Shop Forum More Submit  Join Login
About Deviant AurélieFrance Recent Activity
Deviant for 10 Years
Needs Core Membership
Statistics 80 Deviations 1,797 Comments 16,458 Pageviews
×

Newest Deviations

Literature
Never forget Sebastien Tellier.
De pas à pages,
je pisse rouge sur un banc
de souvenirs peppermint :
Roche ritournelle divine.
T'as bazardé ma boucle, connard,
ça me brûle jusque dans l'utérus
et ça coule.
Tant que ça coulera, tu seras là
bouleversant
à peine adulte.
J'ai la bossa nova à l'âme.
Comme ça va devenir loin,
moins qu'un rêve
immobile
le souvenir de ce qui ne se passera jamais gouvernera nos moindres moments.
Le vide odieux de l'absence d'un adieu, comme les d sont lourds
je pue l'amer.
Putain d'écrire, putain d'en avoir plein le ventre, puis la bouche, puis le chiotte, putain l'amour, putain l'amour, putain l'amour.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 2 0
Literature
Barbue.
Les jambes droites vers l'avenir
les orteils agrippés au sol
tendus
impuissants;
Le buste plié vers le cul
la tête dans le coeur bileux
à rebrousse-vie depuis 6 mois dans un mouvement putréfié : 2 pas en avant, 3 pas en arrière, un trottoir sale;
A cheval sur le toit de ma mémoire,
je balance.
J'ai la barbe des mauvais jours, rousse, bleue, abandonnée.
Ma bouche réclame les connus, souffle sous les meubles, réveille les fantômes.
Je balance entre mon cancer et mon verseau,
le nombril coupé en deux, les intestins brouillons, le doute, ma bite.
Et ça se dit adulte !
L'intention n'assure pas la sagesse. Les poils non plus.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 2 3
Literature
Mes nuits d'avant.
Ah, mes nuits d'avant !
où les heures à mes soins
assouplissaient de mon front
les plis
où les mots versaient profond
pour désengorger le venin et la bile !
J'écrivais dans l'Erèbe.
J'ai rencontré le jour en quittant ce royaume
j'ai brûlé mes doigts
à la bougie
dolce.
J'ai roulé en tandem, en TGV, la bouche ouverte
à en avaler rail et roue
puis ma sagesse s'est cognée au plafond malgré le confort jusqu'à présent suffisant des dialogues d'amitié.
Alors dans mes nuits d'avant ce soir je redescends
à la recherche du verbe nécromant
qui délivre la signifiance
discrète
et l'espoir d'un nouveau rendez-vous mallarméen.
Mais le ventre bronche sur mon coeur indécis
et froisse des lignes hésitantes.
Je ne reconnais pas mon vieux palais
Je ne sais si j'ai perdu sibylle ou si de lumière mes yeux sortent bouffis et vaniteux
Je
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 3 9
Literature
Dilemme et dire.
Je ne sais dire que
tout droit dans le mile dans le ventre
des mots qui râpent qui piquent;
la barbe de la franchise me pousse
n'en sort que des ennuis.
Dois-je conformément me taire
troubler la vérité pour la rendre moins vache
m'assoir sur mon faux-derche
ou danser le slow des esprits confortable
pour être dans les rangs
courbée dans l'air du temps ?
J'ignore comment
arrondir l'angle mort
ou fabuler pour la forme
pour consoler l'oreille sur l'épaule.
Je verse et déverse et renverse
les vers du nez pris des non-dits
non pour paraître plus hardie
mais pour laver les mascarades.
Que tombe la goutte d'eau du vase
dans la tasse et, avalée de traviole,
qu'elle inonde l'Ego !
Et qu'il apprenne à nager
sans faire couler les autres !
J'ai la tête qui balance
entre les mots qui brulent et le silence qui pèse
chacun foutrement désagréable coincé dans la gorge
qui gratte qui gratte
culpabilité du dire du non dir
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 1 21
Literature
Entre soleil et cinema.
C'est le jour !
Toute tête est tournesol et soif
De croquer la bohème Topaze douchant d'un miel-platine l'alentour.
C'est à qui avale la lumière par les cheveux, la peau, les ongles,
A qui contre-danse de la pluie !
Tous impudiques devant l'Impudique originelle dévêtue de sa monautomne robe grise.
Alors toute voix fuse et forte :
"Oh coquine !
Te voilà nue par le feu des projecteurs !
Ah comme tu fais monter la sève à nos esprits !"

Oui je vois déjà s'écrire mille contes et mille essais, mille légendes, mille poèmes !
Sa grâce s'imprime sur les visages, sa science dans les cervelles, son érotisme... colle aux mouchoirs ?
"Allons ! Ne quitte pas si vite la scène !"
Ô comme je sais que dans l'ombre elle pleure...
Mais toute vipère s'abat et toxique :
"Ssssschut ! Qu'importe les raisons qui mettent la goutte au nez des étoiles !
Donne-toi toute à l'égoïsme un
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 1 16
Literature
Doute en bise.
Au sud passé midi
dessus la terre chaude bosselée brune
qui de soleil s'écorche
dans la bise d'août
mollement glisse l'anis effeuillé
défilent ou tombent les jupes
t'affolent tu siffles
"si l'habit frémit c'est qu'elle est chatouilleuse".
Au fond passé minuit
dans le milieu du ventre s'entre-étirent
les cigales gonflées
qui de pulses furieux grésillent
refluent reprennent
mais se gouttent bien retenus
tu jubiles tout près du cri !
puis t'endors la bouche ouverte.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 3 10
Literature
Partir a point.
Au bord de l'aube et du fond de leur lit
secouées d'un chagrin furieux volontaire
les voix infantiles prient la camarde
qu'elle donne cadavre à leur destin tragique :
La jeunesse court à la mort à forts cris de révolte
et saoulée de pathos.
Tandis que d'autres postillonnent sous l'injure du temps
laissent leur corps mollir sous le poids des autres
reliefs de steak durs de regrets
dont ils emboucanent l'atmosphère
ou fanfare de leurs culs pontifiant au Théâtre.
Et quand vient le soir, que le public les néglige
ils s'accrochent aux rideaux dans un ultime craquement d'os
et quand ils partent enfin... on dirait presque que c'est trop tard.
Alors me dis-je, l'à point, s'il est, toujours on le devance ou le déborde de la fontaine violente au coeur de ceux qu'on va laisser.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 3 11
Literature
Le poids des choses.
Aujourd'hui le poids des choses
lourdement
il y a des jours comme ça
Sur le canapé.
Les bords salés
que les chants folks trottinent
s'étirent
lourdement sur mes joues.
C'est par la fenêtre que l'on se jette !
Et la vitre sale en pleine !
rappelant que certains jours
le rose tourne au gris.
On se moque bien de mon nuage.
Au nez collé collant murmure le sapin qui se penche
qu'une bosse ne se remarque pas à la lueur d'un sourire.

Mais la douleur elle
lourdement
le tambour du poids des choses.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 1 2
Literature
Le vrai n'est jamais unique.
J'ai descendu mon coeur aux abdos sans rire
disons plutôt à la vanité
à la vérité au premier sens s'entend
s'il se peut et s'il n'y a rien
ça n'enlève pas cette saloperie dite douleur
de monter jusqu'à la gorge
soit-elle sexy ou juste épuisée
de respirer si fort si sur le coup
d'un soir
et si c'était vrai ?
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 3 21
Literature
Bonjour amour bien dormi.
Picture-moi dans l'espace d'avant-réveil
ni trop endormie ni trop alerte
le visage bouffi des agitations nocturnes,
le fil de bave - pourquoi non ?
reliant le là au précédent,
que mon corps, en dégoutte de l'air moite
comme les draps que mes jambes ont froissé
et qui s'impriment comme pour se venger
soit lourd du poids du jour.
Peut-être une larme ou deux sans trop forcer le mélancolique
puisque le sourire se confond dans la grimace
quand de ta bouche tu appelles la fin de mon repos.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 6 7
Literature
Toile.
Dingue les tartines de soi de signes décomposés recomposés qui con con composent
ce que l'on est.
Avec écrit tout en petit en bas du non-contrat : Découvre l'indélébile.
Débile ce qu'on expose d'impudeur sous couvert d'authenticité :
le social-d'oeuvre de la chaste hypocrisie d'une pensée qui s'abuse en croyant s'assumer.
Cynique ? La bonne excuse.
La passivité sert le dominant : Denaro dappertutto per tutti è tutta colpa nostra.
+ Victime puisqu'à quoi bon la reconnaissance dans l'universel ? L'éternel dans l'internet ?
Crève un jour, crève toujours :
tes Données n'y changeront rien.
L'identité n'est pas un chiffre, ni des milliers. Et des milliers de morts chiffrés on en compte déjà beaucoup.
Dans ce camps-là, on y rentre les bras en coeur.
Démesuré ?
Dé-ranger par le choc choc shock people into action.
S'il y a Destin, nous le
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 2 2
Literature
Tete en l'air.
L'air sent le bon
et brille au soleil le bord des arbres
d'or sur fond bleu.
Il fait beau temps.
La pierre du banc réchauffe mon cul.
Je m'y assois encore une fois
tant que le ciel est clair
pour fixer l'instant, les impressions
pour photographier
former des reliques
fumer la dernière.
Puis quand l'air sentira le soir
et le rose de l'émotion
il faudra m'en aller.
Mais pas encore mais pas trop tard.
Juste avant que le noir n'occulte,
je préserve le temps qu'il faut de souvenance à ces bonheurs trop courts.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 2 43
Literature
This chimera is real.
Impressed body
in white lights hues
intoxicated
smoked
out
SCARED white lights
from psychotropic drugs
which elapse from my lips to my hand
FEVERISH hand
at piano of my soliloquy
THIS CHIMERA IS REAL
AT NIGHT
at the end of the look-inside crusade
the trip has sucked me dry.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 0 4
Literature
Ear virgin.
light touches
blow on my back and
nibble my neck
sweet sweet
buttocks
I unlock
an old desire
arisen from a magic recollection
madly exciting
wet wet
by some touches
just absurdly :
Will I bleed again ?
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 2 14
Literature
Les lieux autrefois familiers.
Les lieux autrefois familiers sonnent faiblement
dépouillés d'eux-mêmes,
d'arômes pâles comme un souvenir
au mi-lieu de fantômes qui percent mon corps de glace,
tus.
Mais par l'angoisse-même de ce que je crois être ruines
s'élève le second mi- du lieu :
la présence crue du sentiment d'aimer
ailleurs.
Je me sens mal de dormir sur un tas de feuilles mortes. Laisse-moi retrouver l'intime brûlant de nos vives voix.
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 7 19
Literature
Lake's rest.
not any sounds shake the surface
of the lake
breathing an uncoloured mist
the depth of something
bad. pale faces
of some Sibylline things.
don't blink blue moon !
above a boat in bloom
Lily subsists, dry
:iconCompotedepommes:Compotedepommes
:iconcompotedepommes:Compotedepommes 3 14

Favourites

Mature content
Toi qui transpire :iconthe-mirrorball-man:The-Mirrorball-Man 11 22
Benched by The-Mirrorball-Man Benched :iconthe-mirrorball-man:The-Mirrorball-Man 7 4
Literature
Fragments
Ici
Ni nuages
ni bruit
et le sol
est trop lisse.
Je vais mentir.
Qui suis-je?
J'ai grandi d'un seul coup et très vite, comme une enfant qui saute et dont la tête reste accrochée, suspendue dans les airs, pour seulement s'apercevoir alors, en regardant en bas, qu'elle ne lévite pas, mais a un corps plus grand qui a poussé sous elle.
Etat des lieux
- Quarante et un morceaux d'un vase balancé.
- Six morceaux d'une assiette écrasée sur le mur.
- Onze morceaux d'un livré écharpé sans pleurer.
- Trois morceaux de la table assommée d'un poing lourd.
- Xanax, Tuinal, Prozac, Wisterol, par milliers.
- Deux morceaux d'un seul nous, désespoir distendu.
Festival fenêtré
Comme une lame, l'air,
Comme un angle, le fer,
Comme un cri, la matière,
Comme, las je le perds,
Comme mort, comme amer.
Qu'avez-vous pensé du service?
Bien que très compétent, le serveur n'a pas voulu me servir. Parce que j'étais … saoule. Je fais l'effort de le comprendre mais - et c'est
:iconNolegGeisha:NolegGeisha
:iconnoleggeisha:NolegGeisha 1 1
Literature
L'art de la fuite
Je croche mes envies d’une dyade au carré, aux braises qui voltigent je sens mon sang se serrer, pressé de rencontrer la hâte enfumée. Le drôle infini comme suspens du moment présent, pour que le rire sot soit enfin parti chercher refuge vers de pauvres enfants mort-nés. Et pourtant leur cœur à eux aussi vacille, tangue et s’immerge dans un amour imberbe. Douce journée qui fuit par sa fin et se moque sans mépris de son lendemain mesquin.
:iconMasochisme:Masochisme
:iconmasochisme:Masochisme 2 1
Literature
J'ai joie
J’ai joie
J’ai grâce, félicité
J’ai l’allégresse
J’ai le festin de liesse
Lierre vivace enfantin
Sans rite tridentin
J’ai délicates ardeurs
Arbrisseaux d’art majeur
Où pousse le fruit de fougue
Veine de fièvre affranchie
J’ai douceur artillerie
Là où tout s’encanaille
En onctueux amour
J’ai la pousse cisaille
Qui, vive violence
Sous vos friands atours
Entrebaille la vie
Dans ce qu’elle a de joie
:iconThe-Mirrorball-Man:The-Mirrorball-Man
:iconthe-mirrorball-man:The-Mirrorball-Man 9 21
Literature
Epilogue
tes pupilles profondes
bordées de cils en larmes
naviguent –
comme des sous-marins noirs
jusqu'à ma berge
elles s'ancrent, humides
familières –
sur la peau de mon doigt
je ne verrai plus
tes pupilles profondes
je le sais –
à l'ombre de nos draps
:iconThe-Mirrorball-Man:The-Mirrorball-Man
:iconthe-mirrorball-man:The-Mirrorball-Man 7 29
Ghost 3. by krackl3 Ghost 3. :iconkrackl3:krackl3 53 18
Literature
Bitter breakfast
Déconfiture
Yeux brouillés
Jus d'orage
:iconAnemathenae:Anemathenae
:iconanemathenae:Anemathenae 7 13
Fog by PLetc Fog :iconpletc:PLetc 93 105 Standing Water by mopeydecker Standing Water :iconmopeydecker:mopeydecker 982 75 try poetry by Beaple try poetry :iconbeaple:Beaple 12 8
Literature
La comedienne travestie,
La comédienne travestie,
Tu retrousses sa jupe de tes mains assurées.
Excitée par ce moment, présent tant attendu,
Tu contemples cette actrice d'un rose fendu
Et tu l'imagines déjà faire son entrée.
La comédienne travestie,
ppl: petits poèmes libertins - january 2008
:iconPoint-du-jour:Point-du-jour
:iconpoint-du-jour:Point-du-jour 1 1
scene de rue 250 by C-Jook scene de rue 250 :iconc-jook:C-Jook 38 28 scene de rue 229 by C-Jook scene de rue 229 :iconc-jook:C-Jook 28 18
Literature
Les Feuilles tombent ...
Le Feuilles tombent violemment cet Automne
Tombent les Feuilles violemment en Automne.
L'influence du Froid ne les fait pas trembler;
le souffle du Vent ne les fait guère bouger
                                            non plus.
S'est mis L'Automne en colère avec les Feuilles;
elles rient si innocentes et malicieuses.
Tombent les Feuilles violemment cet Automne.
Elles me défient de leur chute:
                                                 toute "contre nature";
car elles doivent être lég
:iconKaYin91:KaYin91
:iconkayin91:KaYin91 4 17
Literature
Ma bite
La bite est un faisceau de nerfs, dont la conception est très faiblement variable d'un individu à l'autre. Elle constitue une interface de communication entrante et sortante normée sur la frange masculine humaine du biotope terrestre.
Par ma bite, j'exprime, je pose une façon d'être. Par ma bite j'explore.
Un siphon de piscine, un Dyson sans sac, une pâte à crêpes. Une vulve extravertie, un Tenga wavy egg, un anus à moustache. Une poignée de cheveux, une relation familiale, un animal à la santé douteuse.
Par exemple.
Ainsi, ma bite affirme mon envie de vivre, l'ouverture de mon esprit ou ma motivation envers mon objectif, mon état d'esprit. Ma bite a des humeurs, des mines, des émotions. Ses agissements, son quotidien, ses échecs et ses exploits sont dictés, tout comme un individu lambda, par une combinaison de ses caractéristiques innées, de ses compétences acquises, de ses émotions et
:iconNolegGeisha:NolegGeisha
:iconnoleggeisha:NolegGeisha 5 8

Activity


(P)laying on my sad guitar, Im writing purple words with #coffeeandcigarettes on my keypad.
Let's runaway, guys. (cf I stink bitter.)

Desperation makes verbose. Welcome back !

SOB.

Non scrivo parole : sono lucciconi sullo schermo luminoso. Vedi come scorrono dai occhi alla mia bocca storta al sorriso spento. Vedi come l'imbarazzo si nasconde dietro una lingua straniera quanto si sente estraneo a se stesso.
Il viaggio della scrittura non sostituisce quello del cuore.


And in tribute to Truffaut :

You told me "I love u", I told u "wait". I would say "take me", and you said "go away".
Jules et Jim

https://photos-h.ak.instagram.com/hphotos-ak-xaf1/10643983_289734434564359_1441304579_n.jpg
  • Listening to: alt-J
  • Eating: Seasalad
  • Drinking: Beer

Groups

Comments


Add a Comment:
 
:iconkrackl3:
krackl3 Featured By Owner Feb 7, 2013  Professional Traditional Artist
Cher journal,
Aujourd'hui j'ai mis mes bottes fourrées et mes collants décorés.
J'ai froid un peu partout sauf de la zone qui part des hanches jusqu'au milieu de mon tibia. Je me suis assise sur des rochers car j'aime sentir quelque chose de dur contre mes fesses.
Et pendant ce temps, deux arbres faisaient les cons.

Signé Compotedepommes
Reply
:iconcompotedepommes:
Compotedepommes Featured By Owner Feb 8, 2013
La preuve que l'on ne peut pas tout avoir dans la vie : un talent pictural, certes, mais pas scriptural ! Ne te lance pas de sitôt dans l'analyse iconographique. Quoique, il y a bien quelque chose que j'estime dans ta description : tu as remarqué les arbres !

N.B. Quelque chose de dur, d'accord, mais chaud c'est quand même mieux.
Reply
:iconeres-graph:
Eres-Graph Featured By Owner Apr 7, 2014
cokine
Reply
:iconcompotedepommes:
Compotedepommes Featured By Owner Jun 20, 2014
Cookin.
Reply
:iconpascal-prevost:
pascal-prevost Featured By Owner Jan 30, 2013
Merci pour le :+fav:
:rose:
Reply
:iconthe-mirrorball-man:
The-Mirrorball-Man Featured By Owner Sep 9, 2012  Hobbyist Digital Artist
Bon et bien je pense qu'il est temps de s'y remettre, non?
Reply
:iconcompotedepommes:
Compotedepommes Featured By Owner Dec 3, 2012
Ta sollicitude me touche ! Néanmoins, mes écrits s'épanouissent depuis quelques mois sur papier, carnets. Et je n'ai pas envie de retranscrire sur l'ordinateur.
Mais il est temps que je me remette à déguster les chefs/hors-d'oeuvres d'artistes tels que toi !
Reply
:iconthe-mirrorball-man:
The-Mirrorball-Man Featured By Owner Dec 3, 2012  Hobbyist Digital Artist
Ah, l'important, c'est que tu écrives, tant pis pour nous si on ne peux plus te lire!
Reply
:iconkrackl3:
krackl3 Featured By Owner Feb 5, 2011  Professional Traditional Artist
Bon anniversaire ma petite :la:
Reply
:iconcompotedepommes:
Compotedepommes Featured By Owner Feb 8, 2011
Merci mon gros ! :jackdirt:
Reply
Add a Comment: