Shop Forum More Submit  Join Login
About Literature / Hobbyist François27/Male/Canada Recent Activity
Deviant for 11 Years
Needs Core Membership
Statistics 175 Deviations 199 Comments 5,836 Pageviews
×

Newest Deviations

Literature
Quatuor d'hiver rude
J’ai pas aimé ces histoires là
De mouette et de bitume qui crie
J’ai pas aimé ce devenir grinçant qui fringue l’univers d’un soupçon de bêtise
Comme si tout devenait beau dans l’entre-deux
J’ai pas aimé devenir propre et grave comme ces amants qui se nient
Pas voulu grandir neuf dans les passions
Pas voulu y perdre l’oraison des ormes
J’ai pas aimé la moisson des jours

-------------------------------------------------
J’aurai pas voulu me naître encore
Absurde que j’écrive las (là?)
Pour un peu d’insomnie à perdre
Comme chaque seconde d’encre qui permet de dormir
Comme une prière dans l’abîme insolente
Narguant mes yeux à coup d’endorphine
Par petits coups pour montrer le génie et l’orgueil
Surtout pour faire croire au pardon
Un soupir et on recommence
Toujours hardi dans l’hor
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 1 0
Literature
La fatigue
J'éclate mon visage sur les brûlures, sur les enflures
Je carbure au non-fait
Pour mieux mourir les demain trop vifs d'aplomb
Je me patente un parapente de toile déçue
Avec un matin de plus en attente
Quelques semaines tracées à l'équerre
Encore une ou deux
Puis j'immolerai les restes de mon flanc
Je déçois mes soirées au renoncement
Je déploie mes ulcères une à une
La trace de bleu sous la mer
Il n'y a plus du feu que le gris et les braises qui dégouttent
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 0 0
Literature
Vrac
Entassée là ma chair en vrac
Rigole des dunes de lendemain
L'alcool qui coule
La marée franche
L'oubli rôde
Avec les feuilles d'essais au feu
Me regarde d'en haut
Ma main lasse
Les tas paquetés, la mort s'explique :
C'est assez, mon cher
Embarque
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 1 0
Literature
1er mouvement
Le néant. Un point noir dans un océan d'un rouge si vif qu'il trace sur l'univers des fragments de souffle. Un tout petit point noir, un grain de rien, comme le sel sur la lèvre du poisson pêché à des milles de toutes côtes, de toute rive et de tout feu. Comme un filament de tempête emprisonné là, au milieu des noirceurs de sang. Un oubli, peut-être, une conception ratée du Verbe qui bafouille dans ses phrases une garnotte, un rocher minuscule. Un rouage désaffecté, le clinquant qui résonne encore dans les turbines du monde. Une rainure au fer dans la déchirure du ciel, un cratère de silence. Sans même la volonté de devenir un homme, un vrai, avec toute l'existence qui suit au pas.
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 0 0
Literature
Eclate le miroir
Un doute
Craquant
Se virevolte l'âme
Se dévore l'ambition, l'avenir, le carnage
Le doute
Une goutte
Un petit frisson de terreur sourde
Muette
Grandiose
Un tel boucan dans ma tête que ça t'éclate le miroir
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 0 1
Literature
Se battre
Se battre
Osti
Combattre les dents en crocs, l'amer aux lèvres
Le sang cognac cognant grincant
Combattre debout la tête en vrille
Le cœur battant
Se battre
Osti
Un patriote dans la tempête
Les pieds d'verglas
Arrachés
Sanguinolents
Rapaillés osti
Rafistolé à coup d'duct tape pis d'deux par quatre
Se battre
Les yeux volcans en tabarnak
Les doigts scellés, soudés au gun
À clou
Qui tire
Douze coups, vingts coups
Autant qu'ça prend
Pour virer d'bord une meute de loups
Se battre dans l'eau dans l'vent pis dan'marde
S'un criss de lite à l'hopital
Se battre vorace
Les bras pendants, dépareillés
Dansant s'ul bord d'la 132
Pogner l'taxi ou crever d'frette
Pas question
D'revenir à pieds
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 0 1
Literature
22 novembre 2010
J'attends chaque pointe chaque écueil sans lendemain. Chaque vers chaque coup d'œil chaque doigt passé sur mes bras pesants. Chaque baiser de frisson sous les bras frêles. Chaque regard, chaque lame, chaque couteau dans l'œil. Chaque parole chaque lèvre. Chaque geste. Chaque geste. Chaque geste.
Dans l'obsession. Qui m'endort. Qui m'étreint dans ses bras et m'empêche de bouger de vivre et vlan et vlan et blanc et rouge comme son manteau et noir comme ses cheveux qui sentent le sel de la mer, non de l'océan tout blanc avec ses grandeurs de sable et ses montagnes de soufre. Chaque message. Damn. Damn. Damned je suis, damné des damnés parmis les morts qui marchent et se lèvent. Damné je suis car mort chez les vivants à cause d'un simple éclat d'œil, d'un simple espoir parce que ma vie tourne en rond en rond en rond en attendant l'hiver. Elle ne tourne en rond qu'à cause d'elle et m'empêche de sortir,
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 0 0
Literature
Dunno
Au moins la roche a la décrissé dans l'eau avec de la force de rorqual osti.
Ben oui le gros mammouth de baleine.
Ca prends même pas une grosse saignée 'sti, pas grand-chose hein?
En même temps jvoulais juste de quoi pour passer le temps des fêtes avec ces soirées mortes
Hey le 24 au soir?
Psit
Icitte criss
Le 24 tu fais quoi?
Tout l'monde à messe, moi jme pogne le shooter au bar
Au bar? Ah ouais? T'es un gars d'meme toi
Tous plein de monde tout seul sauf moi. Wow. Tellement mieux comme ça.
Wow le talent calme toé, on en ferait du théâtre pis tu virerais gai. Tu t'imagine?
Vaut mieux abandonner le théâtre.
Écrire d'abord?
Pfft. Tu regarde pis tu écris. Tu vis rien
Musique?
Right
La toune est là mais je la chante à personne
Comme Bernard osti.
Sauf que lui il boit
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 0 0
Literature
Soirees
De ses soirées anoblies oubliées
Pleine de chairs accroupies
De que sais-je qui dépriment
De shooters qui renversent
Qui vous font déprimer l'arme droite
De ces soirées de misère
Sept hommes, sept femmes
Cette femme
Ivrognes de souvenirs avérés
D'avenirs soutirés
De conteurs d'oxygène
Let's go mon masque
À gazer
De ses soirées pleines de griffes
Pour revivre le frisson
Les mains partout partout
Les bouches et les yeux
Tout pour faire passer l'arme à droite
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 1 0
Literature
Une bain de ville
Un bain d'ville frette pour oublier les banlieues
Surtout
Celles qui désertent les vendredis
Au soir
Pour te laisser les restants d'mégots à ramasser
Pis deux-trois bières
En gang
Pour remplir
Un bain d'ville frette
Juste assez froid pour te geler, d'un coup
Les pieds dans' slush pis le foulard enroulé à' traîne
Juste assez frette pour te geler drette la déception
Ça t'replace les vertèbres, ça pique
Au moins t'oublie
Avec les yeux tout partout
Du Friday Night, pichets pas chers
Des cous, des mains, des cheveux, des bouches
Des bouches
Un bain de ville frette
La lumière rouge let's go on y va
Avance le cave t'es pas tout seul
Friday Night, pichets pas cher
Trop coupé d'eau pour que t'oublie
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 1 2
Literature
Obsessed
S'obséder l'oeil à l'écrou
Les deux pieds coulés en bloc
Fixés au vide demain
À hier
Tout aussi plein
Se plaindre
Dans la nuit seul
Seulement voilà :
Personne autour
Personne
Qu'un éclat d'œil au loin
Loin
Loin
Loin
Longtemps
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 0 2
Literature
Stalk
Ça bouge sous les pieds. Ça vibre, ça tremble, ça danse sans s'arrêter jusqu'à ce que j'en tombe ou j'en meurs. Rien ne survient et ça tombe encore.
L'homme devant moi attache son manteau. Il a un air maussade. Peut-être a-t-il bu. Un peu. Peut-être pas. Qui sait.
Ça arrête un coup.
Silence
Ça repart.
L'autre homme a un parapluie comme une canne. Il a l'air honnête, me regarde de temps en temps d'une jalousie sombre et secrète. Son sac est grand, tous pleins d'honnêtetés. À l'auriculaire, un anneau. Rien aux autres doigts. Il attends, fixe le vide, les yeux honnêtes en attente.
Ça arrête un coup.
Mouvements
Ça repart.
Une jeune femme. Toute belle avec son manteau noir et son foulard des automnes froids. Elle aussi, un grand sac. Noir. Rouge. Deux traits blancs. Des souliers rouges comme la vie, comme l'amour ou comme tout ce qui est beau en rouge sang. Rouge pétant. Ses cheveux
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 2 2
Literature
Ivre
L'homme était saoul. Complètement. Ivre à plus soif, à pouvoir cracher au visage de la mort qui vient pour lui dire qu'on l'aime tant, qu'elle est une foutue de bonne personne. Il avait bu, jasant avec un jeune homme fraîchement arrivé. Il lui avait parlé de n'importe quoi, lui avait raconté sa vie de long en large, chaque détail plus important que l'autre. Ils avaient parlé une heure. Ou deux. Ou trois. À quoi bon compter quand on braille et qu'on boit.
Son visage rouge se leva, bientôt suivi du reste de son corps. Il vacillait. Mais il avait un but. Une quête. Il devait aller cogner à une porte, au dernier étage.  Il ne savait plus très bien qui lui avait dit de le faire. Peut-être le jeune homme. Peut-être son père. Aucune idée. Peu importe. Il devait y aller. Cogner. À la porte.
Il ne savait pas trop où il se rendait. Il monta un étage, dans un petit couloir
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 0 3
Literature
La tete part en vrille
D'un coup la tête part en vrille
Il ne comprend plus rien. Ses yeux fouillent le vide. L'éternité. Rien du tout.
Ses joues s'empourprent, sa bouche se tord. Il veut parler. Dire quelque chose. Mais non, rien. Que des idioties pour avoir l'air moins con.
« Je l'avais prévu. Ça paraissait depuis longtemps. Ils allaient finir ensemble. Ah! »
Et puis il riait, mais en dedans ça créait une boule de vide qui réduisait la volonté en charpie. Il vivait encore, le pauvre. En pleine santé. Mais en dedans il n'y avait plus rien que les trous noirs qui aspirent.
Sa tête était vidée. Il prenait son visage dans les mains par automatisme, parce qu'il avait vu cela dans les films dramatiques et il se disait que la scène serait plus belle. Pourtant, il y avait comme une brume, un brouillard dense qui cachait les pores et laissait la suie s'étaler. C'était sale et ça sentait fort.
Il était blanc. L
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 2 5
Literature
Parapluies
Et ils pleurèrent
La pluie battante, et la mer. Tout autour. Des milliers de kilomètres de perdition. Des dunes liquides, coulantes, engloutissant les vestiges comme les vertiges passés. La mémoire à l'agonie, à cause du stress, de la mort en face. Des bouffées d'adrénaline à n'en plus finir, tellement qu'on y dort les yeux ouverts.
Le petit radeau bouscule les centimètres de vagues une à une, avançant depuis des siècles, ou peu s'en faut. À son bord, un vieil homme dans la vingtaine. Ses yeux avachis pourraient scruter l'horizon, comme on dit dans tous les bons romans où les navigateurs se perdent en haute mer et dérivent. Mais non, lui il reste là, la tête dans les mains, les mains callées entre les genoux. Il fixe la planche humide qui le retient au ciel.
La brume s'est levée depuis quelques minutes. Quelques heures. Rien n'est visible au loin.
Tout à coup, une corne de br
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 1 3
Literature
Tout a lheure
Tout à l'heure, tout à l'heure
L'herbe était glaciale, tout comme le fond de l'air qui se perdait sur la peau de la femme qui attendait là. Chacune des fibres de son corps était suspendue, comme en dehors du temps et du monde, présente simplement pour le futur, complètement inutile pour l'instant. Sa volonté était toute entière tournée sur le fait de ne pas s'enfuir.
Elle aurait sans doute dû pourtant. Elle n'arrêtait pas de se le répéter, les mots parcourant ses lèvres sans s'y déposer.
« Fuis, tu n'es encore qu'une petite fille. Va-t-en, que fais-tu encore là? Tu sais pourquoi il s'en vient. Pourquoi ne fuis-tu pas? »
Ses yeux parcouraient le paysage lentement, sans envoyer à son esprit les immenses fresques qui se déroulaient dans la nuit. En fait, elle ne regardait pas. Elle sondait. Comme un sonar d'insecte qui décide si danger il y a. Sauf qu'elle, c'est un ho
:iconnaeskan:naeskan
:iconnaeskan:naeskan 1 0

Random Favourites

Baubles by sicard676 Baubles :iconsicard676:sicard676 1 2 The statue by FifteenMinutes The statue :iconfifteenminutes:FifteenMinutes 13 105 L'oeil Perce by Greaukk L'oeil Perce :icongreaukk:Greaukk 3 0 Cerveau by Greaukk Cerveau :icongreaukk:Greaukk 1 0

Activity


deviantID

naeskan
François
Artist | Hobbyist | Literature
Canada
Current Residence: Montreal, Qc
Cherche des scènes slam à Montréal, quelqu'un en connaît?

Comments


Add a Comment:
 
:iconelfiane:
Elfiane Featured By Owner Feb 21, 2011
Hey toi. Bonne fête ;)
Reply
:iconnaeskan:
naeskan Featured By Owner Feb 22, 2011  Hobbyist Writer
Je savais pas que DA reportait nos dates de fête..

Merci beaucoup tout de même ;)
Reply
:iconarwengernak:
ArwenGernak Featured By Owner Jan 3, 2011
Juste une dernière petite chose: en lisant tes écrits, tu viens de me donner une idée: je vais créer un folder pour les écrivains canadiens francophones car c'est aussi un patrimoine à sauver. :)
Reply
:iconnaeskan:
naeskan Featured By Owner Jan 3, 2011  Hobbyist Writer
Excellente idée! Je vais bientôt placer quelques unes de mes créations et lire un peu ce qui se fait

Et merci beaucoup ;)
Reply
:iconarwengernak:
ArwenGernak Featured By Owner Jan 6, 2011
C'est plutôt moi qui te remercie :hug:
Reply
:iconarwengernak:
ArwenGernak Featured By Owner Jan 3, 2011
Merci pour avoir adhérer à mon groupe :icondes-lys-de-mots:

Nous ne serons jamais assez nombreux à faire vibrer notre magnifique langue française.

Très bonne année 2011 à toi, Margod
Reply
:iconvolodia9:
Volodia9 Featured By Owner Dec 7, 2010
Merci mon vieux !
Reply
:iconnaeskan:
naeskan Featured By Owner Dec 7, 2010  Hobbyist Writer
De rien, il en vaut la peine
Reply
:iconvolodia9:
Volodia9 Featured By Owner Dec 7, 2010
Ha bon ? J'avais le sentiment que c'était une daube ;)
Reply
:iconelfiane:
Elfiane Featured By Owner Apr 2, 2010
Llamaaa! C'est gentil :)
Reply
Add a Comment: