nonsta's avatar
Nosta
15 Watchers6.5K Page Views105 Deviations
U
Untitled
Toute sa douleur, toutes ses pensées, ne font pas le poids face à son amour. Et même en taillant des pointes de son coeur en morceau, il ne pense qu’à elle, qu’à son sourire. Ayant fini son arsenal, bandant son arc d’une de ces flèches de son coeur, il la met en mire pour lui assener un coup fatal. Mais ses doigts ne peuvent laisser filer la corde ainsi tendue. Il n’y parvient pas. Tout ce qu’il peut faire, c’est de prendre toutes les pointes de son coeur en morceau et les lui tendre dans le creux de ses mains. Lui donner encore et pour toujours tout son amour. Et en se posant
0
0
L
La poesie en morceaux
À ses pieds, se trouvait un petit monticule, comme un tas de pierres concassées. Petit est même une exagération : il devait être, au maximum, de la grosseur d’une fourmilière. Il se pencha pour fouiller de sa main le dit tas et en ressortir un belle pierre taillée en pointe, ressemblant vaguement à un crayon. De cela, il devra la remercier ; de son coeur en morceaux, elle lui avait fait retrouver les mots, des mots coulant de cette blessures béante, de ce vide sous son pectoral gauche. Dans la douleur, le sang et les larmes, elle lui avait redonné l’encre de sa prose.
0
0
O
Oubliee de sa Terre
Et toutes ces étoiles là haut sont passées. Passées qui furent, qui auraient pu, qui pourrait être. Des questions en suspenses, des points d’interrogations, des possibilités. Tant de possibilités, de vie possible, et si là-bas, se trouvait un autre moi qui avait choisi cela au lieu de cela? Et si, là-bas, il avait choisi cela, et si, là-bas, et si, et si, et si, et… Les étoiles seront toujours là, dans le ciel, à attirer notre regard et notre attention, à nous refléter l’image des possibles, mais là lune, elle, est toujours elle-même, telle
0
0
U
Untitled
De droite à gauche, écrivant sur son torse Crayon-scalpel traçant le sang sous le tiret La main, se faufilant, cherchant, sous l'écorce La vie, la force, l'organe de ses naufrages L'envoyant sous le vent; au mat tendu ses billets Ses écorchures, ses tempêtes et ses peines
0
0
H
Hors saison
Entre l'Hiver et l'Automne, il erre. À travers deux saisons il erre. À travers deux temps, il se perd. Dans le brouillard il cherche à tâtons un chemin vers le lendemain, pour réintégrer un lieu où le temps passe. Il est tombé ici comme une feuille qu'une brise écrasa sur le sol s'en suivant du déluge de l'humidité qui l'étouffa dans son étaux, l'emprisonnant à jamais. Ici, il fut conduit par le souffle de sa voix qui lui souffla sa fin, la voix de sa princesse-sorcière qui le damna à errer éconduit d'amour, écrasé par son souffle, emprisonné p
0
0
E
Essai sur Borges et Casares
L’horreur des miroirs De ma première rencontre – plutôt première lecture – de Bioy Casares et Borges, de tous ces contes que j'ai lus et de L'invention de Morel, les seuls mots exacts qui me sont restés en tête sont les suivants : « Les miroirs et la paternité sont horrible, parce qu'ils multiplient les réels. » Ces mots, vaguement déformés ici, se retrouvent uniquement dans le conte de Borges. Cependant, bien qu'absent de l'œuvre de Casares, j'ai trouvé une étonnante résonnance dans certains de ces contes de cette idée. La première fois qu
0
0
H
Hippias Majeur
Hier encore, tout jeune, je vis un homme étrange qui me dit : « Ne passe pas à côté du beau, il t’apprendra à vivre. » Je lui demandai ce qu’était le beau, car jamais le vent n’avait porté ce son à mes oreilles. Le visage ramassé sur lui-même posé sur un corps pareil à la pitance des corbeaux laissa échapper ceci dans un râle : « Le beau c’est… » C’est ses yeux qui roulèrent, suivis de sa tête, vers le sol. Bon appétit chères corbeaux. J’étais jeune et en voyage et pourtan
0
0
L
L'Automne
Sur un banc, entre les feuilles dansantes, les yeux de l'Automne contemplent leur valse : d’un bleu froid annonçant le gris hivernal, la fatigue des beaux temps effaçant le soleil. Ils se voient dans les feuilles tremblotantes sur la brise, celles qui s’enlacent et se lâchent. Dans ces deux là qui s’élancent du même souffle et chutent - pour se relever et tracer dans l’air leurs jeux d’amour, leurs rires en cercle - perdant petit-à-petit de l’altitude jusqu’au moment où elles sont prêtes à se reposer sur le sol glacé. Jusqu’au moment ou une
1
1
L
L'agonie
La bête qu’il voyait avait la peau écorchée à vif. Il l’avait chassé sans cesse, la traquant dans les moindres recoins de cette partie du monde. Cela avait commencé, il ne savait plus trop quand. Depuis toujours, depuis quelques jours, peu importe, elle venait de finir et le résultats n’était pas une mort rapide. Il ne s’était pas contenté de planter son poignard dans son coeur et de lui assurer une mort rapide, mais avait plutôt laissé l’organe intact. Son cuir était déchiré par les lames, les nerfs mis &agrave
0
0
M
Mort au reve
Mort au rêve D'aussi longtemps que je puisse me rappeler, j'ai toujours été rêveur. Le jeune à la tête dans les nuages ou dans les livres c'était moi et ce l'est encore. Mais on ne veut plus de rêveur, ils sont fatiguant! Regarder une maman répondre à son enfant lorsqu'il lui demande pourquoi une chose est ainsi, elle lui dit simplement « parce que ». Quelle haute justification. Toutes ces banalités qu'on donne comme réponses aux jeunes enfants, rêveurs, en pleine construction de leur monde, anéantissent et finissent par étouffer
0
0
See all
C
Crie la fuite du jour
Le texte présenté ici est une traduction d’un manuscrit trouvé en possession d’un cadavre d’une des plus anciennes tribus de l’Afrique, les Mamiwatashians. Il s’agit d’une découverte pour le moins inusitée, car cette tribu fut complètement décimée par la traite d’esclaves en Europe. Au XIIIème siècle, ceux-ci coutaient une fortune, pour des esclaves, de par leur rareté. S’ils sont devenus rares si rapidement, en comparaison à d’autres tribus, c’est pour deux raisons. Premièrement, ils faisaient
0
3
L
La noyee
Lorsque j’arrête de marcher pour regarder en arrière, je vois le passé qui me rattrape, me saute à la gorge et me pousse dans les fossés. Le passé est multiple, j’ai, en même temps, les souvenirs du divorce qui saisissent mes bras, ceux d’une chute à l’eau qui me donnent une droite dans l’abdomen, l’image d’un ami qui se blesse me donne un coup sur la mâchoire et des pleurs, comme des coups de pieds, me tombent dessus. Peu importe la logique selon laquelle ils m’assaillent, c’est toujours lui qui arrive à la fin. La grande
0
0
L
Les bourreaux
– Bonjour, j’ai besoin d’aide. J’en cherche des bonnes, pouvez-vous me conseiller? – Ne regardez pas plus loin, voici la meilleure – ou la pire selon le point de vue – de toute les tortures : moi. Je n'ai point l'air modeste, il faut cependant regarder le monde en face. – D’accord. Et qu’ont-elles de spécial celles-là? – De spécial ? Mais c'est justement ce que je fais : j'oblige mes victimes à regarder le monde en face. Un monde cru, horrible. Leur vie devient un enfer où toutes choses perçues les blessent davantage. Dans celui-ci, le diable – moi en l’occurrenc
0
1
L
Le labyrinthe americain
New-York Si Thésée avait été américain, telle aurait été son histoire et celle du Minotaure. Minos n’avait jamais construit le labyrinthe. Il n’avait fait que le découvrir de fond en comble. Avec les autres explorateurs, il en avait parcouru toutes les allées, les avait nommées, cartographiées. Il l’avait nommé Amérique. Dans son plan cependant, bien qu’il ait indiqué la sortie du labyrinthe, il avait oublié de mentionner une sortie. C’est ainsi que Minos ne sortit jamais de l’Amérique, ni sa de
2
2
M
Monde parallele
L'imagination : image d'une nation représentée par une carte nue. Contrée inconnue. Contrés d'y pénétrer par le manque de frontières, nous y sommes tous. Elle englobe la tête entière. Appréhendant ce qu'ils vont y rencontrer, par peur. Par aventure, s'excitant de la découverte de ses splendeurs.
1
1
S
Sky in The Alleyway
Looking up, i hope to see again a little star crossing the skylights shadows, at a moonlight corner of a dark alleway that she illuminated. A little red dot, a cigarette in hand, moving with rhythm from her side to a little piece a paradise that all who lives dreams of. But she's always too far away, always further : at the horizon she stands. And with every step that brings me closer, she take one and go farther. I would follow constellations, follow the smoke of her path, the melancholic perfum of the nights that guided every sailor to the new world that he only rediscovered.
2
3
T
The Sky in The Alleyway
I saw a little start in the skylights shadows, at the moonlights corner of a dark alleway, brightend by her. A little red dot, a cigarette in hand, move with grace from her side to a little piece a paradise that all who lives dreams of. But she's always too far away, always further : at the horizon she stands. And with every step that brings me closer, she take one and go farther. I could go all around earth following the smoke of her path, the melancholic perfum of the nights that guided every sailor to a new land that he only rediscovered.
0
0
C
Ce poete
Cet homme, là-bas, ne peut créer Même si, les mots, il sait manier, trancher le feuillet du revers d'un plume, défigurer l'impossible, le transfigurer. Même si, même si, même s'il l'allume, même phénix. Sans Verbe il ne peut créer. L'autre ne sait que décrire, adjectiver le monde avec des miroirs. Ne sait que décrire. Mais agir? Il a lu souvent ces symboles noirs, n'en connait-il point le sens? Toujours il reporte, l'univers ; la genèse du monde, n'a jamais eu lieu
5
1
E
Ecriture spontannee avec Max et Josephine
Allez hop c'est fini on recommence à zéro on finit tout ça pour repartir en neuf on prend un nouveau chemin on marche toute la nuit sous les étoiles on marche encore et encore on croise un vieillard qui a perdu ses paupières, on lui donne les nôtre pour avoir les yeux toujours ouvert sur tout et vaquer à nos occupations médiocres et sordides, et se gargariser de toutes nos élucubrations complètement gaga, je suis complètement gaga à tout jamais pour toujours. La café fumant, vapeur déshydratante se mélant à celle de la cigarette, fugace mirage d'un matin, lointain, hors d'atteinte, un matin rempli de soleil, de trace d'oreillé. Oreillé, orei
0
0
C
Cadavre exquis Anne, Max et Jeremi
En cette belle journée d'août, Plectrude avait une folle envie de se gratter le dos. Ses longs cheveux synthétiques et son maquillage de la veille, maintenant défraichit, trahissait ses occupations nocturnes. Plectrude alla alors à la Banque pour la voler, car il désirait s'acheter des romans, mais, en chemin, il reçu un appel de sa mère qui lui apprit que son véritable nom était ... Plectrude n'était qu'une blague que la famille lui avait jouée. En sortant de son bain de lait d'hippopotame, ... qui souffrait d'amnésie et avait oublié son nom (
0
0
B
Bougie Nocturne
Le jour se couche pour laisser place à la nuit là où existence remplace survivance. De la flamme d’une bougie naît tous les mœurs nocturnes la lumière vacille oscille frétille la lumière brille scintille pétille La symphonie, l’harmonie du toi et moi                                                du nous qui puise sa puissance dans la flamme de la nuit De sa lueur je perçois Ton corps qui danse sur moi en moi en soi Ton toucher qui crée des voix des émois en soi Suite de sons sans assonance une nature dénaturée Je suis une créature de la nuit je v
0
1
D
Destinee
La pomme a été cueillie trop tôt. Encore verte comme l’herbe du printemps, elle était ferme en tout point. Cependant, le prédateur aux aguets, la sachant trop fébrile pour se maintenir sur sa branche, attendit le moment opportun afin de l’extraire à son nid. Un coup de vent plus fort que la bise fraîche du matin, fit perdre l’équilibre au fruit qui s’entraîna dans une chute libre suivie de quelques feuilles mortes. Le coup à terre fut violent, dégringolant de la colline par des roulades interminables. Pourtant, peu à peu, le sol devenait moins raide ; alors doucement, le rythme diminua jusqu’à ce que la pomme s
16
6
T
Trojan Horse
He was a Prince . Seeking his goals and Living all of his dreams . Locking his heart in a tower he made by what he believes . Not cause of fear . But cause of what he wanted to achieve . One day he awoken to a sound knocking on his door . He opened the gates to this amazingly beautiful girl . He lets her in . Inside his castle , his mind and his soul . He was a man of philosophy and thoughts . But she was a puzzle that he couldn't solve . Is she a test or a gift ? He asked himself . Is she the Trojan horse ? He decided to leave his  kingdom and the golden throne . And gave her his life and everything he used to own . It was a danger
5
5
S
Scattered Memories
   I remember when I was a kid I used to wake early to review the subject of my final exam.    I remember holding my book, sitting on front of the house alone and listening to the music of the nature, the sound of the birds and winds playing with the trees like a father learning his son to play on the guitar.            I remember watching the sunrise and the colors of the sky. Like a wallpaper covering my disktop. It's just a work of art.            I remember the smell of the new day filled with hope. Filled
4
4
W
When Your Youth Ends
When Your Youth Ends Is there a particular day when you're no longer young? When you know that adulthood's cares have begun? Is it like when Lather turned thirty and they removed all his toys? Or do you simply bleed away your child's sense of joy? Where is the tipping point where you move from growing to dying? When I was a kid, I was told it was twenty-five. But I lied to myself until I was thirty-three, That a real job and success was just around the corner for me. So, is the actual place where your youth ends, On the day you understand what it truly means, When the cynics all say that, Almost no one achieves their dreams? Is it one of
13
7
Frimas neuronal
5
2
Q
Qu'est donc ce vide Assis
Ennui Qu'est donc ce vide Assis dans le divan de mon âme ? Je suis l'aride Le désert et l'avenir infâme ! Qu'est donc ce silence Sinon que le funeste ennui ? Je suis ton devenir, Tes milles nuits à venir ! Arwen Gernak 20 février 2013 Version revue: Qu'est donc cette langueur infâme Assise dans le divan de mon âme ... Si ce n'est l'interminable ennui ! Arwen Gernak 21 février 2013
9
8
E
Ennui
Ennui Qu'est donc ce vide infâme Assis dans le divan de mon âme... L'interminable ennui. Arwen Gernak 21 février 2013
16
10
D
D etoiles et de feu
D'étoiles et de feu Ne confie pas Au rouet du temps, La toile du venir. La pointe acérée du temps Profondément transperce Les amants  inattentifs Démêle l’écheveau Tendres filaments D’amour fœtal File-nous Des jours d’étoiles et de feu Des nuits boréales Tisse-nous en des draps Où nos corps naissant Vieilliront lentement. Arwen Gernak 2013
5
13
M
Meli Melo
Isabelle et Isabeau Elle l'écartèle. Lui creuse son tombeau. Isabelle et Isabeau Elle perchée sur l'échelle, lui pendu à l’échafaud. Isa belle et Isa beau La ressemblance est telle qu'entre les deux, il n'y a qu'un mot. Isabelle et Isabeau Une pucelle mariant un gigolo.
10
9

Spotlight

C
Crie la fuite du jour
Le texte présenté ici est une traduction d’un manuscrit trouvé en possession d’un cadavre d’une des plus anciennes tribus de l’Afrique, les Mamiwatashians. Il s’agit d’une découverte pour le moins inusitée, car cette tribu fut complètement décimée par la traite d’esclaves en Europe. Au XIIIème siècle, ceux-ci coutaient une fortune, pour des esclaves, de par leur rareté. S’ils sont devenus rares si rapidement, en comparaison à d’autres tribus, c’est pour deux raisons. Premièrement, ils faisaient
0
3
Dec 19
Canada
Deviant for 9 years
Badges
Super Llama: Llamas are awesome! (20)
La route est pavee pour la 3ieme guerre
La Bande de Gaza. La souffrence de la pauvreté. L'horreur de la famine. Le chaos du monde. Oui nous avons culpabilisé et bien sûr rien ne pardonera les atrocités que nos ancetres ont fait subir au "peuple" de Jérusalem. Et bien que nous portons tous les pêchés de nos ancetres et que nous comprenions tout à fait votre envie de vengeance, vous ne faite qu'empirer les choses. Vous prennez toutes les actions afin que le monde recommence à vous traiter de fléau. Si vous pensez que je suis un nazy et que je prêche l'éradication systematique des juifs, vous êtes bien loin du r&#23
19
0
L'Aventure!
Le soleil tropical plombe sur mon crane, attaque mon epiderme et fait revenir le goût de la soif. Et oui, vous avez deviné, je vais à Cuba!=D Premier voyage dans le sud pour moi:P j'ai vraiment hate d'être sur la plage sous le soleil à me ressourcer à la mélodie du va-et-vient de la mer et à sentir la douce caresse de la joie sur ma peau =) haha bonne semaine de relache à vous tous!:D je vous souhaite tous de bien en profiter:)
3
0
Aucun respect
Après une belle fin de semaine Enfin belle....si l'on puisse dire j'ai passé la majorité de mon temps à travailler sur un super gros projet Le PP pour ceux qui savent c'est quoi (école internationale :P) M'enfin, après cette lonnnng "congé" j'ai eu envie de poster quelques écrits sur Deviant Art et que vois-je? Ces triples buses de chaussons pérrimés nous demandent, NON, EXIGENT devrais-je dire, d'ajouter une petite photo cul-cul à nos texts. Comme si les mots ne suffisaient pas à transmettre une image. Comme si nous n'avons pas assez d'imagination pour ce représenter l'
6
0

Comments165

anonymous's avatar
Join the community to add your comment. Already a deviant? Sign In
hyneige's avatar
hyneige|Hobbyist General Artist
Bon anniversaire Jérémi! Et plein de mots pour allonger le fil ténu qui relie le réel à l'irréel...!
Reply  ·  
B-E-R-R-Y's avatar
Thanks a lot for the deviantWATCH =) !
Reply  ·  
pascal-prevost's avatar
Merci pour ton :+fav:
Reply  ·  
memoangel33's avatar
memoangel33|Hobbyist Photographer
Thanks you for the faves :) it means a lot .
Reply  ·  
B-E-R-R-Y's avatar
Un bien grand merci pour le fave, c'est la première fois, je crois que c'est symbolique =')
Reply  ·  
Octocolombus's avatar
Octocolombus|Hobbyist Writer
Merci d'avoir watché :D
Reply  ·  
pascal-prevost's avatar
Merci beaucoup pour tous les :+fav:
Reply  ·