Shop Forum More Submit  Join Login
About Deviant Enilda TelouhFemale/France Recent Activity
Deviant for 9 Years
Needs Core Membership
Statistics 29 Deviations 165 Comments 3,287 Pageviews
×

Newest Deviations

Have a good journey by EnildaTelouh Have a good journey :iconenildatelouh:EnildaTelouh 1 2 Cigarette ? by EnildaTelouh Cigarette ? :iconenildatelouh:EnildaTelouh 2 4 School grief by EnildaTelouh School grief :iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 2 worries by EnildaTelouh worries :iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 0
Literature
Premiers pas
Tu n'es pas bien grand, ton manteau aux manches trop longues semble être bien lourd pour tes petites épaules. Tes pas un peu étroits hésitent sur la direction à prendre, tu les laisses finalement t'emmener. Un pied devant l'autre tu fais le tour de la cour, tout s'agite autour de toi, ton regard ne semble pas savoir où se poser. Quelques filles viennent te demander comment tu t'appelles, tu ne t'arrêtes pas de marcher comme pour éviter d'avoir à leur répondre. Il paraît que tu viens de loin, derrière moi à travers la vitre de la salle ta maman te regarde les yeux embués. Son sourire masque les fissures qui en elle doivent doucement se dessiner.
Soudain, ne trouvant peut-être pas de repères suffisamment accessibles, tu viens vers nous les adultes, de notre grande taille nous formons autour de toi un mur de protection. Je me mets à ta hauteur. Tes yeux bleus humides se déversent dans les miens, les
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 0
Literature
J'AI PENSE A TOI - VIII
Lundi soir, j'étais en train de travailler sur une séance de mathématiques quand soudain le téléphone sonna :
-Allo ?
-Salut, c'est Lilas ! J'suis revenuuuue !
-Tiens !? Ça va ?
-Ça va bien, dis ? Tu viens à la maison ce soir ? J'ai trouvé un nouvel assortiment de thé tu m'en diras des nouvelles.
J'avais besoin de sortir, j'acceptai.
Les rues étaient désertes, c'était agréable. La nuit était tombée, il faisait froid. Le SAMU social était en pleine intervention sur le trottoir de l'autre côté du boulevard. Je détournai le regard en enclenchant la première, « Pas mieux qu'une autre » me soufflai-je.
Les immenses panneaux publicitaires m'envoyaient leur futilité tous les dix mètres. Johann Joosten interprétait Dans un coin de ma tête à la radio … Les feux rouges me narguaient à chaque carrefour désert. J'arrivai, me gar
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 0
Literature
J'AI PENSE A TOI - VII
Dimanche après midi, plongée dans ma lecture, mon ordinateur fit le bruit caractéristique de l'arrivée d'un nouveau message. C'était Alex qui me donnait un peu de nouvelles et qui me demandait avec beaucoup de distance s'il pouvait venir récupérer ses derniers livres et CD.
Ces quelques mots me rendirent triste, je cliquai sur répondre et me mis à pianoter :
Cher Alex,
Je ne peux m'empêcher de penser à quel point il est hypocrite de croire que l'arrivée d'un enfant dans la vie d'une femme n'est que du bonheur. Je ne peux m'empêcher de penser au temps que l'on avait, que l'on a plus, à l'énergie, aux soucis qui n'étaient alors que les nôtres et pas ceux de quelques bambins qui n'ont jamais demander à les vivre mais qui n'ont pas le choix que de les subir comme nous l'avons fait avant eux.
D'où vient cette envie de mettre au monde, dans notre monde qui, on le constate chaque jour ne tient q
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 0
Lacher de ballons by EnildaTelouh Lacher de ballons :iconenildatelouh:EnildaTelouh 2 1
Literature
J'AI PENSE A TOI - VI
On était samedi, j'avais promis de passer. Je sonnai, c'est Valentin qui vint m'ouvrir :
-Papa !? C'est Tataaa !
Mon frère apparu, il revenait de la cuisine en s'essuyant les mains :
-Salut sœurette.
Il me fit deux chaleureuses bises.
-Tu as passé une bonne semaine ?
-Ça va.
Il me fit entrer au salon
-Assieds toi, du thé ? comme d'habitude ?
-Oui, s'il te plait !
Ma belle sœur vint me saluer à son tour, toute de blonde vêtue, ses mains potelées étaient ornées d'une multitude de bagues, ses boucles d'oreilles étaient assorties à la couleur d'un piercing qu'elle avait dans le nez, elle portait un parfum très fort et un pantalon trop serré :
-Salut, ça va ? Valentin ? Tu as dis bonjour à Tata ? Elsa ? Tu as dit bonjour à tata ? Calmez vous ! Vous m'avez l'air bien énervés ...
Les enfants vinrent me dire bonjour, Valentin me montra un nouveau jouet en s'asseyant sur mes genoux. Elsa cha
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 2
Literature
J'AI PENSE A TOI - V
Jamais un patron ne viendra me féliciter, mais le fruit de mon travail était là devant moi. Dans l'esprit de ces petits êtres qui, avec leur index minuscule déchiffrait les lettres, les mots qui feront bientôt pleinement partie de leur vie.
Je m'attendais bêtement à ce qu'un parent surgisse dans la salle pour me serrer chaleureusement la main, les larmes aux yeux. Le petit Victor leva alors les siens vers moi et me lança son plus beau sourire édenté. Son regard brillant plongeait dans le mien.  Alors que j'attendais une congratulation vaine et inexistante, c'est à la fin de sa lecture parfaitement achevée qu'un enfant de six ans me l'adressait.
Je n'avais dans ces moments là aucunement l'envie d'être ailleurs, d'avoir autre chose. Mon monde me plaisait, la classe devenait un jardin de paix, d'harmonie dans lequel je voulais passer ma vie. Et je jouissais à l'idée que ça allait être
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 0
Literature
J'AI PENSE A TOI - IV
Le temps était splendide, les quelques nuages qui parsemaient le ciel semblaient me sourire. Le vent était étonnamment doux, l'air était frais et vivifiant, j'avais l'impression de me sentir bien et que cela allait durer pour toujours.
Je rentrai apaisée. Ma pile de quarante cahiers m'attendait, je me remis au travail avec entrain.
J'entendis Alexandre rentrer, j'en étais à vingt cinq …
-T'es là ?
-Oui …
Il montait les escaliers de ses pas habituellement lourds, il entrouvrit la porte.
-Ça va ?
-Oui, toujours beaucoup de boulot lui dis-je.
-Bon, je ne te dérange pas alors … Il s'empressa de refermer la porte
-Alex !? J'ai un truc à te dire …
-Ah !? Dit il en rouvrant.
-Viens là …
Je lui fis signe de s'asseoir sur le canapé, je le rejoignis.
-J'ai eu  des résultats d'analyse aujourd'hui …
Soudain son visage s'éclaira, lumineux et souriant.
-Alex, ça n'est pas du tout c
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 5
Literature
J'AI PENSE A TOI - III
C'est bien la troisième fois que je venais ici en deux mois. Pour regarder, ausculter, réfléchir, faire des analyses et découvrir …
Je jetais un coup d'œil sur les magazines, les grandes stars américaines m'envoyaient leur plus beau sourire de papier glacé. Puis mes yeux machinalement parcouraient la pièce. Une jeune femme à quelques chaises de moi arborait un ventre rond comme s'il y avait une énorme pastèque cachée sous son T shirt. Je ne pouvais m'empêcher de scruter son ventre comme pour en deviner le contenu. Imaginer son utérus tendu comme un arc plein d'un être qui grandit, change, bouge, vit. Encore un. Mon esprit vagabonde de questions en interrogations, d'incompréhension en étonnement.
Il paraît que le docteur a quelque chose d'important à me dire, il m'a appelé à la pause de midi, il m'a glissé un : « J'ai reçu vos analyses » rapide entr
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 0
Literature
J'AI PENSE A TOI - II
-Je ne pensais pas qu'une femme pouvait penser ces choses là
-Penser quoi ?
-Tout ça …
Nous étions assis dans le salon, il faisait beau. Le soleil donnait à la moquette des reflets pistaches et se conjuguait en douceur avec le jaune des murs. Il était en face de moi et me fixait du regard, il avait les sourcils légèrement froncés et les traits tirés. Il était passé me voir après le boulot. Il portait son habituel costume, sa cravate était assortie à ses yeux, j'aimais bien.
-Qu'est ce qui te dérange ? lui demandai je
Il haussa les épaules, chercha ses mots :
-Je pensais que toutes les femmes étaient les mêmes.
J'esquissai un sourire en soupirant
-Je ne veux pas être de celles là. Consacrer trente années de ma vie à m'angoisser. Je suis déjà profondément anxieuse pour ceux que j'aime, qu'est ce que ça va être avec deux ou trois personnes de plus ?
-
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 3
Literature
J'AI PENSE A TOI - I
"Ah là là ! Écoute ! C'est la première fois qu'elle me faisait une crise pareille ! Un caprice !
-Oui, ça arrive aussi, généralement  j'vais chercher Christian pour gérer …
-Le mien il est allé au foot jusqu'à 16 heures et en rentrant il est encore allé jouer dehors …
-Oui, c'est bien il fait jour tard en ce moment ...
-J'suis crevée ! Elle a vomi toute la nuit ! Vincent s'est levé à cinq heures pour bosser ...
-Tu es allée chez le pédiatre ?
-Ah bon ? Tu vas là ?
-Bien sûr ! C'est moins cher ! Ca aide quand t'en as plusieurs ! Avec deux maintenant ...
-Tu en es à combien ?
-Six mois.
-Et ça va ? Ça se passe bien ?
-Oui, je n'ai enfin plus de nausées ! En plus on est en train de faire des travaux, pour aménager la chambre ...
-Tu n'a pas l'air de prendre trop de poids ...
-Ah ça non ! J'fais attention !
"
La fenêtre était ouverte e
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 0
Literature
Alban IV
En une heure et demie de recherche j'avais un plan en trois parties, une introduction, une conclusion et quelques dizaines de documents annexes.
Dans une brillante maîtrise, Mia m'avait indiqué les grandes lignes et noté les sous parties. Penchée sur sa feuille, le crayon dansait nerveusement dans sa main droite, de temps en temps elle m'ouvrait un livre, me montrait des images, des textes, avant de replonger dans sa rédaction. Le menton dans ma main, le coude sur la table, j'appréciais le spectacle.
-Alban ?
-Mmmh !?
-Il faudrait que tu fasses une photocopie de ça.
-De quoi ?
-Là.
Elle tourna le livre pour le placer à l'endroit :
-Là, cette gravure, regarde.
Penchés que le même ouvrage, elle vînt me toucher l'épaule, je sentais son parfum subtil et nacré, une mèche de cheveux me frôla le menton.
-Tu m'écoutes ? Regarde là ce qui est écrit.
Elle garda un instant le silence, apparemment t
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 0
Literature
Alban III
On était mardi après midi, il n'y avait pas grand monde, j'en profitai pour faire un tour dans les rayonnages. Quelques jeunes étaient assis aux tables. Ces dernières étaient les théâtres de confessions en tous genres ou encore d'échanges de numéros de portable. Les livres et les cahiers ne servaient que de décors ou de prétexte au travail qui semblait avoir déserté l'esprit des lycéens présents là. L'ambiance était cependant calme et silencieuse à défaut d'être vraiment studieuse.
La documentaliste Madame Maurin classait quelques livres sur une table, elle avait les cheveux blancs comme neige, elle essuyait souvent les quolibets des élèves qui se moquaient de son grand âge apparent, de ses jupes trois-quarts, de ses gilets trop longs, de sa voix nasillarde. Elle portait des lunettes demi lunes assorties d'un cordon de petites pierres de plastique qui lui faisait le tour d
:iconEnildaTelouh:EnildaTelouh
:iconenildatelouh:EnildaTelouh 0 1

Favourites

Gaea Invocatrice by Sorina-chan Gaea Invocatrice :iconsorina-chan:Sorina-chan 316 50 His Royal fluffiness by ZoranPhoto His Royal fluffiness :iconzoranphoto:ZoranPhoto 1,677 158 Is it a bird? Is it a plane? It's a Fluffy! by ZoranPhoto Is it a bird? Is it a plane? It's a Fluffy! :iconzoranphoto:ZoranPhoto 2,243 149 The Forest Whispers Golden Stock by TEMPERATE-SAGE The Forest Whispers Golden Stock :icontemperate-sage:TEMPERATE-SAGE 423 29 Comfy Comics by Zombiesmile Comfy Comics :iconzombiesmile:Zombiesmile 4,959 881 Pray. by MateuszPisarski Pray. :iconmateuszpisarski:MateuszPisarski 4,041 984 Flowers In The Window by LiiQa Flowers In The Window :iconliiqa:LiiQa 11,356 872 Cat Noir by humon Cat Noir :iconhumon:humon 2,611 274 Knight - wip by poxel Knight - wip :iconpoxel:poxel 76 14 Finally free? by MartaNaokoChan Finally free? :iconmartanaokochan:MartaNaokoChan 7,476 844 you were never there by jyoujo you were never there :iconjyoujo:jyoujo 3,944 214 Just a touch of light by andreimogan Just a touch of light :iconandreimogan:andreimogan 1,745 234 Burning Tree by DennisChunga Burning Tree :icondennischunga:DennisChunga 297 87 Planting Trees by DennisChunga Planting Trees :icondennischunga:DennisChunga 555 223 Autumn's Fire by DennisChunga Autumn's Fire :icondennischunga:DennisChunga 437 70 Ode to Evening by Pensieri Ode to Evening :iconpensieri:Pensieri 49 15

Activity


deviantID

EnildaTelouh
Enilda Telouh
France
Current Residence: France
Operating System: Ubuntu
Favourite cartoon character: Homer Simpson
Interests
Profitant d'une journée chaude et agréable comme souvent dans cette région. Nous prîmes la voiture afin de nous rendre sur les hauteurs. Par curiosité mon mari pointa sur son instrument de localisation un lieu qu'il - comme souvent quand il souhaite me surprendre – tenait à garder secret jusqu'à ce que nous fumes arrivés.

Nous nous éloignâmes alors de la ville pour parvenir dans une campagne luxuriante et vallonnée. Le soleil faisait ressortir le vert tendre des prairies qui contrastait avec le vert plus soutenu des arbres fort nombreux. Quelques vastes et riches propriétés aux toits roses et aux piscines fraîches parsemaient le paysage.

Après quelques kilomètres sur des routes entretenues aux nombreux virages nous fîmes une halte au golf club. Nous descendîmes de la voiture, mon mari me dit alors qu'il devait certainement y avoir un sentier par lequel passer afin d'admirer la Garonne. Le parking était plein en cet après midi ensoleillé, quelques golfeurs ouvraient leur coffre pour sortir leur précieux matériel, une petite voiturette partait se rendre sur le Green, des familles venaient se détendre.

Une fois à pied nous passâmes alors devant ce qui semblait être le bureau des inscriptions. Par curiosité et faisant preuve une fois de plus de toute sa spontanéité, mon mari m'entraîna prendre quelques renseignements. Nous entrâmes alors dans un bureau au décor soigné et raffiné. Quelques personnes étaient en train de discuter. A ma gauche se tenait un homme fort courtois, au polo Ralph Lauren, la soixantaine, équipé de lunettes élégantes. Il nous sourit et nous salua. Il nous demanda ce que nous voulions, mon mari lui répondit qu'il souhaitait recevoir les tarifs des inscriptions. Il nous sourit de nouveau et reprenant comme pour cacher un effet de surprise : « les tarifs ! ». Il nous indiqua alors la jeune femme qui se tenait derrière le comptoir. Nous nous dirigeâmes vers le bureau, le Monsieur reprit alors sa conversation avec une charmante dame fort distinguée aux cheveux parfaitement peignés, elle tenait en bandoulière un sac de cuir sur lequel nous pouvions lire les initiales LV d'une célèbre marque de luxe française.

Nous nous adressâmes alors à l'hôtesse d’accueil et lui demandâmes les modalités d'inscription. Peut être allait-elle nous proposer des séances de découverte ou de sensibilisation. Elle nous présenta alors une feuille sur laquelle étaient écrits les tarifs à l'année pour un couple ainsi que les pièces à joindre. Je sentis un grand vide en moi quand je vis dans la case qui nous « concernait » un nombre à quatre chiffres, 2400 euros. J'acquiesçai sans broncher ces conditions et écoutai attentivement les autres clauses à remplir pour entrer dans le club. Il nous fallait acheter des parts dans la société et rédiger une lettre de motivation au président du club qui nous avait salué en entrant et qui se tenait juste derrière moi. Enfin, elle nous donna alors une autre feuille sur laquelle il fallait écrire notre état civil - rien de surprenant - et indiquer notre « parrain » déjà membre du club.

Nous prîmes l'ensemble des documents avec politesse et remerciement, je me retournai pour glisser un « au revoir » plus que timide avant de quitter les lieux.

Une fois sortie de l'endroit d'où nous ne venions pas, j'exprimai alors toute ma consternation. Je lançai à mi-voix pour ne pas me faire entendre des golfeurs présents sur le parking à quel point je pouvais hésiter à dépenser quelques dizaines d'euros pour un livre, un demi-millier pour préparer un concours ou un millier pour acheter un appareil électroménager, combien on pouvait compter et hésiter alors que l'on fréquente les supermarchés les moins chers et voir, constater qu'il y avait des gens qui pouvaient mettre deux SMIC et demi par an pour jouer au golf … Je fais de la course à pied et mes deux paires de basket à l'année me font déjà douter … Loin de moi tout sentiment de jalousie ou d'envie, cette anecdote me fait juste dresser un farouche constat. J'ai touché ce jour là du bout du doigt un monde ultra privilégié dans lequel nous n'existons pas.

Nous remontâmes dans la voiture, mon époux m'écoutait avec patience, il regarda de nouveau les tarifs de l'inscription et me glissa alors en mettant le contact : « C'est le prix de l'isolement » ou celui du privilège d'avoir le sentiment d'être privilégié.

Journal History

Comments


Add a Comment:
 
:iconkariliimatainen:
KariLiimatainen Featured By Owner Aug 19, 2010  Hobbyist Photographer
:thanks: so much for the favīs !!!



********* :nod: **********



*** nature is everything ***



Reply
:iconenildatelouh:
EnildaTelouh Featured By Owner Aug 19, 2010
my pleasure ! :)
Reply
:iconenildatelouh:
EnildaTelouh Featured By Owner Aug 19, 2010
What's this emoticon ... !? Mmmh I'm not very gifted ... Sorry
Reply
:iconpensieri:
Pensieri Featured By Owner Jun 23, 2010  Hobbyist Photographer
thanks for fav :)
Reply
:iconenildatelouh:
EnildaTelouh Featured By Owner Jun 23, 2010
You're welcome :)
Reply
:iconilman-lintu:
Ilman-Lintu Featured By Owner Jun 22, 2010   Photographer
thank you so much for the fav!
Reply
:iconenildatelouh:
EnildaTelouh Featured By Owner Jun 23, 2010
You're welcome :)
Reply
:iconjeffcourriel:
JeffCourriel Featured By Owner Dec 13, 2009
Coucou ! Merci pour le Watch :)
Reply
:iconenildatelouh:
EnildaTelouh Featured By Owner Dec 13, 2009
De rien !! :)
Reply
:iconamarya-da:
Amarya-DA Featured By Owner Nov 16, 2009
Merci pour le fav et le watch ^^
Reply
Add a Comment: