, même, comme plus tôt ce jour là, Malou la laisse l’aider lorsqu’elle reçoit des invités, et lui distribue alors avec parcimonie quelques bribes de savoir.
Ben sûr, Ivraie n’est pas dupe. Malou n’a jamais été adeptes des métaphores. Lorsqu’elle dit à Ivraie qu’elle est ses jambes et ses yeux, elle l’entend au sens littéral. A chaque fois qu’Ivraie passe la porte cochère de l’immeuble et s’engage dans les rues, elle emporte avec elle le regard de Malou. Dans l’appartement désert, les pupilles de la vieille femme examinent
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 1 1
Not even a bird around by Parchemin Not even a bird around :iconparchemin:Parchemin 10 1 A land of green silence by Parchemin A land of green silence :iconparchemin:Parchemin 6 0 Overflowing II by Parchemin Overflowing II :iconparchemin:Parchemin 2 0 Green reflexion by Parchemin Green reflexion :iconparchemin:Parchemin 4 0
Literature
Le commencement de la fin
On dit que toute histoire a un début, un milieu et une fin, et que même si parfois un élément ou l’autre est caché, ou manquant, on peut toujours le retrouver. Mais il ne faut pas le croire. On dirait n’importe quoi pour vendre une histoire. Pour lui, le commerce est beaucoup plus pratique si les histoires sont empilables comme des boîtes, qu’il peut entreposer sur des étagères et vendre au poids, achetant sa clientèle avec un joyeux « Il y en a un peu plus que les cinq cent grammes demandés, mais je vous le laisse. Cadeau de la maison ».
On ferait faillite si les gens voyaient les histoires comme Malou les avaient décrites à Ivraie. Selon Malou, les histoires jaillissent du sol comme des sources. Elles s’écoulent, et s’entremêlent, se nourrissent les unes des autres, jusqu’à creuser le sol et façonner le monde à leur image. A chaque fois qu’une fin e
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 1 0
Literature
Ivraie vit
Rien dans la petite pièce n'avait changé, si ce n'était l'angle formé par les rayons du soleil en traversant les larges fenêtres. Malou n'avait pas bougé d'un muscle.
Les joues tendues telles des voiles au-dessus d'un gouffre béant. Les yeux cireux, brûlants, consumés par la rage. Les plaques de peau squameuse le long du cou, et les mains voraces, avides, presque désarticulées tant elles se contorsionnaient sur les accoudoirs du fauteuil.
Tous ces attributs étaient ceux de Malou. La terrible devinresse. La connaisseuse. L'échangeuse. Celle que l'on venait voir quand l'on était prêt à échanger sa vie même contre quelques instants de rêves, car elle était la seule à pouvoir redonner, pour quelques précieux instants, le goût de ce qui avait été ou ne serait jamais. Malou était toujours elle-même, et son corps restait fidèle à la manière dont
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 0 1
Literature
L'enfant de Charybde et Scylla
Scylla n’avait pas de parents. Charybde se disait « tout comme » (après tout, il est difficile de répondre à ses obligations filiales quand on est un gouffre béant au fond de l’océan). C’est pourquoi les deux monstres se trouvèrent fort dépourvues quand elles se rendirent compte qu’elles avaient un enfant.
La compréhension de cet état de fait fut graduelle. Scylla crut d’abord à une sorte de parasite. Charybde, elle, pensa qu’elle devait avoir un bout de mât coincé entre deux rochers, et qu’en fonction du courant, il venait de temps en temps lui gratter le fond de la fosse. Bien sûr, le problème ne fut pas simplifié par le fait que, dans la grande famille qu’était leur panthéon,  les enfants naissaient un peu comme ils le voulaient, s’invitant soudain dans le monde en s’extrayant d’un organe ou d’un objet. Et ni Char
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 1 1
Literature
Les aventuriers
Les aventuriers trouvaient refuge en ville, quand la fin brutale de la belle saison les prenaient par surprise, au détour d'un fossé, entre les plans de roses trémières desséchés par le vent marin. Ils arrivaient en ordre désordonné, trempés, déconfits, vaincus. Ils prenaient leurs quartiers dans les auberges. Pas dans les hostels qu'on trouvait près de la promenade, ou dans la rue royale, au milieu de laquelle triomphait le tramway. Non, dans les rues que l'on qualifiaient tout bas de mal famées, notamment car les aventuriers s'y rendaient. Près de la rue de la chair, et des grands abattoirs qui faisaient le lien entre la route bétaillère et le marché. Aucun aventurier ne se rendra jamais dans un hostel, ne serait-ce que parce que les aventuriers qui avaient fait fortune ne venaient jamais.
Alors ils s'enterraient dans une chambre trop petite pour qu'ils puissent même s'allonger correctement. Ils comp
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 0 2
Literature
Noyade
La surface de l'océan est une symphonie de lumière. Le matin, elle se pare de rose pour accompagner les teintes délicates du jour naissant. Le soir, elle se teint d'ores et de pourpres, afin de saluer dignement le soleil agonisant prêt à s'abîmer en elle. La nuit, elle se fait suaire argenté, et couvre de ses plis ceux qui ne sentiront plus jamais la fraîcheur du vent sur leurs visages.
Elle est l'amie des marins, leur mère et leur amante. Elle leur révèle l'emplacement des bancs de poissons par de subtils troubles de son écume. Par ses tourbillons, elle les met en garde contre les écueils. Enfin, elle garde leurs secrets les plus terribles. Elle s'entrouvre avec langueur pour accueillir ce qu'ils jugent bon de lui donner, l'engloutit, et ne demande jamais rien en échange de son silence.
Les marins vénèrent la surface de l'océan. Tout comme ils craignent ses profondeurs. La où les courants pernici
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 7 14
Literature
La rue
La rue descendait en pente douce vers le port. Ivraie suivait une ligne qu’elle seule arrivait à déceler dans le méandre formé par les rainures des pavés. Elle gardait son regard résolument baissé, s’écartant occasionnellement de sa voie pour laisser la place à une chariette de produits frais en route vers les dépôts, ou à des passants trop concentrés sur eux-mêmes pour la voir. Peu de gens étaient dehors, à cette heure de la journée. La chaleur de la mi-journée se faisait étouffante, prête à tourner à l’orage si le vent du large ne se décidait pas à souffler. La lumière frappait les pierres de la ville avec une cruauté étincelante qui semblait ne jamais décroître, où que se pose le regard. Les ombres reculaient jusque dans les ruelles, et se tapissaient là, sifflant leur rage et leur impatience de voir la nuit enfi
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 1 2
Literature
1
Les règle ne sont jamais écrite, ni mêmes énoncées. Elles restent suspendues là, tacites, jusqu'à ce qu'un imprudent vienne briser leur fragile toile de ses doigts maladroits. Une cède. Deux cèdent. Trois, peut-être, et l'absence de représailles l'enhardit. Il ignore que les fils cassants sont reliés à ceux, plus épais, plus résistants, qui viennent sans qu'il s'en aperçoive, viennent enserrer son corps. Il ne les voit pas. Il ne les sent pas. Il pense avoir échappé à la punition. Lorsqu'il passe dans la rue, il tourne la tête vers la fenêtre de Malou et porte deux doigts à son chapeau, un sourire supérieur aux lèvres.
Malou, dans son fauteuil, sourit elle aussi. Elle sait. Elle voit. Le délicat réseau accroît son emprise sur l'inconscient à chacun de ses pas. Jusqu'à ce qu'enfin, le pi
:iconParchemin:Parchemin
:iconparchemin:Parchemin 0 1

Random Favourites

Into Oblivion by Alexandru1988 Into Oblivion :iconalexandru1988:Alexandru1988 2,891 1,014 Jester by AsyaYordanova Jester :iconasyayordanova:AsyaYordanova 212 34 Father p.2 by stephgallaishob Father p.2 :iconstephgallaishob:stephgallaishob 6 13 Toothless by ElaryWakefield Toothless :iconelarywakefield:ElaryWakefield 648 47 HTTYD: Toothless by Ninjatic HTTYD: Toothless :iconninjatic:Ninjatic 10,739 537 sandkreis by feldrand sandkreis :iconfeldrand:feldrand 6 38 The Mistress by Sindonic The Mistress :iconsindonic:Sindonic 65 41 The Magic Mirror by Sowersweet The Magic Mirror :iconsowersweet:Sowersweet 4 1
Journal
Daily Literature Deviations for March 16, 2010
Daily Lit Deviations for March 16th, 2010
We are proud to feature today's Daily Literature Deviations!
Please show your support by :+fav:ing this News Article
Don't hesitate to comment or :+fav: the artists for their hard work!
:star:For all of the featured artists: If you receive a DD for one of your pieces featured by DLD please note us. We will include you and your piece in a special recognition news article.:star:
Poetry
Featured by Iluvocnj2006

"I Am Afraid Of My Own Voice" by HugQueen
Beautiful, sweet and loving this poem makes you
just want to sink into the chair you are sitting and read it
over and over again. HugQueen has done
a magnificent job.
featured by: RunningBear5858

"Daffodils" by
:iconDailyLitDeviations:DailyLitDeviations
:icondailylitdeviations:DailyLitDeviations 56 7
Journal
Daily Literature Deviations for March 13, 2010
Daily Lit Deviations for March 13th, 2010
We are proud to feature today's Daily Literature Deviations!
Please show your support by :+fav:ing this News Article
Don't hesitate to comment or :+fav: the artists for their hard work!
:star: For all of the featured artists: If you receive a DD for one of your pieces featured by DLD please note us. We will include you and your piece in a special recognition news article. :star:
Poetry
Featured by hell-on-a-stick

"Dear Post Secret" by wh0rem0ans
wh0rem0ans is refreshingly honest
and decidedly different.  Many of her poems are
just stories in poem format, but everything she does
stands alone.  She creates a world of experiences
that belong to everyone.  Dig in, there is
something there for you.
featured by: passingavery

:iconDailyLitDeviations:DailyLitDeviations
:icondailylitdeviations:DailyLitDeviations 54 5
Parchemin by Lilium32 Parchemin :iconlilium32:Lilium32 2 6
Journal
Daily Literature Deviations - March 12, 2010
Daily Lit Deviations for March 12th, 2010
We are proud to feature today's Daily Literature Deviations!
Please show your support by :+fav:ing this News Article
Don't hesitate to comment or :+fav:the artists for their hard work!
:star: For all of the featured artists: If you receive a DD for one of your pieces featured by DLD please note us. We will include you and your piece in a special recognition news article. :star:
Poetry
Featured by Iluvocnj2006

"Do you remember..." by Isaac-Volpe
Such simplicity and beauty in such a short poem. The reader will be taking on a journal of every sense, and left pondering the loveliness and gracefulness of this piece.
Featured by hell-on-a-stick

"The Cloth of Sleep" by RichardLeach
This gentleman can write anything and does, from complete abstractions to minstrel's songs from the 1300's. He often creates visual poetry in collage and everyth
:iconDailyLitDeviations:DailyLitDeviations
:icondailylitdeviations:DailyLitDeviations 54 1
Journal
Daily Literature Deviations for March 11, 2010
Daily Lit Deviations for March 11th, 2010
We are proud to feature today's Daily Literature Deviations!
Please show your support by :+fav:ing this News Article
Don't hesitate to comment or :+fav: the artists for their hard work!
:star:For all of the featured artists: If you receive a DD for one of your pieces featured by DLD please note us. We will include you and your piece in a special recognition news article.:star:
Poetry
Suggested by ScaredAmbitious
Featured by the-photographicpoet

"-clink- goes the coin" by happymegs81
As well as being very well written, this poem
managed to strike a chord in me several times. It's
beautifully nostalgic, realistic and relatable; a rare treat!
Featured by hell-on-a-stick

"Walking
:iconDailyLitDeviations:DailyLitDeviations
:icondailylitdeviations:DailyLitDeviations 56 13
Journal
Daily Literature Deviations - March 10, 2010
Daily Lit Deviations for March 10th, 2010
We are proud to feature today's Daily Literature Deviations!
Please show your support by :+fav:ing this News Article
Don't hesitate to comment or :+fav: the artists for their hard work!
:star: For all of the featured artists: If you receive a DD for one of your pieces featured by DLD please note us. We will include you and your piece in a special recognition news article. :star:
Poetry
Featured by Iluvocnj2006

"falling up the elevator: by VampireInTheSunlight
Each person should have someone in their lives to tell them it's okay to
be weak, because no one is perfect. VampireInTheSunlight puts this
exact idea into a beautiful poem.
Featured by: dreamsinstatic

"Stati
:iconDailyLitDeviations:DailyLitDeviations
:icondailylitdeviations:DailyLitDeviations 61 2
Journal
Daily Literature Deviations for March 9, 2010
Daily Lit Deviations for March 9th, 2010
We are proud to feature today's Daily Literature Deviations!
Please show your support by :+fav:ing this News Article
Don't hesitate to comment or :+fav: the artists for their hard work!
:star: For all of the featured artists: If you receive a DD for one of your pieces featured by DLD please note us. We will include you and your piece in a special recognition news article. :star:
Poetry
Featured by: hell-on-a-stick

"Memories from baptism" by stupidvagina
The poems and the artwork, likewise, the name
pull no punches.  Not for the faint, she tells things like
they are and drills the ink onto the page.  It's hard to
look away, but then again, why should you?  
What she's showing us needs to be seen.
Featured by teenyxtinyxtina

:iconDailyLitDeviations:DailyLitDeviations
:icondailylitdeviations:DailyLitDeviations 57 1
Journal
Daily Literature Deviations for March 8, 2010
Daily Lit Deviations for March 8th, 2010
We are proud to feature today's Daily Literature Deviations!
Please show your support by :+fav:ing this News Article
Don't hesitate to comment or :+fav: the artists for their hard work!
:star: For all of the featured artists: If you receive a DD for one of your pieces featured by DLD please note us. We will include you and your piece in a special recognition news article. :star:
Poetry
featured by: RunningBear5858

"In The Puppeteer's Absence" by Freakomaniacadisical
A gorgeously written poem describing the
author running around the world, in the absence of a god.
The concept itself is interesting to begin with, and the
language is so compelling, it will leave you wanting more
and more until the very last line.
Featured by hell-on-a-stick

:iconDailyLitDeviations:DailyLitDeviations
:icondailylitdeviations:DailyLitDeviations 50 3

Friends

Watchers

Activity


Parce qu'il n'y a pas de raison de ne pas en faire profiter les autres.

Hier soir, j'ai écrit un adorable petit texte nommé "La Ville, La nuit", qui, selon quelques personnes... tend un poil vers la paranoïa (quelle idée, n'est-ce pas ? Vous me connaissez, je ne suis pas paranoïaque, c'est le monde entier qui est contre moi !).
Bref.
Dans ce texte il y a de petites créatures pour le moins malignes.

Leur nom est caché quelque part dans le texte. Ce sont deux mots qu'on peut relier pour n'en faire qu'un.

Saurez-vous le trouver ? :D

Le gagnant gagne mon estime (la classe, hein ?).

Vous pouvez m'envoyer vos réponses par mail/skype/Fb selon là où on se cause d'habitude.
  • Listening to: Walk Off The Earth Kama Police
  • Reading: Outsiders
  • Watching: Stardust
  • Playing: My mad Braaaaaaaaaaain
  • Eating: A cat
  • Drinking: Tea, as always.

Comments


Add a Comment:
 
:iconoorigami:
Oorigami Featured By Owner May 9, 2013  Hobbyist General Artist
Thank you dear
Reply
:icon3penproblem:
3PenProblem Featured By Owner Apr 13, 2013  Hobbyist Traditional Artist
Thanks a lot for the fave :boing:
Reply
:iconparchemin:
Parchemin Featured By Owner May 7, 2013
My pleasure :hug:
Reply
:iconyeril:
yeril Featured By Owner Mar 21, 2013
Merci pour le fav sur mon cyborg :)
Reply
:iconparchemin:
Parchemin Featured By Owner Mar 22, 2013
Avec plaisir, je l'ai trouvé particulièrement marquant ^^.
Reply
:iconoorigami:
Oorigami Featured By Owner Mar 6, 2013  Hobbyist General Artist
Thank you Sis'
Reply
:iconparchemin:
Parchemin Featured By Owner Mar 7, 2013
No problem, sweetie :D
Reply
:iconyllya:
yllya Featured By Owner Nov 1, 2012  Professional Digital Artist
Merci pour le watch :)
Reply
:iconparchemin:
Parchemin Featured By Owner Nov 3, 2012
De rien ^^
Reply
:iconsmokeroad:
smokeroad Featured By Owner Sep 9, 2012
thank you for the fave :)
Reply
Add a Comment: