Shop Forum More Submit  Join Login
About Literature / Hobbyist MarineFemale/France Recent Activity
Deviant for 13 Years
Needs Core Membership
Statistics 179 Deviations 2,604 Comments 34,361 Pageviews
×

Newest Deviations

Ghost by 9-NiNe-9 Ghost :icon9-nine-9:9-NiNe-9 2 4
Literature
Strangers 5 - M.
Je reste assise, immobile à mon bout de la table.
Autour de moi, on crie, on se dispute, on se passe le lait... Autour de moi, ma famille petit-déjeune.
Ils ne m'ignorent pas vraiment, mais personne n'est habitué à ce que je parle à table. Ou à ce que je parle, tout court. On ne me pose pas de questions, on me fait un signe de la main pour me demander les céréales, on me remercie d'un hochement de tête.
J'ai quarante-deux ans et je ne suis même plus une femme ou ne serait-ce qu'une personne depuis longtemps. Je suis la mère silencieuse et fade, qui n'a jamais d'avis sur rien. L'ombre qui fait les repas, le ménage et la vaisselle. Celle qu'on regarde avec indulgence quand elle fait une sottise et qui se sent obligée de murmurer "Pardon, je suis empotée.".
Mes quatre enfants mangent en discutant, totalement oublieux de ma présence. Mon mari, derrière son journal, ne sait probablement pas que je vis dans la ma
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 2 7
Literature
Strangers 4 - L.
         La porte du bar derrière moi s'ouvre puis se referme, laissant filtrer des éclats de voix sur fond de musique à la mode.
J'attends là depuis vingt-cinq minutes. Le grand videur black ne me lance même plus un regard. Après m'avoir demandé si je souhaitais rentrer, il m'a aimablement suggéré de me décaler de devant l'entrée, pour des raisons de sécurité. Depuis, je lui suis devenu invisible. Je suis juste un mec qui attend sous la flotte.
         Je tâte mes poches, ayant envie d'une clope, mais je ne trouve ni mon briquet ni mon paquet de Marlboro. Cette pluie est un tantinet agaçante, mais bon. Je lève la tête, histoire de voir à qui j'ai affaire. Elle rend même le ciel noir; alors que tous ceux qui ont déjà vécu dans une grande ville savent que le ciel n'est jamais noir. Mê
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 1 11
Literature
Strangers 3 - P.
       J'ai beau fouiller le placard de fonds en combles, le même tragique constat s'impose: je suis à court de raviolis en conserve.
Merde.
       Dépité, je me rabats sur une boîte de cassoulet que je vide distraitement dans une casserole. Quel jour sommes-nous? Vendredi. Bon, il faudra faire avec les moyens du bord jusqu'à mardi.
Astrid rentre d'Argentine lundi. Donc Astrid passe mardi. Il faudrait que je l'appelle pour savoir à quelle heure elle viendra. Elle débarque souvent sans prévenir et cela m'insupporte.
       Le cassoulet glougloute dans sa casserole quand soudain un pigeon se pose sur le rebord de la fenêtre. Je me précipite pour refermer les battants. Ces bêtes là sont couvertes de maladies!
Je me trouve tout essoufflé par cette attaque surprise. Ce pigeon doit être la seule entité vivante
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 0 5
Literature
Deovi
        Assis sur le balcon brûlant, Adil observait sa ville, essayant de se faire discret. Si sa mère ou une de ses tantes le trouvait ici, en plein soleil et ne faisant rien d'utile, il serait puni. Son père lui dirait ensuite que les rêveurs ne faisaient jamais rien de bon pour la communauté. Les rêveurs n'avaient pas aidé à construire cette ville, à bâtir ces maisons, à faire de Deovi la cité merveilleuse qu'elle était aujourd'hui. Les rêveurs ne parlaient que du passé.
Adil ne voulait pas être un rêveur. Il voulait être un grand homme comme son père, se répéta-t-il en se levant pour regarder par-dessus la rambarde.
Deovi était vraiment une cité magnifique. Les toits plats des maisons, couverts de sable, semblaient onduler au soleil. Du linge, parfois jauni par la poussière, séchait sur des cordes tendues entre les
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 4 14
4x9 by 9-NiNe-9 4x9 :icon9-nine-9:9-NiNe-9 3 3
Literature
MayDay
        Le Mecanox portait bien son nom. Plus grande boîte de nuit de la planète, l'endroit était un repaire à technophiles. Tout, depuis le décor sombre et industriel jusqu'aux robots-serveuses en passant par les « artistes » employés pour divertir la clientèle était conçu pour attirer les nouveaux rois du technomonde. De l'alcool infâme distillé dans la cave, du strip-tease et le ronron mécanique des rouages décoratifs... Pas vraiment ma conception d'une bonne soirée.
        Je ne fis pas la queue à l'entrée du club, je me contentais de montrer mon badge de la police artésienne et de préciser que je voulais juste parler à l'Artiste Mila Sventazi. Le videur m'observa un instant, scanna mon badge mais parut rassuré par mon emploi du terme honorifique d'Artiste. Sur Vidalgan, on ne plaisan
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 1 27
Literature
Jeu de dupes
Tu adores ça, n'est-ce pas? Voir que je n'ai pas évolué, que je n'ai pas bougé d'un centimètre depuis que tu m'as laissé. Voir le pouvoir que tu as sur moi. Voir que je t'attendrai sûrement toute ma vie.
Tu virevoltes dans la pièce, cigarette dans une main, verre d'alcool dans l'autre, souriant à tout le monde.
Tu m'as laissé derrière, je fais partie de ton passé et je suis sûr que tu prends un plaisir malsain à me regarder me noyer.
Tu as un nouveau petit-ami. Du genre grand, blond et génial. Du genre qui rend tes copines jalouses et qui te fait sourire. Du genre magnifique alibi ou superbe accessoire.
Je ne le déteste même pas, il a juste eu du bol, il est juste tombé au bon moment.
Deux ans plus tôt et il n'aurait eu aucune chance. Il n'aurait jamais pu percer le mur d'enceinte que l'on s'était créé. Retranchés derrière notre amour, on était douloureusement he
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 3 23
Literature
Renoncer aux marguerites
Il y a cinq ans, j'ai rencontré l'amour de ma vie.
J'errais dans Paris, engourdie par le froid, me maudissant de ne pas avoir pris un manteau avant de claquer la porte. De la claquer à la figure de mon ex-petit ami.
Romain était un gros crétin que j'avais rencontré en première année de fac. J'avais commencé à sortir avec lui par ennui, je n'avais personne en vue et il était là. Et, comme un parasite, ce bon à rien s'était installé dans ma vie. Au point que j'avais fini par m'habituer à lui, un peu comme tu t'habitues à un chat qui pisse dans tes chaussures et se fait les griffes sur ton canapé. Il est invivable, mais c'est ton chat.
J'avais quand même mis trois ans à comprendre que, à la différence d'un chat, je pouvais parfaitement jeter Romain comme une vieille chaussette sans que Brigitte Bardot me tombe sur le coin de la gueule. Ce que j'avais fini par faire en ce 6 novembre 200
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 4 32
Literature
Strangers 2 - N.
Je suis cette fille.
Celle que tu vas croiser une fois dans la rue et qui te hantera pour le reste de ta vie.
Je sais que je suis cette fille, je le vois dans le regard des gens que je frôle. Ils écarquillent les yeux en m'apercevant, s'imaginent ma vie, fantasment sur l'image que je renvoie.
Je suis cette fille, qui marche sous le déluge sans parapluie.
Mes longs cheveux blonds ruisselant d'eau et me collant au visage, la pluie dégoulinant sur ma veste rouge, les gouttes finissant par s'écraser sur le trottoir gris.
Et pendant une seconde tu envies ces gouttes, car elles me rendent magnifique.
Mes talons claquent sur le ciment, faisant voler des gerbes d'eau. Et je marche comme une reine.
Non, comme une princesse. C'est pour ça que tu me regardes, tu as envie de me sauver. De m'abriter sous ton parapluie, de m'offrir un café et de me demander pourquoi je pleure.
Mais tu ne le fais pas, personne ne le fait jamais.
Je continue de marcher sous la pluie,
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 5 17
Literature
Strangers 1 - C.
"Ce même paysage défile de l'autre côté de la vitre.
Le soleil se couche encore sur la banlieue parisienne, dans les tours les fenêtres s'illuminent. Des immeubles, des usines, des esplanades, le tout d'un beau gris uniforme et les silhouettes sombres assises sur un banc, groupées sous un lampadaires, adossées à un grillage.
La même mise en scène tous les jours, des acteurs répétant le même rôle en boucle. Comme les vitrines des Galeries Lafayette à Noël.
Sauf que là, personne ne s'amasse pour regarder les figurines danser.
Combien de temps avant la révolution d..."

-Bonsoir monsieur, contrôle des billets.
-Hein? Ah, hm pardon.
J'ôte un de mes écouteurs et extirpe tant bien que mal mon pass Navigo de la poche arrière de mon jean.
-Merci, bonne soirée.
Je hoche la tête mécaniquement en remettant le pass à sa place.
Bon, merde, j'ai perdu le fil du coup
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 2 12
Literature
Ceux qui vivent
C'est l'été. Les touristes débarquent avec leur cohorte de plaques d'immatriculation sans queue ni tête, leurs parasols et leurs gamins blancs et bruyants. Les vieux du coin restent assis sur leur banc, chapeau vissé sur le crâne, s'épongeant le front de temps à autres. Les jeunes déjà bien bronzés se baladent en petits groupes, riant derrière leurs lunettes de soleil.
J'observe la plage depuis la fenêtre de ma chambre. La maison de vacances est vide, fraîche malgré la chaleur extérieure et sent un peu le renfermé. Personne n'y a mis les pieds depuis des mois, personne n'a vraiment eu le temps de prendre des vacances.
Ce n'était pas non plus mon intention à la base, mais après trois mois à me morfondre au vignoble, déprimant tout le monde, mon frère m'a aimablement foutu dans un train en direction de la côte. Ma mère a crié au scandale, craignant sûreme
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 3 15
Literature
Ruines
-Tu t'en souviens?
Je relève la tête un peu trop brusquement, manquant de me bloquer à nouveau le cou. Bon sang de torticolis.
-De quoi, Leo?
        Mon frère s'approche sans bruit. Je lui ai toujours envié ce don qu'il partage avec Vendetta. Comparés à eux, Matteo et moi sommes si bruyants, si mal dégrossis. Mon parfait petit frère prend place à mes côtés dans le canapé et baisse lui aussi les yeux vers les photos encadrées disposées sur la table basse.
-De l'époque où tout était simple. Où nous étions des gamins.
Avec un soupir, je repose l'un des cadres à sa place.
-Difficilement, marmonné-je en desserrant un peu le nœud de ma cravate. Il est deux heures trente du matin, ces vieilles badernes ne dorment-elles donc jamais?
-Les politiciens dorment le jour, comme les vampires, chuchote Leonardo en finissant son verre de vin.
Mon pe
:icon9-NiNe-9:9-NiNe-9
:icon9-nine-9:9-NiNe-9 0 12
Yellow by 9-NiNe-9 Yellow :icon9-nine-9:9-NiNe-9 4 20 Take a look at this view by 9-NiNe-9 Take a look at this view :icon9-nine-9:9-NiNe-9 4 12 be.cool by 9-NiNe-9 be.cool :icon9-nine-9:9-NiNe-9 5 2

Activity


  • Listening to: Make this go on forever - Snow Patrol
  • Reading: La Roue du Temps, Perfidie - Robert Jordan
  • Watching: Avatar, of course.
Aujourd'hui, je voudrais juste prendre un instant pour remercier tous les gens qui me suivent sur DA. Toutes les personnes qui à des milliers de kilomètres de moi prènent quelques minutes de leur journée pour lire mes textes, regarder mes photos, laisser un mot gentil ou juste cliquer sur :+fav:.

Un gros merci surtout à ceux qui donnent vie à mes personnages en lisant leurs aventures, et prennent après le temps de me donner leur avis, de m'encourager, d'en demander plus autant en qualité qu'en quantité.

Écrire est à la fois quelque chose de très naturel et d'incroyablement difficile.
S'exprimer est naturel. Mais s'exposer aux regards des autres est difficile.
A chaque fois que je poste un texte, ici ou sur mon blog, je suis intenable pendant les heures qui suivent, attendant fébrilement le premier avis, le premier commentaire, la première critique.
Quand les avis sont négatifs, je suis triste bien sûre.
Mais quand il n'y a pas d'avis du tout, c'est mille fois pire.


Alors merci à vous tous qui m'avez lue, me lisez ou me lirez, et merci encore plus à ceux qui me font trépigner devant mon ordinateur en voyant "5 messages" et qui, avec juste des mots, me motivent à écrire et poster à nouveau.



:boing: Ma vie, mes sons, mes images et des textes inédits c'est ici
Faites moi coucou si vous y passez!

Fantastique et fière de l'être!

Comments


Add a Comment:
 
:iconjasperinity:
Jasperinity Featured By Owner Jun 27, 2015
I'm a few days early, but I hope you have a happy birthday! :D
Reply
:iconsecretlypretty:
SecretlyPretty Featured By Owner Jun 29, 2014  Student Digital Artist
<font><font>Happy Birthday to you! :music:
Happy Birthday to you! :music:
Happy Birthday Dear Friend! :sing:
Happy Birthday tooooo yoooou! :music:</font></font>
Reply
:iconbirthdays:
birthdays Featured By Owner Jun 29, 2014
:iconballoondivider1::iconballoondivider3::iconballoondivider3::iconballoondivider3::iconballoondivider3::iconballoondivider3::iconballoondivider4:

:woohoo: :iconcakelickplz: :iconballoonsplz: !!! HAPPY BIRTHDAY !!! :iconballoonsplz2: :iconcakelickplz: :woohoo:

It's June 29th which means it's that time of the year again and your special day is here! We hope you have an awesome day with lots of birthday fun, gifts, happiness and most definitely, lots of cake! Here's to another year!

:iconballoonrideplz:

Many well wishes and love from your friendly birthdays team :love:

---
Birthdays Team
This birthday greeting was brought to you by: hiddendelights
Reply
:iconjasperinity:
Jasperinity Featured By Owner Jun 29, 2014
Happy birthday! :D
Reply
:iconnepetascorpse:
nepetascorpse Featured By Owner Jun 29, 2013
Happy birthday! From a random person
Reply
Add a Comment: