Shop Forum More Submit  Join Login
About Literature / Student JérémiMale/Canada Recent Activity
Deviant for 9 Years
Needs Core Membership
Statistics 105 Deviations 192 Comments 6,292 Pageviews
×

Newest Deviations

Literature
Untitled
Toute sa douleur, toutes ses pensées, ne font pas le poids face à son amour. Et même en taillant des pointes de son coeur en morceau, il ne pense qu’à elle, qu’à son sourire. Ayant fini son arsenal, bandant son arc d’une de ces flèches de son coeur, il la met en mire pour lui assener un coup fatal. Mais ses doigts ne peuvent laisser filer la corde ainsi tendue. Il n’y parvient pas. Tout ce qu’il peut faire, c’est de prendre toutes les pointes de son coeur en morceau et les lui tendre dans le creux de ses mains. Lui donner encore et pour toujours tout son amour. Et en se posant dans ses mains à elle, les pointes égratignes ses paumes, laissant perler une douleur indicible, et lui qui se penche et, de ses lèvres, vient panser ses plaies.
Car même sans coeur, il ne veut que son bonheur.
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
La poesie en morceaux
À ses pieds, se trouvait un petit monticule, comme un tas de pierres concassées. Petit est même une exagération : il devait être, au maximum, de la grosseur d’une fourmilière. Il se pencha pour fouiller de sa main le dit tas et en ressortir un belle pierre taillée en pointe, ressemblant vaguement à un crayon.
De cela, il devra la remercier ; de son coeur en morceaux, elle lui avait fait retrouver les mots, des mots coulant de cette blessures béante, de ce vide sous son pectoral gauche.
Dans la douleur, le sang et les larmes, elle lui avait redonné l’encre de sa prose.
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Oubliee de sa Terre
Et toutes ces étoiles là haut sont passées. Passées qui furent, qui auraient pu, qui pourrait être. Des questions en suspenses, des points d’interrogations, des possibilités. Tant de possibilités, de vie possible, et si là-bas, se trouvait un autre moi qui avait choisi cela au lieu de cela?
Et si, là-bas, il avait choisi cela, et si, là-bas, et si, et si, et si, et…
Les étoiles seront toujours là, dans le ciel, à attirer notre regard et notre attention, à nous refléter l’image des possibles, mais là lune, elle, est toujours elle-même, telle que nous la connaissons. La lune, elle, est proche, est tangible. La lune, elle, est présente. La lune est manifeste, non pas une simple possibilité. La lune, elle, sera toujours là.
Mais en regardant les étoiles, on vient à oublier la lune, à se perdre dans les astres et à oublier ce qui est près de nous.
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Untitled
De droite à gauche, écrivant sur son torse
Crayon-scalpel traçant le sang sous le tiret
La main, se faufilant, cherchant, sous l'écorce
La vie, la force, l'organe de ses naufrages
L'envoyant sous le vent; au mat tendu ses billets
Ses écorchures, ses tempêtes et ses peines
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Hors saison
Entre l'Hiver et l'Automne, il erre. À travers deux saisons il erre. À travers deux temps, il se perd. Dans le brouillard il cherche à tâtons un chemin vers le lendemain, pour réintégrer un lieu où le temps passe. Il est tombé ici comme une feuille qu'une brise écrasa sur le sol s'en suivant du déluge de l'humidité qui l'étouffa dans son étaux, l'emprisonnant à jamais. Ici, il fut conduit par le souffle de sa voix qui lui souffla sa fin, la voix de sa princesse-sorcière qui le damna à errer éconduit d'amour, écrasé par son souffle, emprisonné par le déluge de ses larmes.
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Essai sur Borges et Casares
L’horreur des miroirs
De ma première rencontre – plutôt première lecture – de Bioy Casares et Borges, de tous ces contes que j'ai lus et de L'invention de Morel, les seuls mots exacts qui me sont restés en tête sont les suivants : « Les miroirs et la paternité sont horrible, parce qu'ils multiplient les réels. » Ces mots, vaguement déformés ici, se retrouvent uniquement dans le conte de Borges. Cependant, bien qu'absent de l'œuvre de Casares, j'ai trouvé une étonnante résonnance dans certains de ces contes de cette idée. La première fois que ces mots me sont tombés dessus, c'est avec Casares, même s’ils ne se trouvaient pas tels quels dans son récit. En lisant ces lignes dans le conte de Borges, sans question, j'acquiesçais simplement, plongé dans l'histoire et c'est comme par magie que mes yeux s'arrêtèrent, rebroussèrent chemin pour d
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Hippias Majeur
Hier encore, tout jeune, je vis un homme étrange qui me dit : « Ne passe pas à côté du beau, il t’apprendra à vivre. » Je lui demandai ce qu’était le beau, car jamais le vent n’avait porté ce son à mes oreilles. Le visage ramassé sur lui-même posé sur un corps pareil à la pitance des corbeaux laissa échapper ceci dans un râle : « Le beau c’est… » C’est ses yeux qui roulèrent, suivis de sa tête, vers le sol. Bon appétit chères corbeaux.
J’étais jeune et en voyage et pourtant, malgré les mètres me séparant de plus en plus de ce chiffon humain, ses paroles me poursuivaient avec une intensité accrue : « Cherche le beau! Le beau c’est! Le beau c’est… » J’espérais trouver la fin de cette phrase sur ma route. Je crus même l’avoir trouvée.
Le soi
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
L'Automne
Sur un banc, entre les feuilles dansantes, les yeux de l'Automne contemplent leur valse : d’un bleu froid annonçant le gris hivernal, la fatigue des beaux temps effaçant le soleil. Ils se voient dans les feuilles tremblotantes sur la brise, celles qui s’enlacent et se lâchent.
Dans ces deux là qui s’élancent du même souffle et chutent - pour se relever et tracer dans l’air leurs jeux d’amour, leurs rires en cercle - perdant petit-à-petit de l’altitude jusqu’au moment où elles sont prêtes à se reposer sur le sol glacé. Jusqu’au moment ou une autre brise les sépare ; au sol, dans la valse.
Séparées à jamais par l’Automne, ces feuilles-ci ne se retrouveront jamais, de même qu’un printemps ne retrouve jamais l'autre, ses larmes font tomber toutes les feuilles, à jamais séparées.
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 1 1
Literature
L'agonie
La bête qu’il voyait avait la peau écorchée à vif. Il l’avait chassé sans cesse, la traquant dans les moindres recoins de cette partie du monde. Cela avait commencé, il ne savait plus trop quand. Depuis toujours, depuis quelques jours, peu importe, elle venait de finir et le résultats n’était pas une mort rapide. Il ne s’était pas contenté de planter son poignard dans son coeur et de lui assurer une mort rapide, mais avait plutôt laissé l’organe intact. Son cuir était déchiré par les lames, les nerfs mis à vif et son regard exultait tant de souffrances que celles-ci se condensait sur la coin de sa pupille pour rouler sur ses joues et s’écraser au sol. Il la laissa là en s’assurant des souffrances de celle-ci et sortie de la salle de bain, laissant un reflet vide à la place de l’animal.
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Mort au reve
Mort au rêve
D'aussi longtemps que je puisse me rappeler, j'ai toujours été rêveur. Le jeune à la tête dans les nuages ou dans les livres c'était moi et ce l'est encore. Mais on ne veut plus de rêveur, ils sont fatiguant! Regarder une maman répondre à son enfant lorsqu'il lui demande pourquoi une chose est ainsi, elle lui dit simplement « parce que ». Quelle haute justification. Toutes ces banalités qu'on donne comme réponses aux jeunes enfants, rêveurs, en pleine construction de leur monde, anéantissent et finissent par étouffer le rêveur afin de le transformer en un être qui assume, présuppose et ment. Car le rêve, ce n'est pas un monde irréel. Le rêve se construit d'abord à partir de ce monde, qui s'inspire de ce qu'il voit, entend, c'est une possibilité du monde. Rêver, c'est dont croire en ces possibilités.
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Les bouteilles, final
- Cela fait combien de temps que je suis ici? se demanda-t-il avant qu'un bruit ne l'interrompt.
« Ting ». La vibration lui sembla remplir la pièce, l'étouffer davantage même que la poussière qui couvrait chaque recoin. Il se leva pour s'en aller, fit un pas avant de s'arrêter : son pieds avait heurter quelque chose.         « Ting ». Regardant à ses pieds, il discerna dans l'obscurité ambiante la forme d'une bouteille, et d'une autre un peu plus loin, et d'une autre : le sol en était couvert. En se retournant, il vit sa silhouette dessinée par celles-ci. Il se pencha pour en ramasser une. De la bouteille, il émanait une chaleur et une humidité qui lui semblèrent familier. L'homme se rendit compte alors que sa gorge l'irritai, comme s'il avait avalé du sable. Heureusement pour lui, la bouteille n'était pas vide. Il déboucha la bout
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Les bouteilles
Cela fait une semaine que je suis dans l’appartement. La poussière recouvre les murs et les plafonds et toutes ces bouteilles qui tapissent le plancher. Sous la crasse, pourtant, une forme se distingue des flasques : un homme. Enfin, c’est qu’on verrait de lui si on lui enlevait toute cette saleté qui le recouvre afin de révéler un teint jaunâtre. C’est lui-même ce qu’il verrait face à un miroir, si ses yeux n’étaient troublés par des fonds de bouteilles. Des bouteilles, il y en a partout dans l’appartement : essayez d’y entrer, vous ne ferez pas deux pas dans n’importe quelle direction que vous en frapperez une avec vos pieds, l’envoyant rouler et se cogner contre une autre qui roulera et se cognera contre et qui roulera et… C’est son système d’alarme et sa prison. Car s’il se lève, ce n’est que pour en prendre une par le
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 1 0
Literature
D'ou il vient papa?
– J’y suis enfin arrivé! Voilà l’île, droit devant, légèrement à bâbord, entourée de cette infinie d’océan. L’océan, partout l’océan, sauf sur cette île. Je l’ai trouvée maman!
Près d’une centaine de lunes plus tôt.
− Ne lui raconte surtout pas! Je ne veux pas qu’il sache d’où je viens.
− Mais chéri, voyons, tu es son père. Il a bien le droit de savoir d’où vient son père.
− …
− Ne me répète pas encore que tu ne veux pas qu’il se sente différent! De toute façon, il finira bien par la trouver l’île. Remarque que c’est bien le seul bout de terre sur cette eau. C’est bien comme cela que je t’ai trouvé.
Sur ces mots, la femme s’en alla de l’étroite cabine, monta sur le pon
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
Poeme ecriture automatique I
On me demande d'écrire
Alors voilà
Musique de Dracula
Qui monde et descend
En crescendo
Interruption de ses sons
qui m'envahissent et
me percutent davantage
dans silences que
notes pures et mélodie
s'enchainent, m'enchainent mon
esprit répond à cette musique
force un sujet à mon esprit
gourmand de sens et de mots
tout définir, cherche-t-il
faire de ce monde sien, horreur
impossible, ce monde est autre
me possède, il est vampire
je suis son sang de jazz
dont il s'abreuve allégrement
dans rythme éclaté comme
constellations, étoiles, célestes,
divines trompettes et saxophones
qui soufflent tempête de brises
chaudes fraicheurs sur mon
visages et dans yeux de
cet autre qui regarde à
travers lunettes que je, qui est
je? porte. Lunettes de norme comme
oreille de saxophone qui jazz
l'esprit, mon mot, mon moi,
mon s'éclate, tambour il devient
et monte avec les symphonies,
mon cœu
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 1 1
Literature
Harry Potter et Burroughs, Exercice d'anachronisme
Le serpent ouvrit soudain ses petits yeux brillants. Lentement, très lentement, il leva la tête jusqu’à ce qu’elle soit au même niveau que celle de Harry.
Et il lui fit un clin d’œil.
Harry resta bouche bée. Il jeta un coup d’œil autour de lui pour s’assurer que personne ne le regardait, puis il adressa à son tour un clin d’œil au serpent.
Le reptile fit un signe de tête en direction de l’oncle Vernon et de Dudley, puis il leva les yeux au plafond. Il semblait dire à Harry : « J’ai droit à ça sans arrêt. »
- Je sais, murmura Harry, sans savoir si le serpent pouvait l’entendre à travers la vitre. Ça doit être vraiment agaçant.
Le serpent approuva d’un hochement de tête vigoureux.
- D’où tu viens? Demanda Harry.
Le serpent pointa le bout de la queue vers le petit écriteau app
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0
Literature
La noyee
Lorsque j’arrête de marcher pour regarder en arrière, je vois le passé qui me rattrape, me saute à la gorge et me pousse dans les fossés. Le passé est multiple, j’ai, en même temps, les souvenirs du divorce qui saisissent mes bras, ceux d’une chute à l’eau qui me donnent une droite dans l’abdomen, l’image d’un ami qui se blesse me donne un coup sur la mâchoire et des pleurs, comme des coups de pieds, me tombent dessus.
Peu importe la logique selon laquelle ils m’assaillent, c’est toujours lui qui arrive à la fin. La grande brute, celle qui ne se cache pas derrière un masque, qui ne fait pas son hypocrite, et devant laquelle tous les autres s’effacent après l’avoir précédée.
Un été, lequel exactement n’est pas important, car je le vis tous les étés, les étrangers qui nous él
:iconnonsta:nonsta
:iconnonsta:nonsta 0 0

Favourites

Literature
Bougie Nocturne
Le jour se couche pour laisser place à la nuit
là où existence remplace survivance.
De la flamme d’une bougie naît
tous les mœurs nocturnes
la lumière vacille oscille frétille
la lumière brille scintille pétille
La symphonie, l’harmonie du toi et moi
                                               du nous
qui puise sa puissance dans la flamme de la nuit
De sa lueur je perçois
Ton corps qui danse
sur moi
en moi
en soi
Ton toucher qui crée
des voix
des émois
en soi
Suite de sons sans assonance
une nature dénaturée
Je suis une créature de la nuit
je vis de la lune
je vis des ombres
je vis pour une ombre
je vis pour chasser le malheur
je vis pour épouser tes courbes avec les miennes
Bon malheur bonheur mauvais
flamme folle feu follet
Pourquoi ?
pourquoi lorsque la nuit s’
:iconmisanue:misanue
:iconmisanue:misanue 1 0
Literature
Destinee
La pomme a été cueillie trop tôt.
Encore verte comme l’herbe du printemps, elle était ferme en tout point. Cependant, le prédateur aux aguets, la sachant trop fébrile pour se maintenir sur sa branche, attendit le moment opportun afin de l’extraire à son nid.
Un coup de vent plus fort que la bise fraîche du matin, fit perdre l’équilibre au fruit qui s’entraîna dans une chute libre suivie de quelques feuilles mortes. Le coup à terre fut violent, dégringolant de la colline par des roulades interminables. Pourtant, peu à peu, le sol devenait moins raide ; alors doucement, le rythme diminua jusqu’à ce que la pomme soit stoppée par une pierre.
Caressée par l’herbe peuplant la prairie, arrosée par le doux pollen des fleurs, elle se laissait faire.
Soudain, l’observateur futé, n’attendit pas plus longtemps pour s’approcher de sa proie inoffensive. Celle-ci bloquée, n’arrivait pas à se déloger priant le vent de la pousser afin de la sa
:iconFillenor:Fillenor
:iconfillenor:Fillenor 6 16
Literature
Trojan Horse
He was a Prince . Seeking his goals and Living all of his dreams .
Locking his heart in a tower he made by what he believes .
Not cause of fear . But cause of what he wanted to achieve .
One day he awoken to a sound knocking on his door .
He opened the gates to this amazingly beautiful girl .
He lets her in . Inside his castle , his mind and his soul .
He was a man of philosophy and thoughts . But she was a puzzle that he couldn't solve .
Is she a test or a gift ? He asked himself . Is she the Trojan horse ?
He decided to leave his  kingdom and the golden throne .
And gave her his life and everything he used to own .
It was a dangerous choice to make . But he didn't care about it at all .
As he knew that his heart can never stay locked in a prison of possibilities no more .
Cause all of his power cannot face the power of Love , the greatest force the human's have known .
Its free now .........
:iconmemoangel33:memoangel33
:iconmemoangel33:memoangel33 5 5
Literature
Scattered Memories
   I remember when I was a kid I used to wake early to review the subject of my final exam.
   I remember holding my book, sitting on front of the house alone and listening to the music of the nature, the sound of the birds and winds playing with the trees like a father learning his son to play on the guitar.
       
   I remember watching the sunrise and the colors of the sky. Like a wallpaper covering my disktop. It's just a work of art.
       
   I remember the smell of the new day filled with hope. Filled with dreams and filled with ambitious.
   I remember feeling that I am the king of this world and nothing can ever stop me. If I scream my voice will be heared at the end of earth.
   I remember more simple life. A life without responsibilities. A life where all you got to do is enjoying your moments with those who you lov
:iconmemoangel33:memoangel33
:iconmemoangel33:memoangel33 4 4
Literature
When Your Youth Ends
When Your Youth Ends
Is there a particular day when you're no longer young?
When you know that adulthood's cares have begun?
Is it like when Lather turned thirty and they removed all his toys?
Or do you simply bleed away your child's sense of joy?
Where is the tipping point where you move from growing to dying?
When I was a kid, I was told it was twenty-five.
But I lied to myself until I was thirty-three,
That a real job and success was just around the corner for me.
So, is the actual place where your youth ends,
On the day you understand what it truly means,
When the cynics all say that,
Almost no one achieves their dreams?
Is it one of the endless parade of days when,
You wonder where in the world is your place,
Or if you're really just here to keep on stealing oxygen,
And to keep consuming and producing waste?
Then others still will tell you,
That starting a family is the key,
That choosing to remain single,
Makes you a selfish traitor to humanity.
And you're not tr
:iconWotanTyger:WotanTyger
:iconwotantyger:WotanTyger 7 13
Frimas neuronal by B-E-R-R-Y Frimas neuronal :iconb-e-r-r-y:B-E-R-R-Y 2 5
Literature
Qu'est donc ce vide Assis

Ennui
Qu'est donc ce vide
Assis dans le divan de mon âme ?
Je suis l'aride
Le désert et l'avenir infâme !
Qu'est donc ce silence
Sinon que le funeste ennui ?
Je suis ton devenir,
Tes milles nuits à venir !
Arwen Gernak
20 février 2013
Version revue:
Qu'est donc cette langueur infâme
Assise dans le divan de mon âme ...
Si ce n'est l'interminable ennui !

Arwen Gernak
21 février 2013
:iconArwenGernak:ArwenGernak
:iconarwengernak:ArwenGernak 8 9
Literature
Ennui
Ennui

Qu'est donc ce vide infâme
Assis dans le divan de mon âme...
L'interminable ennui.
Arwen Gernak
21 février 2013
:iconArwenGernak:ArwenGernak
:iconarwengernak:ArwenGernak 9 15
Literature
D etoiles et de feu

D'étoiles et de feu

Ne confie pas
Au rouet du temps,
La toile du venir.
La pointe acérée du temps
Profondément transperce
Les amants  inattentifs
Démêle l’écheveau
Tendres filaments
D’amour fœtal
File-nous
Des jours d’étoiles et de feu
Des nuits boréales
Tisse-nous en des draps
Où nos corps naissant
Vieilliront lentement.
Arwen Gernak
2013
:iconArwenGernak:ArwenGernak
:iconarwengernak:ArwenGernak 11 5
Literature
Meli Melo
Isabelle et Isabeau
Elle l'écartèle. Lui creuse son tombeau.
Isabelle et Isabeau
Elle perchée sur l'échelle, lui pendu à l’échafaud.
Isa belle et Isa beau
La ressemblance est telle qu'entre les deux, il n'y a qu'un mot.
Isabelle et Isabeau
Une pucelle mariant un gigolo.
:iconArwenGernak:ArwenGernak
:iconarwengernak:ArwenGernak 9 10
Literature
Des pressions
Des mains aux doigts griffus
S’agrippent à ma chair
Inéluctablement
Arrachent des lambeaux de ma raison
Mon corps n'est qu'un brasier
Larmes impuissantes
Contre des brûlures mentales
Dehors, les rameaux encore gris
Et l'oxygène qui appelle
Je ne réponds pas
Enfermée dans les fumées
D'un indicible mal
Des pressions
Dépression
Des prés
Dés
Roulent comme pierres
Morte je vis
Éteins le jour
Priant les ténèbres
Des chants d'oiseaux
Indifférence
Un soleil blanc
Souffrance
Des sables mouvants
Démons narquois
Invitent au voyage.
Je m'y engouffre
Est-ce ma mort
Ma quête ?
Arwen Gernak
18 mars 2013 - 12 h 29
:iconArwenGernak:ArwenGernak
:iconarwengernak:ArwenGernak 7 3
The dreamer by Marianne-Art-World The dreamer :iconmarianne-art-world:Marianne-Art-World 85 34
Literature
Violette
Je me balade sans port d'attache,
Condamnée, je cherche et creuse les fonds de poche
Comme une âme damnée je marche,
je me détache et décroche de tous mes proches.
Bleuets cachés gâchant mes bras
Je tâche d'avoir l'air étanche aux tâches.
Je me ronge à sang les dix doigts
Et sans que je sache pourquoi, mon cœur s'arrache.
[Hantée jour et nuit par ces milles fantômes
je maudis mes 23 paires de chromosomes
de m'avoir fait violette plutôt que rose,
n'entête à jamais que l'arôme qui s'impose.
Sans ma couronne, sans royaume, sans trône,
Je ne suis qu'un Homme coincé dans la zone.
Au centre de la tempête et des ecchymoses,
j'ai la tête qui dodeline sous la dose.]
Ces souvenirs comme l'écume
se brise sur cette idée fixe qui me freine
Et me reviennent de ces brumes,
des envies vaines de tenir ces foutus rennes.
Ma flemme m'aliène et je saigne
Entre ces banales scène
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 3 13

Activity


deviantID

nonsta's Profile Picture
nonsta
Jérémi
Artist | Student | Literature
Canada
Bien j'suis nouveau sur le site!=)
J'aime bien la culture est toute les formes d'arts en général quoique les mots me touchent plus pronfondément. J'écris beaucoup de poésie, de petites pensés, etc. J'aime lire, pas mal tout les genres de romans.

merci d'avance de commenter mes poèmes afin que je puisse améliorer ma plume!
J'en ferai de même pour vous.

Current Residence: Montreal
Favourite genre of music: any kind
Favourite style of art: poetry, street art
Personal Quote: death is a guitar with no strings
Interests

Comments


Add a Comment:
 
:iconhyneige:
hyneige Featured By Owner Dec 19, 2014  Hobbyist General Artist
Bon anniversaire Jérémi! Et plein de mots pour allonger le fil ténu qui relie le réel à l'irréel...!
Reply
:iconb-e-r-r-y:
B-E-R-R-Y Featured By Owner Apr 1, 2013
Thanks a lot for the deviantWATCH =) !
Reply
:iconpascal-prevost:
pascal-prevost Featured By Owner Mar 31, 2013
Merci pour ton :+fav:
Reply
:iconmemoangel33:
memoangel33 Featured By Owner Mar 30, 2013  Hobbyist Photographer
Thanks you for the faves :) it means a lot .
Reply
:iconb-e-r-r-y:
B-E-R-R-Y Featured By Owner Mar 30, 2013
Un bien grand merci pour le fave, c'est la première fois, je crois que c'est symbolique =')
Reply
:iconoctocolombus:
Octocolombus Featured By Owner Mar 29, 2013  Hobbyist Writer
Merci d'avoir watché :D
Reply
:iconpascal-prevost:
pascal-prevost Featured By Owner Jan 24, 2013
Merci beaucoup pour tous les :+fav:
Reply
:iconpascal-prevost:
pascal-prevost Featured By Owner Jan 9, 2013
Merci pour le :+devwatch:
Reply
:iconalittlebitdreamer:
Alittlebitdreamer Featured By Owner Dec 19, 2012
bon aniversaire sur DA :)
Reply
:iconokissop:
okissop Featured By Owner Nov 30, 2011  Hobbyist Digital Artist
Merci beaucoup pour le favori :happybounce:
Reply
Add a Comment: